En finir avec Word ! Pour une analyse des enjeux relatifs aux traitements de texte et à leur utilisation

Delete key | CC BY Ervins Strauhmanis

Le titre de ce billet aurait pu être formé autour d’une expression célèbre attribuée à Caton l’ancien : delenda carthago[1], il faut détruire Carthage. Citation dont on trouve notamment un écho chez Plutarque[2] qui relate que Caton utilisait de manière systématique une formule approchante (δοκεῖ δε μόι καὶ Καρχηδόνα μὴ ἐᾶν) en conclusion de toutes ses interventions au Sénat, et même à propos de sujets sans relations apparentes avec Carthage. Caton agissait ainsi pour rappeler aux Romains la menace potentielle que représentait cette cité à ses yeux, même après la Deuxième Guerre punique. La formule latine tend progressivement à exprimer l’idée d’une détermination, d’une résolution constante et sans faille que l’on décide d’appliquer à un objet.

La référence à une telle figure tutélaire ne sous semble pas excessive lorsqu’on la ramène à l’utilisation des traitements de texte. Aussi, nous examinerons liminairement les conditions de développement de ces logiciels, ce qui nous permettra d’en exposer dans un deuxième moment certaines des logiques internes, afin finalement de proposer un remède. Ce terme de remède prend ici son sens plein, à la suite des analyses de Bernard Stiegler[3], puisque ce dernier envisage le numérique d’un point de vue pharmacologique. Le numérique possède ainsi intrinsèquement la double nature de remède et de poison. Et dans cette classification, les traitements de texte dans leur ensemble, nous semblent incliner fortement du côté du poison, tant et si bien que même Libre Office, qui pourtant pourrait apparaître comme un remède à Microsoft Word, n’en est pas un.

Pour le comprendre, il faut se replacer dans le premier moment de l’élaboration de ce qui devient l’informatique. Depuis la sortie de la Seconde Guerre mondiale jusque dans les années 70, les traitements de textes ne représentent pas la principale application qui est alors faite des ordinateurs. Loin de là. En ce qui concerne le domaine de la recherche, les premiers ordinateurs sont principalement utilisés dans des opérations de calcul, notamment dans le domaine de la physique et bien souvent d’ailleurs en rapport avec des applications militaires. Les ordinateurs remplacent ainsi les calculateurs, fonction occupée par des humains jusque-là. Et il n’y aura pas de retour en arrière sur ce point. Les besoins en calculs complexes sont importants dans le contexte de la guerre froide qui se met en place, chaque modèle de canon qui est produit doit en effet être accompagné de tables balistiques[4] indispensables pour viser.

Progressivement, la puissance de calcul de ces ordinateurs est utilisée de manière appliquée, comme en témoignent les travaux fondateurs de Joseph Raben[5]. Il y a là les prémices de ce qui va devenir celui des humanités numériques, c’est-à-dire l’utilisation de ces machines pour des études en littérature ou en musicologie. Leur objet n’est donc plus la balistique et les projectiles, mais des mots ou des notes d’une partition. Ainsi en est-il des travaux du révérend Andrew Morton en 1967 qui étudie la métrique chez Homère ou encore ceux de Michael Ian Shamos qui étudie la rythmique de la cornemuse au moyen d’un IBM System/360 au début des années 70.

Cependant, au moment de la rédaction de leurs travaux, ces chercheurs qui utilisent pourtant de l’ordinateur dans le cadre de leur recherche n’utilisent pas ces machines pour rédiger leur publication, même si leur objet appartient aux sciences humaines. Cela leur semblerait d’ailleurs sans doute absurde d’utiliser la puissance de calcul de cet ordinateur encore rare et cher, pour cet usage de machine à écrire. Car ces chercheurs, comme tous ceux qui font de la science ordinaire ou normale comme l’analyse Thomas Kuhn[6], s’ils utilisent des dispositifs électriques pour taper ou faire taper leur texte, il s’agit toujours de machines à écrire. Il existe d’ailleurs des machines à écrire électrifiées depuis les années 30. IBM est une des entreprises qui domine ce marché. Mais évidemment, les machines à écrire n’ont pas besoin d’être électriques[7].

Or, les conditions de production et de diffusion de la science sont évidemment liées[8]. Les vecteurs de diffusions de la recherche transitent traditionnellement par l’intermédiaire de revues et de magazines imprimés. Uniquement imprimés devrions-nous préciser aujourd’hui. À l’exemple de la vénérable Revue de philologie, de littérature et d’histoire anciennes qui est fondée dès 1845 ou des Annales d’histoire économique et sociale qui sont fondées en 1929[9]. Ces deux revues ne vont pas être perturbées par l’émergence de l’ordinateur à partir de 1945. Le changement qui va transformer structurellement le rapport de la société avec les ordinateurs, et finalement celui de la recherche, réside d’abord dans l’invention de la micro-informatique. En ce sens, les années 70 représentent un tournant conceptuel, un changement de paradigme qui va modifier en profondeur notre rapport aux machines. Les premiers ordinateurs sont en effet nés de la volonté de créer un cerveau électronique. Ce rapprochement entre l’humain et la machine est rendu possible parce qu’on présume un mode de fonctionnement basé sur le système binaire pour le cerveau. John von Neumann, une des figures clefs de la conceptualisation et de la réalisation du premier ordinateur, pense ainsi sincèrement que ces machines vont permettre de faire des avancées majeures en neurologie, en psychiatrie ou même en psychologie[10]. Il y a là une des raisons pour laquelle les ordinateurs utilisent encore aujourd’hui ce système binaire. Or, avec la micro-informatique, la métaphore en jeu derrière l’ordinateur n’est plus celle de l’imitation du cerveau, mais devient celle de l’écriture[11].

