Ambigüité et message satirique dans La Modeste Proposition de Jonathan Swift

“A Modest Proposal” | Collection privée

On a choisi de s’intéresser à l’acte d’écriture dans un type d’écrit particulier : l’œuvre satirique, dans laquelle l’acte d’écriture semble investi d’une mission, celle de réformer les mœurs. La satire est donc un acte d’écriture, mais également un acte politique.

La Modeste proposition pour empêcher les enfants des pauvres en Irlande d’être à la charge de leurs parents ou de leur pays et pour les rendre utiles au public, est un pamphlet connu sous le nom plus bref de La Modeste Proposition, écrit par Jonathan Swift en 1729 et publié anonymement. Il s’agit d’une satire qui vise, entre autres, à dénoncer la situation économique désastreuse de l’Irlande à l’époque, et plus particulièrement les conditions de vie des Irlandais.

Un rappel sur le contexte social et économique de l’époque s’impose donc, afin de mieux comprendre les enjeux du pamphlet. Au moment où Jonathan Swift écrit La Modeste Proposition, l’Irlande était sous domination anglaise depuis des siècles. Cette domination s’est accentuée au XVIe siècle, lorsque le roi Henry VIII (à l’origine de la religion anglicane) a pris le titre de roi d’Irlande, un pays catholique comme l’était l’Angleterre jusqu’au règne de ce même Henry VIII : néanmoins les Irlandais, à l’inverse des Anglais, ont majoritairement refusé de se convertir au protestantisme. À la fin du XVIIe siècle, le roi William III (William of Orange) a promulgué les Lois Pénales (Penal Laws) : ces lois visaient tout particulièrement à empêcher toute forme d’autonomie de l’Irlande et à retirer tout pouvoir à la majorité catholique du pays, notamment en bloquant l’accès des Irlandais catholiques à la propriété, à la transmission de biens ou à la pratique de certains métiers (notamment la fonction publique). La majorité catholique irlandaise vivait donc de la culture de terres louées à des propriétaires terriens anglais (appelés absentees, en référence au fait qu’ils tiraient profit de ces terres, sans pour autant être présents sur le sol irlandais).

Ces Lois Pénales ont eu pour conséquence un terrible appauvrissement de la population catholique locale, appauvrissement aggravé par les famines successives qui ont frappé le pays, et ce dès le XVIIIsiècle (la plus “célèbre” famine est celle qui a touché l’Irlande entre 1845 et 1852, et qui aurait entrainé la mort de plus d’un million de personnes et l’émigration d’une bonne partie de la population).

Dans la Modeste Proposition, le narrateur anonyme de Jonathan Swift, qui se présente comme un économiste, propose une méthode quelque peu “étonnante” afin de remédier aux problèmes principaux en Irlande : la pauvreté et la faim. Tout l’effet de la proposition de l’économiste réside dans la manière dont elle est présentée :

C’est une triste chose pour ceux qui se promènent dans cette grande ville ou voyagent dans la campagne, que de voir les rues, les routes et les portes des cabanes encombrées de mendiantes que suivent trois, quatre ou six enfants tous en haillons et importunant chaque passant pour avoir l’aumône. […] Tous les partis tombent d’accord, je pense, que ce nombre prodigieux d’enfants sur les bras, sur le dos ou sur les talons de leurs mères, et souvent de leurs pères, est, dans le déplorable état de ce royaume, un très grand fardeau de plus ; c’est pourquoi quiconque trouverait un moyen honnête, économique et facile de faire de ces enfants des membres sains et utiles de la communauté, aurait assez bien mérité du public pour qu’on lui érigeât une statue comme sauveur de la nation. […] Un jeune américain de ma connaissance, homme très-entendu, m’a certifié à Londres qu’un jeune enfant bien sain, bien nourri, est, à l’âge d’un an, un aliment délicieux, très nourrissant et très sain, bouilli, rôti, à l’étuvée ou au four, et je ne mets pas en doute qu’il ne puisse également servir en fricassée ou en ragoût.