Si ces premiers micro-ordinateurs apparaissent rétrospectivement relativement bon marché, ils sont néanmoins réservés à des personnes férues d’électronique qui achètent ces machines dans le but de programmer[12]. Les premiers traitements de texte[13] sont ainsi réalisés dans le cadre étroit de l’aide au développement de logiciels puisque leur première fonction est de documenter du code. Ces programmes sont au service de ceux que l’on appelle alors des hobbyists, notion qui recouvre notre catégorie mentale des informaticiens avant la lettre, avant même la discipline[14]. Auparavant, l’usage consistait à écrire les programmes informatiques sur un ordinateur, et la documentation indispensable à ce code, sur une machine à écrire. Rapidement, l’utilisation de ces traitements de texte va s’ouvrir vers d’autres usages au-delà de la documentation du code. Tant et si bien que la présence d’un traitement de texte sur une machine devient un argument de vente pour ces micro-ordinateurs qui fascinent. En 1984, année emblématique de la micro-informatique, il y aura ainsi plus de 300 logiciels de traitement de texte sur le marché[15]. Le leader s’appelle WordStar, il est conçu par MicroPro qui devient une des trois ou quatre entreprises très rentables dans ce domaine émergeant de la vente de logiciels[16].

Jusqu’au milieu des années 80, la plupart de ces programmes de traitement de texte, dont WordStar, permettent à égalité d’écrire du code. La possibilité d’écrire dans un langage informatique demeure ainsi conservée. Les articles sur l’histoire de l’informatique qui évoquent les traitements de texte sont relativement nombreux[17]. Cependant, ils ne mentionnent jamais cette étape majeure durant laquelle nous allons perdre collectivement la capacité d’écrire du code, de la syntaxe informatique avec ces traitements de textes[18]. On ne trouve pas de trace de cette disparition, survenue sans bruit, car cette amputation d’une fonctionnalité n’est pas vécue comme une trahison par les utilisateurs de ces logiciels.

En effet, depuis le premier moment de ces hobbyists, une nouvelle catégorie d’utilisateurs émerge constituée exclusivement d’utilisateurs, qui souhaite donc acquérir un système complet, déjà assemblé et prêt à l’emploi. Ce nouveau public, qui se retrouve dans l’offre proposée par le Macintosh de 1984, ne souhaite plus nécessairement programmer avec ces outils.

Nous avons donc perdu progressivement la capacité d’écrire dans un langage interprétable par la machine. Ce n’est d’ailleurs pas le seul cas d’une disparition de notre capacité collective d’écrire. Le projet originel du Web tel que le portait, au départ du moins, Tim Berners-Lee passait par un navigateur qui devait permettre nativement l’écriture dans le langage de la machine[19]. Le projet Amaya développé de 1996 à 2012 n’a malheureusement pas rencontré de succès public, contrairement à Mosaic par exemple dont le but n’a jamais été de proposer cette fonctionnalité.

Versions après versions, les logiciels de traitements de texte apportent de nouvelles fonctionnalités dans le but de faciliter la rédaction de textes. La comparaison devient peu à peu à l’avantage de ces systèmes, par rapport aux machines à écrire, et même aux évolutions les plus récentes de celles-ci dont notamment le Vydec (vendu pour 12 000 dollars en 1982[20]) ou le Wang Word processing machine. Parmi les premières fonctionnalités qui imposent ces logiciels pour l’écriture, figure la capacité de pouvoir imprimer un texte. Le succès de WordStar s’explique notamment parce qu’il inclut les pilotes de très nombreuses imprimantes, ce qui lui permet d’être WYSIWYG (en français : tel écran tel écrit)[21]. L’idée sous-tendue par le WISIWIG (What You See is What You Get) est d’obtenir sur une page papier l’exacte reproduction de ce qui est représenté à l’écran ; ce qui semble rétrospectivement une condition sine qua non de leur utilisation puisque la finalité des traitements de texte demeure l’impression. Or, avant la généralisation de ce WISIWIG, le résultat, pour de très nombreuses raisons[22], se révélait aléatoire avec ces logiciels. Avant la généralisation de ce procédé, le processus d’écriture par l’intermédiaire de traitements de texte passe ainsi par des phases multiples d’impressions au cours desquelles on corrige le texte en fonction de ce que l’on obtient sur papier.

Parallèlement à la progression de ces traitements de texte, se développent des GUIS, acronyme pour Graphical User Interface. Ces GUIS relèvent des surcouches logicielles qui constituent un environnement graphique censé améliorer l’expérience de l’utilisateur dans ses interactions[23] avec le système. L’exemple le plus connu de ces surcouches logicielles, facultatives dans un premier temps, est Microsoft Windows. Avant de s’imposer finalement comme la seule interface possible pour les systèmes d’exploitation de Microsoft, Windows ne représente qu’un choix d’interface parmi de nombreuses autres, dont notamment TopView au milieu des années 80 proposée par IBM ou Geoworks au début des années 90. Or, la généralisation de ces interfaces graphiques représente une régression, un appauvrissement sémantique dans notre relation avec la machine[24]. On s’exprime, on commande, au moyen de dessins, des icônes, alors que la machine, à travers la ligne de commande, le Shell, permet de formuler des expressions très fines et cela de manière efficiente. Ainsi, la souris ne représente pas le meilleur moyen de se déplacer dans un texte long, ni d’en éditer ou déplacer des parties. WordStar possédait un système de blocs de textes extrêmement pratiques, manipulables avec des raccourcis clavier. Il y a là sans doute une des raisons pour lesquelles Georges R. Martin, l’auteur à succès de la série Games of Throne, continue d’utiliser aujourd’hui une version de WordStar sous DOS[25]. De plus, ces interfaces graphiques imposent progressivement la représentation d’une page papier en fond derrière les lettres que l’on tape. Et ce faisant, on entérine progressivement le fait que les traitements de texte sont une mise au service de l’ordinateur d’une technologie pourtant ancienne, qui est l’imprimerie[26]. La finalité du traitement de texte résiderait implicitement dans la page imprimée, et non dans le texte numérique en lui-même, indépendamment de toutes finalités de diffusion[27].

Cet état de fait correspond bien à l’état d’une société dans laquelle le principal et unique moyen de lire, et notamment des travaux de recherche, relève du papier. L’édition scientifique en 1985 produit des revues papier. Or, aujourd’hui, les conditions de diffusion des textes, et encore plus particulièrement ceux de la recherche, ont profondément changé.

Nous souhaiterions retenir de cette question complexe[28] un exemple, celui de l’Open Access[29], qui nous semble représentatif des nouveaux enjeux liés aux publications scientifiques. Le libre accès autorise en effet une consultation gratuite des articles, contrairement à Elsevier, Springer/Nature, Wiley/Blackwell ou Taylor & Francis. Les abonnements à ces revues représentent un coût croissant pour les Universités, et posent la question essentielle de l’accessibilité et de la diffusion de l’information scientifique. D’autre part, on accède désormais de manière croissante à ces publications, même payantes, depuis internet. Le mode de consultation de la recherche bascule de la revue sous format papier à un mode de consultation numérique[30].