La Modeste Proposition de l’économiste de Swift pour sauver l’Irlande est bien de consommer la chair des enfants irlandais pour remédier au problème de la pauvreté et de la faim.

En regardant le texte de plus près, on se rend compte que malgré la cruauté et l’absurdité de la proposition de base, le pamphlet est très bien organisé, de manière logique et argumentée : l’économiste décrit d’abord les problèmes sociaux en Irlande en donnant des exemples précis, puis propose des arguments en faveur de sa proposition. Les différents arguments sont organisés comme dans un véritable traité économique. Il faut d’ailleurs noter qu’à l’époque, suite à l’explosion du commerce des écrits, les traités économiques et les pamphlets pour trouver des solutions aux problèmes de l’Irlande étaient courants, Swift en avait d’ailleurs lui-même rédigé : on peut notamment citer A Proposal for the universal Use of Irish Manufacture, écrit en 1720, dans lequel il proposait de consommer uniquement des produits irlandais. Dans la Modeste Proposition, Swift reprend le ton et le style des traités économiques pour en faire une sorte de parodie satirique.

Les intérêts de la proposition du narrateur sont multiples : il s’agit de nourrir et de vêtir la population (la nourrir avec la chair des enfants et la vêtir grâce à leur peau), limiter le nombre de catholiques (ici on entend bien la voix de Swift, qui était un homme d’Église protestant et qui s’opposait donc au catholicisme), limiter le nombre d’avortements, relancer l’économie grâce à l’exportation, créer une forme de “compétition” entre les mères grâce au commerce de viande d’enfants (« Nous verrions une honnête émulation entre les femmes mariées à qui apporterait au marché l’enfant le plus gras »), consommer “local” (encore une fois, Swift avait proposé cette idée de manière sérieuse auparavant dans A Proposal for the universal Use of Irish Manufacture en 1720) et créer une tradition culinaire typiquement irlandaise.  C’est à travers cette proposition absurde que Swift vise à critiquer des cibles variées, et ce, en adoptant la voix d’un narrateur anonyme capable de passer du pathos à la cruauté absolue en une seule phrase.

Néanmoins, si Swift attaque la domination anglaise et la cruauté des économistes, il n’épargne pas pour autant les Irlandais, décrits comme étant fainéants et passifs. Dans quelle mesure l’acte d’écriture satirique, qui est investi d’une mission, peut-il être ambigu ? Quel(s) problème(s) cette ambigüité peut-elle causer au niveau de la réception et donc de la transmission de la satire ?

De qui se moque-t-on ? Les cibles de la satire dans A Modest Proposal

La principale cible de cette satire est la domination anglaise en Irlande, mais également l’Empire britannique, qui s’enrichit sur le dos des peuples qu’il colonise. Dans le texte, l’Irlande est présentée comme un pays colonisé : le mot “sauvages” est d’ailleurs utilisé, en référence au langage employé par les colons. Une autre cible de la satire dans la Modeste Proposition sont les propriétaires terriens en Irlande, tous anglais, qui volent les terres aux Irlandais catholiques, qui, à cause des Lois Pénales, ne peuvent être propriétaires.

Certaines attaques envers les propriétaires terriens sont virulentes et très directes, et l’on entend parfois bien la voix de Jonathan Swift derrière la voix de l’économiste : « J’accorde que cet aliment [les enfants] sera un peu cher, et par conséquent il conviendra très bien aux propriétaires, qui, puisqu’ils ont déjà dévoré la plupart des pères, paraissent avoir le plus de droits sur les enfants ». Ici, Swift implique que comme les propriétaires anglais ont déjà “dévoré” l’Irlande de manière figurée, ils pourraient tout autant la dévorer littéralement.