Or, les documents produits par les traitements de texte se révèlent fondamentalement inadaptés à cet horizon de la consultation qui n’est plus l’imprimerie, mais l’ordinateur. La métaphore de la page A4 n’a plus de sens. De là des opérations de traitements qu’il faut faire subir aux textes, de manière à tenter de revenir sur la régression dans la structuration qu’opèrent de manière croissante ces logiciels. Le point doc se révèle en lui-même problématique. Nous devrions tous utiliser des formats de fichiers qui nous garantissent la pérennité de nos données et leur diffusion, nous continuons cependant d’utiliser, de produire et d’échanger collectivement des formats propriétaires[31]. Le logiciel subit lui de plus une mutation aussi profonde aujourd’hui. S’il y a dix ans, il apparaissait encore plausible d’acheter une licence pour Word, qui donnait le droit d’utiliser une version du logiciel de manière illimitée dans le temps, la tendance, notamment pour Microsoft, est de mensualiser ces licences. Il devient nécessaire de payer un forfait, à l’instar de ce qui se pratique dans la téléphonie mobile. La cessation de paiement entraîne évidemment l’incapacité à utiliser le logiciel. Le docx ne résout d’ailleurs ici qu’en partie ce problème. Le XML rend le fichier théoriquement lisible, interopérable donc, ce qui semble une bonne chose, mais son exploitation directe ne le rend lisible qu’aux machines et illisibles pour les êtres humains.

Aussi, sans doute, faut-il nous résoudre à assimiler la fonction d’enregistrement des logiciels de traitement de texte à une compilation. Les langages de programmation peuvent en effet s’analyser traditionnellement en deux grands types structurants : les langages interprétés et les langages compilés. Ces deux types de langages réalisent des programmes au moyen de syntaxes évidemment spécifiques. Un programme en C++ s’écrit de manière différente d’un programme en JavaScript. Mais l’étape de rédaction du programme donne invariablement la capacité au rédacteur d’écrire et de lire le code rédigé. Il y a là une des raisons pour laquelle les premiers traitements de textes possédaient cette capacité d’écrire du code. La différence entre ces deux types de langage vient du fait que la compilation du programme traduit le code de manière définitive en langage binaire, afin d’être exécuté par la machine. Le programme devient alors illisible par l’œil humain lorsque les langages interprétés produisent un code qui demeure lisible et compréhensible au cours de son exécution. Ce code, une fois rédigé, est exécuté par un logiciel de traduction qui en propose une interprétation. Nous conservons la capacité de le lire concurremment. Nous sommes des utilisateurs quotidiens de ces traducteurs, puisqu’il s’agit là d’une des fonctions principales des navigateurs internet comme Firefox, Chrome, Safari ou Edge. Lorsqu’une page Web consultée apparaît sur l’écran, cette page est le résultat de la traduction d’un code par le navigateur, constituée sans doute en partie de HTML. Tous les navigateurs que nous avons cités permettent de consulter le code source qui produit la page que nous consultons.

Cette lisibilité du code lors de son exécution est le pilier du Web sémantique, c’est-à-dire d’un Web, dont les données sont accessibles, traitables et réutilisables. Sans Web sémantique, sans cette lisibilité fondamentale, Google, en tant que moteur de recherche serait aveugle, puisque pour être indexées, utilisées, diffusées, les données doivent être lisibles. Or, non seulement enregistrer un texte sous le format docx ne le rend pas lisible pour des yeux humains, pas plus que le format doc, ou le format odt, mais plus encore, l’enregistrement d’un texte dans l’un de ces formats, le rend même illisible pour toute autre chose que par un logiciel de traitement de texte. L’enregistrement d’un fichier dans ces formats, en compilant avec le texte toutes les informations relatives à la mise en page, le rend donc inutilisable dans le cadre de ce nouvel horizon de consultation que représente le Web. D’autant que les traitements de texte n’autorisent qu’un contrôle partiel sur la gestion des métadonnées qui sont pourtant un élément fondamental de ce Web sémantique.

Aussi, à la suite de Franck Frommer et de son ouvrage sur PowerPoint, La Pensée PowerPoint, sous-titré enquête sur un logiciel qui rend stupide[32], nous posons l’hypothèse qu’il existe également une pensée traitement de texte. Une pensée qui est d’ailleurs forgée dans un certain contexte partiellement daté, et dans une logique qui est celle de l’entreprise.

Les traitements de texte développent cette pensée à partir de présupposés implicites qui apparaissent comme autant d’enthymèmes. En utilisant un traitement de texte, nous admettons un certain nombre de leurs prémisses. Nous avons déjà examiné deux topoï du discours enthymématique que développent les traitements de texte : la limitation du champ des possibles de ces logiciels, avec l’amputation des fonctionnalités de programmation, puis les aspects problématiques des données générées, avec les questionnements autour du format docx. D’autres présupposés demanderaient une étude approfondie ; qu’il nous soit cependant permis ici d’esquisser brièvement quelques perspectives.

Notons en premier lieu que l’existence même de ces traitements de textes en tant qu’application est contestable. La notion d’application est dénoncée depuis 1971 par Ted Nelson qui y voit là une source d’asservissement pour le public. Observons ensuite que l’expérience utilisateur est construite sur un référentiel commun dépassé comme le démontre Neal Stephenson depuis 1999. L’icône qui représente une disquette pour signifier l’enregistrement, par exemple, n’a plus aucun sens. Constatons également que les connaissances techniques précises et complexes que nous développons dans le but d’utiliser ces logiciels se révèlent inutilisables en dehors de ce cadre limité et périssable, puisque d’une part notre connaissance des traitements de texte apparaît pratiquement inutile avec tous autres logiciels, dont les systèmes d’exploitation, et que d’autre part les éditeurs en changent régulièrement les interfaces et les fonctionnalités. Remarquons enfin que les traitements de texte ne sont pas de bons logiciels pour l’édition, puisque les professionnels leur préfèrent InDesign, ou QuarkXPress.

Le bilan de ces limitations préside en partie au développement de TeX par Donald Knuth. Celui-ci ne pouvait en effet se satisfaire de la faible qualité des documents produits par les traitements de texte, en comparaison avec l’imprimerie[33]. L’un des intérêts majeurs de TeX réside notamment dans le fait de découpler le texte de sa mise en forme. Cette dissociation des opérations de rédaction et de mise en page revient à opérer une distinction entre les données et leur traitement. Si dans les principes ce processus n’est pas toujours WYSIWYG, ce mode de fonctionnement se révèle au plus proche de la réalité de fonctionnement des machines. Cependant, pour nous qui sommes comme formatés par l’utilisation des traitements de texte, cela demande d’admettre d’autres prémisses. Ceci explique sans doute la méconnaissance de ce système en sciences humaines, contrairement aux autres disciplines scientifiques pour lesquelles ce mode de rédaction s’est imposé. TeX s’apparente en effet à un langage de programmation complet (Turing complete), caractéristique qui n’emporte pas a priori l’adhésion de chercheurs en Lettres, malgré des capacités de rendu professionnel en matière d’édition.

Devant ce constat de la difficulté d’apprentissage des langages informatiques, notamment ceux qui apparaissent indispensables pour écrire sur le Web, Aaron Swartz et John Gruber ont développé le Markdown[34]. On retrouve dans Markdown la racine de Markup, présente dans l’acronyme du Hypertext Markup Langage, le HTML. On traduit généralement ce terme de markup par baliser, poser des balises. Un langage de balisage n’est rien d’autre qu’un système d’annotation d’un document qui s’effectue d’une telle manière qu’il est possible de distinguer ces balises, ces annotations, du texte que l’on annote.

Dans le cadre du HTML, lorsque l’on rédige un programme, on place ces balises, qui sont des signes spécifiques répondants à une syntaxe précise, devant les termes à utiliser. Le traducteur distingue les balises du corps du texte par des chevrons (<>). Lorsque le navigateur traduit ces signes, il en comprend l’usage. Par exemple, la balise <h1> (h pour heading) désigne un titre, le numéro « 1 » en donne le niveau hiérarchique. À la lecture de cette balise, Chrome ou Firefox vont comprendre qu’il faut mettre en page le texte qui se trouve après cette balise sous la forme d’un titre.

<h1>En finir avec les traitements de texte</h1> va ainsi donner :

En finir avec les traitements de texte

Le HTML comprend un grand nombre de balises. La mise en page du texte peut être également enrichie au moyen du CSS. La force du Markdown résulte dans l’utilisation de balises peu nombreuses, simples à mettre en place et à mémoriser. Il devient aisé de réaliser un document dont on maîtrise la mise en page sur le Web, sans pour autant devoir apprendre le HTML. Plus encore, en conjonction de Pandoc qui est un moteur de conversion, il devient possible de produire aussi bien du HTML, que des pdf, des docx, des epub, et même des présentations de type PowerPoint[35]. On ne produit alors ses données qu’une seule fois et on les exporte mises en forme automatiquement pour plusieurs supports.

Les prémisses de l’utilisation conjointe du Markdown et de Pandoc se révèlent donc très différentes de celles des traitements de texte. Ce système de publication ne nécessite en effet aucune application spécifique et exclusive dont l’utilisateur pourrait devenir dépendant dans le temps. Ce flux de travail revient sur le schisme fondamental déjà évoqué, en proposant de compiler un. docx depuis n’importe lequel des logiciels qui permettent d’écrire du code, et il en existe un grand nombre, aux licences variées. Les données qui sont produites subséquemment en Markdown demeurent humainement lisibles. Il est d’ailleurs possible de convertir les. docx< span> vers ce format (.md ou .markdown), permettant alors de se réapproprier ses données et d’en faciliter une diffusion ultérieure. Un des derniers éléments de distinction tient au fait que le traitement des fichiers se fait au moyen de connaissances qui s’appliquent de manière pérenne aux ordinateurs. Afin de compiler les documents, il devient nécessaire de recourir au Shell, à la ligne de commande, dont la grammaire est proche entre les différents systèmes d’exploitation. Ce mode puissant d’interaction textuelle avec les machines permet de développer une compréhension générale de leur mode de fonctionnement. Ce faisant, nous ne réduisons pas notre champ des possibles avec les ordinateurs, nous élargissons au contraire notre capacité à nous l’approprier.

En conclusion, si ce qu’on appelle le Web 2.0 se caractérise par la possibilité offerte au plus grand nombre de publier sur différentes plateformes du Web, il faut cependant reconnaître que l’écriture apparaît d’un point de vue historique comme une compétence de spécialistes qui maîtrisaient des techniques complexes. Or, il faut reconnaître que la production des documents à partir du Markdown en conjonction de Pandoc demande dans un premier temps un certain investissement, en tout cas une motivation quotidienne, et peut-être quelque chose d’une résolution indéfectible. Cet investissement nous semble pourtant la contrepartie indispensable dont on doit s’acquitter dans le dessein de s’approprier, au sens de faire sien, ce qu’est devenu l’écrit dans notre société aujourd’hui.

La notion d’appropriation se révèle problématique en ce qui concerne les logiciels, surtout lorsqu’ils sont dits propriétaires, c’est-à-dire lorsqu’ils nous privent de cette capacité. Notre usage quotidien des traitements de texte, dont nous avons appris à tirer le meilleur avec le temps, conduit à nous les rendre familiers, de telle sorte que nous pensons nous les être appropriés. Il faut reconnaître la force de conviction de cette évidence, forgée dans la quotidienneté de nos interactions avec la machine. Mais les traitements de texte contrarient toute appropriation. Cela devient d’autant plus vrai en regard de la croissance de l’Open Access, dont l’ambition est de devenir un moyen d’appropriation de la recherche pour le plus grand nombre, et même en ce qui concerne les Big Four d’ailleurs.

Aussi, s’il fallait désigner aujourd’hui une nouvelle Carthage, peut-être serait-ce moins les traitements de texte que les mécanismes de rédaction, de publication et de diffusion de la recherche scientifique dans leur ensemble. Ce qui nous renvoie aux implications éthiques de cette notion d’appropriation.