Néanmoins, les Irlandais ne sont pas pour autant épargnés par la satire acerbe de Swift, ils en sont même une des cibles principales : Swift se plaignait régulièrement des mendiants de Dublin dans ses autres pamphlets, notamment en critiquant la religion et les pratiques des catholiques, leur « fainéantise », ainsi qu’en dénonçant les hommes politiques irlandais qui se rendaient, selon lui, complices de leur propre domination. Le lecteur prend évidemment les Irlandais en pitié, car ils sont relégués au rang de bétail et de “sauvages”, terme qui rappelle encore une fois la colonisation, ce qui est révélateur de l’opinion de Swift sur ce phénomène, qu’il dénonce dans d’autres œuvres, notamment Les Voyages de Gulliver.

Une autre cible de la satire dans la Modeste Proposition est les “projectors”, ces apprentis économistes qui proposent de mettre en place des politiques originales et innovantes pour remédier à la pauvreté. Bien souvent, ce sont des propositions qui visent à relancer l’économie, mais au détriment de l’humain et du peuple irlandais. Il a souvent été dit que La Modeste Proposition satirisait les écrits d’un certain William Petty, scientifique, philosophe, économiste et homme politique, notamment son ouvrage L’Arithmétique politique, écrit vers 1670, et imprimé dans les années 1690. L’une des propositions de Petty visait à déplacer les Irlandais hors d’Irlande afin de se servir du territoire à des fins agricoles. Il s’agit une proposition bien moins cruelle que celle du narrateur de Swift, mais tout aussi absurde. Le narrateur fictif de Swift est donc grandement inspiré de Petty et fait donc également l’objet de moqueries : toute l’ironie du pamphlet est donc basée sur le fait que le narrateur de Swift est lui-même satirisé, ce qui pose la question de la complexité des voix dans La Modeste Proposition, ainsi que la question de la réception de la satire.

Les problèmes de la voix et de la réception

La pluralité des cibles de la satire de Swift (Anglais et Irlandais, commerce et Empire britannique, colonisation) est à l’origine d’une certaine ambigüité : l’auteur dénonce les politiques britanniques en Irlande, sans pour autant prendre la défense des Irlandais. Mais cette ambigüité n’est pas uniquement liée à la pluralité des cibles de la satire, elle est également liée au problème de la superposition des voix dans l’essai.

Le lecteur perçoit une pluralité de voix dans le pamphlet, car sous celle du narrateur vient se glisser celle de l’auteur qui ridiculise son propre narrateur en soulignant sa cruauté, son manque d’humanité, sa fierté et son désir de reconnaissance. En effet le narrateur prétend œuvrer pour le bien commun, mais sa fierté le trahit et transparait dans le texte :

Quiconque trouverait un moyen honnête, économique et facile de faire de ces enfants des membres sains et utiles de la communauté, aurait assez bien mérité du public pour qu’on lui érigeât une statue comme sauveur de la nation.

L’économiste se voit donc comme un “sauveur de la nation” et fait passer ses propres intérêts avant ceux de l’Irlande : finalement, tout ce qu’il a dit avant n’est donc qu’hypocrisie. Cette hypocrisie transparait à travers le style et le ton de l’essai. On passe du pathos, avec une description détaillée des conditions de vie des mendiants à Dublin qui appelle à l’émotion et au sentiment, au commerce en une seule phrase. Tel William Petty et son arithmétique politique, le narrateur transforme les êtres humains en statistiques et en chiffres qu’il peut arranger à sa manière, et est capable de transformer des enfants pauvres, qu’il a auparavant décrits avec compassion, en viande, en marchandise, avec une précision quasi mathématique qui le rend bien peu humain :

La population de ce royaume étant évaluée d’ordinaire à un million et demi, je calcule que sur ce chiffre il peut y avoir environ deux cent mille couples dont les femmes sont fécondes ; de ce nombre je soustrais trente mille couples, qui sont en état de pourvoir à la subsistance de leurs enfants (quoique je ne pense pas qu’il y en ait autant, dans l’état de détresse où est ce royaume) ; mais en admettant ceci, il restera cent soixante-dix mille femmes fécondes. Je soustrais encore cinquante mille pour les fausses couches ou pour les enfants qui meurent d’accident ou de maladie dans l’année. Restent par an cent vingt mille enfants qui naissent de parents pauvres. La question est donc : comment élever cette multitude d’enfants et pourvoir à leur sort ?