Sitographie

Bibliographie

  • Brian Alleyne, « Challenging Code: A Sociological Reading of the KDE Free Software Project », Sociology, 2011, vol. 45, no 3, p. 496-511.
  • Etienne Anheim, « Le numérique et l’économie éditoriale des revues scientifiques », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 2016, vol. 62-4 bis, p. 22-32.
  • Thierry Bardini, Bootstrapping: Douglas Engelbart, Coevolution, and the Origins of Personal Computing, Stanford, Stanford University Press, 2000.
  • Guylaine Beaudry, « La communication scientifique directe : un nouveau champ éditorial », Hermès, La Revue. 2013, vol. 57, p. 51-57.
  • Pierre Bellanger, « De la souveraineté numérique », Le Débat, 2012, vol. 170, p. 149-159.
  • Ameur Bensefia, Thierry Paquet, Laurent Heutte, « Documents manuscrits et recherche d’information, Abstract », Document numérique, 2003, vol. 7, p. 47-60.
  • T.J. Bergin, « The Origins of Word Processing Software for Personal Computers: 1976-1985 », IEEE Annals of the History of Computing, 2006, vol. 28, p. 32-47.J. Bergin, « The Proliferation and Consolidation of Word Processing Software: 1985-1995 », IEEE Annals of the History of Computing, 2006, vol. 28, no4, p. 48-63.
  • T.J. Tim Berners-Lee, Weaving the Web, San Francisco, Harper San Francisco, 1999.
  • Jay David Bolter, Writing Space: Computers, Hypertext, and the Remediation of Print, Mahwah, Lawrence Erlbaum Associates, 2001.
  • Serge Bouchardon, Evelyne Broudoux, Oriane Deseilligny et al., Un laboratoire de littératures : Littérature numérique et Internet, Paris, Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2007.
  • Philippe Breton, Une histoire de l’informatique, Paris, Seuil, 1990.
  • Martin Campbell-Kelly, From Airline Reservations to Sonic the Hedgehog – A History of the Software Industry, Cambridge, MIT Press, 2004.
  • Paul E. Ceruzzi, A history of modern computing. Cambridge, MIT Press, 2003.
  • Odile Contat, Anne-Solweig Gremillet, « Publier : à quel prix ? Étude sur la structuration des coûts de publication pour les revues françaises en SHS », Revue française des sciences de l’information et de la communication, 2015, vol. 7, Disponible en ligne : http://journals.openedition.org/rfsic/1716, , Consulté le : 17/06/2017.
  • Robert Cookson. « Elsevier leads the business the internet could not kill ». The Financial Times, 15/11/2015 .
  • William E. Cooper, Cognitive Aspects of Skilled Typewriting, Berlin, Springer-Verlag, 1983.
  • Dallas Costis, Nephelie Chatzidiakou, et al., Enquête européenne sur les pratiques académiques et les besoins numériques en sciences humaines. Résultats principaux de l’enquête FR DiMPO 2016, Rapport de recherche, DARIAH 2017.
  • Jacques Crémer, Alexandre Gaudeul, « Quelques éléments d’économie du logiciel libre », Réseaux, 2004, no 124, p. 111-139.
  • Michel Dubuisson, « Verba uolant. Réexamen de quelques “mots historiques” romains », Revue belge de philologie et d’histoire, 2000, vol. 78-1. p. 147-169.
  • Éric Espéret, David Chesnet, et al., « Processus cognitifs mis en jeu dans la production écrite : sont-ils modifiés par le traitement de texte ? », Repères, recherches en didactique du français langue maternelle, 1995, vol. 11, p. 29-46.
  • Laurence Favier, Widad Mustafa El Hadi, « Introduction – L’archivage numérique des savoirs », Les Cahiers du numérique, 2015, vol. 11, p. 9-14.
  • Franck Frommer, La pensée PowerPoint, Paris, La Découverte, 2010.
  • Jérôme Fuselier, Boris Chidlovskii, « Traitements automatiques pour la migration de documents numériques vers XML, Abstract », Document numérique, 2006, vol. 9, no 1, p. 9-24.
  • Christophe Geiger, « La privatisation de l’information par la propriété intellectuelle », Revue internationale de droit économique, 2006, vol. 20-4, p. 389-432.
  • John Gruber, Daring Fireball : Markdown. Disponible sur internet : https://web.archive.org/web/20040402182332/http://daringfireball.net/projects/markdown/, 2004, Consulté le : 20/05/2017.
  • Katherine Hayles, Writing Machines. Cambridge, The MIT Press, 2002.
  • Michael Heim, David Hillel Gelernter, Electric Language: A Philosophical Study of Word Processing, New Haven, Yale University Press, 1999.
  • INRA, Ouvrir les données et publier autrement : une obligation, une nécessité, une priorité, Disponible sur internet : http://institut.inra.fr/Recherches-resultats/Strategie/Toutes-les-actualites/OpenScience-Ouvrir-les-donnees-et-publier-autrement, 2017, Consulté le : 12/05/2017.
  • Carolyn Kellogg, « The secret of George R.R. Martin’s success: WordStar on a DOS machine», Los Angeles Times. 14/05/2014, Disponible en ligne : http://www.latimes.com/books/jacketcopy/la-et-jc-the-secret-of-george-rr-martin-success-wordstar-on-a-dos-machine-20140514-story.html, Consulté le : 17/06/2017.
  • Gérald Kembellec, « La médiation technologique autour des pratiques rédactionnelles et bibliographiques en milieu universitaire français », Documentaliste-Sciences de l’Information, 2013, vol. 50, no 1, p. 62-69.
  • Donald E. Knuth, Literate Programming, Stanford, Center for the Study of Language and Information, 1992.
  • Donald E. Knuth, Digital Typography, Stanford, University of Chicago Press, 1998.
  • Donald E. Knuth, The Essential Knuth, Heverlee, Lonely Scholar, 2013.
  • Thomas S. Kuhn, La Structure des révolutions scientifiques, Paris, Flammarion, 1999.
  • Antoine Latreille, « L’appropriation des connaissances scientifiques à l’ère numérique », Éthique publique. Revue internationale d’éthique sociétale et gouvernementale, 2012, vol. 14, no 2.
  • René Lourau, « Traitement de texte », Communications, 1994, vol. 58, no 1, p. 157-166.
  • Cathie Marache-Francisco, Eric Brangier, « Gamification and human-machine interaction: a synthesis », Le travail humain, 2015, vol. 78, no 2, p. 165-189.
  • Yves Marcoux, Élias Rizkallah, « La dimension sémantique, négligée de l’approche expérience-utilisateur », Études de communication. Langages, information, médiations, 2013, no 41, p. 119-138.
  • Frédéric Marty, Julien Pillot, « Intellectual Property Rights, Interoperability and Compulsory Licensing: Merits and Limits of the European approach, Abstract », Journal of Innovation Economics & Management, 2012, no 9, p. 35-61.
  • Ian McLoughlin, David Preece, Patrick Dawson, Technology, Organizations and Innovation: Critical empirical studies, New York, Taylor & Francis, 2000.
  • John McMillian, Smoking Typewriters: The Sixties Underground Press and the Rise of Alternative Media in America, Oxford, Oxford University Press, 2011.
  • Philippe Minard, « Les revues à l’âge numérique : au péril de l’idéologie », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 2016, vol. 62-4 bis, p. 8-21.
  • Pierre Mounier, « Le libre accès : entre idéal et nécessité / Openaccess: an ideal or a necessity? », Hermès, La Revue, 2013, vol. 57, p. 23-30.
  • Pierre-Éric Mounier-Kuhn, L’informatique en France de la seconde guerre mondiale au Plan Calcul, Paris, Presses de l’Université Paris-Sorbonne, 2010.
  • John Von Neumann, L’ordinateur et le cerveau, Paris, Flammarion, 1996.
  • John Von Neumann, Théorie générale et logique des automates, Seyssel, Editions Champ Vallon, 1998.
  • Michael Palmer, « L’histoire comparée des médias : la comparaison peut-elle être raison ? », Le Temps des médias, 2011, no 16, p. 257-266.
  • Jacques Perriault, « Le numérique : une question politique », Hermès, La Revue, 2013, no 38, 2013, p. 183-189.
  • Annie Piolat, N. Isnard, V. Della Valle, « Traitement de texte et stratégies rédactionnelles », Le Travail Humain, 1993, vol. 56, no 1, p. 79-99.
  • Plutarque, Vies parallèles, Paris, Gallimard, 2001.
  • Daniel Punday, Computing as Writing, Minneapolis, University of Minnesota Press, 2015.
  • Howard S. Quenault, « VERS : Practical Digital Preservation », Document numérique, 2004, vol. 8, no 2, p. 23-35.
  • Joseph Raben, Computer-Assisted Research in the Humanities: A Directory of Scholars Active, New York, Pergamon Press, 1977.
  • Stephen Ramsay, Reading machines toward an algorithmic criticism, Urbana, University of Illinois Press, 2011.
  • François Rouet, « La création dans l’industrie du jeu vidéo », Culture études, 2009, vol. 1, p. 1-16.
  • Seymour Rubinstein, « Recollections : The Rise and Fall of WordStar », IEEE Annals of the History of Computing, 2006, vol. 28, no 4, p. 64-72.
  • Lise Savourat, « XML. Pour une appropriation du langage par les professionnels de l’information-documentation », Documentaliste-Sciences de l’Information, 2009, vol. 40, no 6, p. 362-369.
  • Ralf Schimmer, Kai Karin Geschuhn, et al., Disrupting the subscription journals’ business model for the necessary large-scale transformation to open access, Disponible sur internet : http://hdl.handle.net/11858/00-001M-0000-0026-C274-7, 2015, Consulté le 20/05/2017.
  • Diodore de Sicile, Bibliothèque historique, [s.l.], Adamant Media Corporation, 2001.
  • Emmanuël Souchier, « Et demain, j’apprends quoi ? Le leurre démocratique du code informatique », Le français aujourd’hui, 2017, no 196, p. 11-24.
  • Neal Stephenson, In the Beginning… was the Command Line, New York, William Morrow Paperbacks, 1999.
  • Bernard Stiegler, « Questions de pharmacologie générale. Il n’y a pas de simple pharmakon », Psychotropes, 2007, vol. 13, p. 27-54.
  • Bernard Stiegler, Digital studies : Organologie des savoirs et technologies de la connaissance, [Limoges], Fyp éditions, 2014
  • Aaron Swartz, « Aaron Swartz’s A Programmable Web: An Unfinished Work », Synthesis Lectures on the Semantic Web: Theory and Technology, 2013, vol. 3, no 2, p. 1-64.
  • Mathieu Triclot, Le moment cybernétique la constitution de la notion d’information, Seyssel, Champ Vallon, 2008.
  • Dominique Vinck, Claire Clivaz, « Les humanités délivrées ». Revue d’anthropologie des connaissances, 2014, vol. 8, no 4, p. 681-704.
  • Darren Wershler-Henry, The Iron Whim: A Fragmented History of Typewriting, Ithaca, Cornell University Press, 2007.
  • Amy Wohl, « How We Process Words: The Marketing of WP Software », IEEE Annals of the History of Computing, 2006, vol. 28, no 4, p. 88-91.

Quelques ressources pour aller plus loin avec le Markdown et Pandoc


NOTES

[1] Sur l’attribution de cette maxime : Michel Dubuisson, « Verba uolant. Réexamen de quelques “mots historiques” romains », Revue belge de philologie et d’histoire, 2000, vol. 78-1. p. 147-169.

[2] Plutarque, Vies parallèles, Paris, Gallimard, 2001, C. Anc, XVII, 2. Diodore de Sicile, Bibliothèque historique, [s.l.], Adamant Media Corporation, 2001, tome 4, p. 422. ; Pline l’Ancien XV, p. 74 sq.

[3] Concept développé autour de la question du jeu notamment dans : Bernard Stiegler, « Questions de pharmacologie générale. Il n’y a pas de simple pharmakon », Psychotropes, 2007, vol. 13, p. 27-54. Pour une adaptation au numérique : Bernard Stiegler, Digital studies : Organologie des savoirs et technologies de la connaissance, [Limoges], Fyp éditions, 2014, p. 14 sq.

[4] Mathieu Triclot, Le moment cybernétique la constitution de la notion d’information, Seyssel, Champ Vallon, 2008, p. 109 sq. Philippe Breton, Une histoire de l’informatique, Paris, Seuil,1990, p. 119 sq.

[5] Joseph Raben, Computer-Assisted Research in the Humanities: A Directory of Scholars Active, New York, Pergamon Press, 1977, p. 52 (L151) et 158 (M.64).

[6] Thomas S. Kuhn, La Structure des révolutions scientifiques, Paris, Flammarion, 1999, p. 39 sq.

[7] Un bon résumé de l’histoire de la machine à écrire se trouve dans : William E. Cooper, Cognitive Aspects of Skilled Typewriting, Berlin, Springer-Verlag, 1983. Sur l’importance sociale et politique de celle-ci : John McMillian, Smoking Typewriters: The Sixties Underground Press and the Rise of Alternative Media in America, Oxford, Oxford University Press, 2011.

[8] Sur les mutations qu’engendrent le numérique sur la recherche : Guylaine Beaudry, « La communication scientifique directe : un nouveau champ éditorial », Hermès, La Revue. 2013, vol. 57, p. 51-57. Et Guylaine Beaudry, La communication scientifique et le numérique, Paris, Lavoisier-Hermès science, 2011, notamment p. 195 sq.

[9] Sur les conséquences du numérique pour les revues : Etienne Anheim, « Le numérique et l’économie éditoriale des revues scientifiques », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 2016, vol. 62-4 bis, p. 22-32. Philippe Minard, « Les revues à l’âge numérique : au péril de l’idéologie », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 2016, vol. 62-4 bis, p. 8-21.

[10] John Von Neumann, Théorie générale et logique des automates, Seyssel, Editions Champ Vallon, 1998, p. 62 sq. et naturellement L’ordinateur et le cerveau. Paris, Flammarion, 1996.

[11] Jay David Bolter, Writing Space: Computers, Hypertext, and the Remediation of Print, Mahwah, Lawrence Erlbaum Associates, 2001, p. 184-185. Daniel Punday, Computing as Writing, Minneapolis, University of Minnesota Press, 2015.

[12] Paul E. Ceruzzi, A history of modern computing. Cambridge, MIT Press, 2003, p. 224 sq.

[13] T.J. Bergin, « The Origins of Word Processing Software for Personal Computers: 1976-1985 », IEEE Annals of the History of Computing, 2006, vol. 28, p. 32-47. Il ne faudrait non plus oublier ici, comme dans tant d’autres domaines, le rôle majeur de D. Engelbart au Xerox Park avec le projet NLS : Thierry Bardini, Bootstrapping: Douglas Engelbart, Coevolution, and the Origins of Personal Computing, Stanford, Stanford University Press, 2000, p. 161 sq.

[14] Pierre-Éric Mounier-Kuhn, L’informatique en France de la seconde guerre mondiale au Plan Calcul, Paris, Presses de l’Université Paris-Sorbonne, 2010, p. 465 sq.

[15] T.J. Bergin, « The Origins of Word Processing Software… », art. cit., p. 33.

[16] Sur la question de l’émergence de l’industrie du logiciel : Martin Campbell-Kelly, From Airline Reservations to Sonic the Hedgehog – A History of the Software Industry, Cambridge, MIT Press, 2004.

[17] Nous renvoyons ici aux nombreuses références présentes dans les articles de T.J. Bergin.

[18] Tant est si bien qu’il faut compulser les documentations des logiciels pour tenter de trouver le moment ou cette mention de la capacité d’écrire du code n’est plus spécifiée. Dans le cadre de WordStar, le schisme a lieu entre 1984 et 1987 apparemment. Les programmeurs ont à leur disposition des outils qui leurs permettent non seulement d’écrire du code, mais aussi d’en vérifier le bon fonctionnement dans un même élan. Ce sont les IDE, avec le Turbo Pascal par exemple.

[19] Tim Berners-Lee, Weaving the Web, San Francisco, Harper San Francisco, 1999, p. 119 sq.

[20] Ce qui représente un peu de 48 000 francs d’alors et un peu plus de 38 000 $ aujourd’hui. Source : http://fxtop.com.

[21] C’est là une innovation majeure dont les concepts proviennent du Xerox Park, voir Ceruzzi, op. cit. p. 262.

[22] Notons ici par exemple, la forte hétérogénéité du parc de machines, d’écrans et d’imprimantes, ce qui qui rend complexe la correspondance entre un texte écrit visualisé dans une certaine mise en page, et sa restitution. C’est en résolvant ces disparités qu’une expérience utilisateur WYSIWYG peut être développée.

[23] Notamment ces GUIS actualisent le concept de WYSIWYG.

[24] Neal Stephenson, In the Beginning… was the Command Line, New York, William Morrow Paperbacks, 1999.

[25] Carolyn Kellogg, « The secret of George R.R. Martin’s success: WordStar on a DOS machine», Los Angeles Times. 14/05/2014, Disponible en ligne : http://www.latimes.com/books/jacketcopy/la-et-jc-the-secret-of-george-rr-martin-success-wordstar-on-a-dos-machine-20140514-story.html, Consulté le : 17/06/2017.

[26] Bolter, op. cit., p. 65.

[27] Sur la question : Ted Nelson,The Crime of WISIWIG, Disponible en ligne : http://xanadu.com.au/ted/TN/WRITINGS/TCOMPARADIGM/tedCompOneLiners.html, Consulté le 17/05/2017.

[28] Pierre Mounier, « Le libre accès : entre idéal et nécessité / Openaccess: an ideal or a necessity? », Hermès, La Revue, 2013, vol. 57, p. 23-30. Marin Dacos, « Privés de savoir ? », #DATAGUEULE, no 63, Disponible en ligne : https://www.youtube.com/watch?v=WnxqoP-c0ZE&list=LLeUBj2CoMAmmv8r8klA6xtg&index=78, Consulté le 17/05/2017. Christophe Geiger, « La privatisation de l’information par la propriété intellectuelle », Revue internationale de droit économique, 2006, vol. 20-4, p. 389-432. INRA, Ouvrir les données et publier autrement : une obligation, une nécessité, une priorité, 2017, Disponible en ligne : http://institut.inra.fr/Recherches-resultats/Strategie/Toutes-les-actualites/OpenScience-Ouvrir-les-donnees-et-publier-autrement, Consulté le : 12/05/2017. Antoine Latreille, « L’appropriation des connaissances scientifiques à l’ère numérique », Éthique publique. Revue internationale d’éthique sociétale et gouvernementale, 2012, vol. 14, no 2.

[29] Dans ce débat, l’association européen des universités se prononce en faveur de l’Open Access :http://www.eua.be/activities-services/news/newsitem/2017/06/29/achieving-open-access-by-2020-tracking-universities-progress-and-guidelines-for-the-future.

[30] Robert Cookson. « Elsevier leads the business the internet could not kill ». The Financial Times, 15/11/2015 ; comme l’indique également le bilan financier de Wiley pour 2017, p. 7-8. ; comme l’indique également le bilan financier de Wiley http://www.wiley.com/legacy/about/corpnews/FY17_10K.pdf, Consulté le 17/05/2017.

[31] https://twitter.com/alainmi11/status/702851174769270784, Consulté le 17/05/2017.

[32] Franck Frommer, La pensée PowerPoint, Paris, La Découverte, 2010.

[33] Donald E. Knuth, Digital Typography, Stanford, University of Chicago Press, 1998, p. 557 sq.

[34] https://daringfireball.net/projects/markdown,Consulté le 17/05/2017.

[35] http://pandoc.org, Consulté le 17/05/2017.

Pour citer ce texte : Julien Dehut, “En finir avec Word ! Pour une analyse des enjeux relatifs aux traitements de texte et à leur utilisation”, dans L'Atelier des Savoirs, 23 janvier 2018, https://eriac.hypotheses.org/80.

Vous aimerez aussi...

6 réponses

  1. Antoine dit :

    Article passionnant qui met en lumière, de façon très précise, des pratiques désormais bien intégrées par l’écosystème du Web ! À rapprocher d’initiatives côté design comme iA (Multichannel Text Processing, https://ia.net/topics/multichannel-text-processing).
    Et sinon pour vous contacter cher Julien, comme faire ?…

  2. Mathieu P. dit :

    Sur le fond, je partage complètement l’idée qu’il serait souhaitable de basculer des traitements de texte vers des solutions interprétées ou compilées. Il me semble toutefois que le chemin est encore fort long pour les lettres, dans la mesure où les solutions disponibles demandent un investissement très important, que les chercheurs n’ont ni l’envie ni le temps de consentir.

    Premier exemple : les notes. Markdown n’a pas à ma connaissance de fonction pour les notes, qui sont un outil incontournable (tellement que votre billet l’utilise abondamment, recourant pour cela à l’implémentation spécifique qu’en fait WordPress). Certaines déclinaisons de Markdown le permettent, mais pas toutes. Et aucune à ma connaissance ne permet facilement de conjuguer deux systèmes de notes, pratiques très fréquente dans l’apparat critique des textes.

    Deuxième exemple : l’édition bilingue, où les textes sont placés en regard sur deux colonnes. Cette disposition, pertinente même pour un affichage sur écran, est extrêmement compliquée à mettre en place, même quand on est assez familier d’un outil avancé comme LaTeX. Elle est assez simple dans un traitement de texte.

    À travers ces deux exemples, je veux souligner que tant que les solutions alternatives n’offriront pas l’aisance d’utilisation des traitements de texte, il me semble illusoire d’attendre une adoption large de la part de chercheurs qui n’ont pas un goût personnel pour la technique sous-jacente, et la veulent aussi transparente que le sont un volant ou une pédale d’accélérateur.

    À ces éléments, j’ajouterais que l’édition scientifique en lettres françaises reste de fait dominée par le papier, et pas seulement en termes de métaphores. Certaines, si ce n’est pas plupart, des revues les plus prestigieuses n’ont *pas* d’édition numérique. Elles ne sont disponibles que sur papier. De ce fait, les chercheurs ont un intérêt objectifs à rester au plus près de ce support, puisque c’est lui et lui seul qui compte (au point qu’un texte publié en ligne est considéré comme dévalorisé de ce seul fait).

    • Julien Dehut dit :

      Merci beaucoup pour vos remarques. Suis complètement d’accord avec vous sur l’idée d’un rapport coût/investissement dont il faut tenir compte. De la même manière, on ne peut envisager l’idée d’un au-delà du traitement de texte sans comprendre les motifs qui ont conduit à son adoption généralisée. Word, tout comme LibreOffice représente un _progrès_, ou plus précisément a représenté un progrès. Votre métaphore automobolistique du volant et de la pédale me semble également tout à fait juste. Ce sont là des objets techniques qui renvoient à des savoirs appris, parfois durement, et dont on doit démontrer la connaissance et la maîtrise chaque fois que l’on prend la route.

      Le Markdown souffre depuis son origine de flottements dans sa grammaire qui ont conduit à la multiplication de _flavors_. Un effort est cependant en cours pour son unification (http://commonmark.org). On peut dès l’origine inclure des notes, qui prennent une forme identique à celles de ce billet. WordPress autorise d’ailleurs l’utilisation d’une version spéciale de Mardown (WordPress flavor [https://en.support.wordpress.com/markdown/]).
      Je n’ai malheureusement pas la main sur les modifications, mais les notes ne sont pas très bien gérées ici, ou générées. Vous prie de m’en excuser. Un problème de parsing sans doute….La bonne manière de procéder pour ce billet aurait été celle décrite ici : https://maisondescarnets.hypotheses.org/533/comment-page-1

      Pour l’édition bilingue, l’intérêt du Mardown est de permettre d’incorporer du HTML en son sein. Les possibilités de mise en page se révèlent donc nombreuses. Je joins un exemple bricolé rapidement. (https://jsfiddle.net/0168tdcs/). Restera encore la question du parsing cependant.

      Sur l’importance du papier par rapport au support numérique, il me semble que les choses évoluent rapidement. Le basculement vers les documents numériques est constaté par les éditeurs eux-mêmes. Cette dévalorisation ne semble-t-elle pas alors dépendre d’une hiérarchie entre les revues plutôt qu’entre des modes de diffusions différents, dont le numérique ?

  3. Merci Julien pour cet excellent billet,

    Je pense qu’il y a matière à des réflexions communes avec le laboratoire Dicen-IdF( en sciences de l’information et de la communication, thématique « Fabrique des Interfaces »). Voici une publication de la fin de l’année dernière co-écrite avec Thomas Bottini qui explore des thématiques communes.

    https://www.researchgate.net/publication/320268078_Reflexions_sur_le_fragment_dans_les_pratiques_scientifiques_en_ligne_entre_materialite_documentaire_et_pericope

    Au plaisir d’échanger,

    Gérald Kembellec

    • Julien Dehut dit :

      Merci beaucoup pour votre retour comme pour l’article que vous avez lié. Votre approche _péricopique_ centrée autour d’un What You See is What You Mean est vraiment très stimulante !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.