En effet, si on examine de plus près les propos du narrateur économiste, on voit que celui-ci vient critiquer les propositions de Swift, qui encouragent notamment la consommation de produits locaux : le narrateur présente sa proposition comme la seule pouvant être réellement efficace, mais grâce à l’ironie du texte, le narrateur est descendu et les propositions sérieuses de Swift sont défendues :

Je ne prévois aucune objection possible à ma proposition, à moins qu’on n’allègue que le chiffre de la population en sera fort abaissé. […] Qu’on ne me parle donc pas d’autres expédients : de taxer nos absentees à cinq shillings par livre ; de n’acheter ni vêtements ni meubles qui ne soient de notre cru et de nos fabriques ; de rejeter complètement les matières et instruments qui encouragent le luxe étranger ; […] d’enseigner aux propriétaires à avoir au moins un degré de miséricorde pour leurs tenanciers […].

Toutes les propositions citées ici sont des propositions sérieuses qui ont été formulées par Swift auparavant.

Il y a donc juxtaposition de deux points vue opposés et incompatibles : celui du narrateur, sûr du bienfondé de sa proposition et celui de Swift, le satiriste, indigné par la situation. Le lecteur attentif réalise vite qu’il ne peut faire confiance à la voix du narrateur.

La Proposition est donc truffée de références ironiques et chaque argument avancé par le narrateur est miné par l’auteur lui-même. De plus, certaines interventions du narrateur sont en contradiction avec ce qu’il dit ou ce qu’il fait : « Mais cela et beaucoup d’autres choses, je n’en parle pas, tenant à être bref ». Dans cet exemple, l’ironie réside dans le fait que le narrateur ne sait justement pas faire preuve de brièveté, et se complait dans un étalage de détails tous plus sordides les uns que les autres.

Cette ironie sous-jacente se diffuse dans tout le texte et est à la base d’un véritable problème de réception, car beaucoup de lecteurs n’ont pas saisi l’ironie du texte. Cela a été renforcé par le fait que l’essai a été publié anonymement, sans doute parce que Swift avait eu des problèmes avec la publication de son Conte du Tonneau qui avait fortement déplu à la reine Anne, mais aussi dans l’idée de rendre la persona du narrateur, et donc ses propos, plus vraisemblables.

On en sait finalement peu sur comment l’œuvre a été reçue à l’époque, mais cela a certainement choqué et contribué au débat sur la pauvreté en Irlande. En effet, suite à la publication du pamphlet, il a été souligné que les Irlandais ont commencé à porter du lin aux enterrements à la place de la soie, ce qui traduit sans doute une manière de soutenir la production locale plutôt que d’acheter des produits à l’Empire britannique.

Même plus récemment, l’ironie du pamphlet n’est pas toujours comprise. En effet, Peter O’Toole, célèbre acteur irlandais, a organisé une lecture de La Modeste Proposition au Gaiety Theatre de Dublin devant un public en 1984. Le public s’attendait à ce que O’ Toole fasse une lecture de Shakespeare, mais il a délibérément choisi de lire La Modeste Proposition. De nombreux spectateurs ne connaissaient pas l’œuvre de Swift, n’ont pas saisi l’ironie et ont quitté la salle, choqués. Une chaîne de télévision irlandaise qui retransmettait en direct le gala a choisi, suite à des appels de spectateurs indignés, de mettre fin à la diffusion et a diffusé des publicités à la place. Peter O’Toole n’a donc jamais pu terminer sa lecture.

En recherchant des traductions en français de La Modeste Proposition de Swift (l’auteur est nettement moins connu en France) on s’aperçoit que beaucoup de lecteurs francophones non avertis ne comprennent pas l’ironie de la proposition et sont outrés, ce qui rajoute une dimension comique à la lecture. Près de 300 ans plus tard, l’œuvre de Swift fonctionne toujours.

Mais dans quelle mesure l’œuvre est-elle véritablement ironique ? Est-elle totalement ironique ?  N’y a-t-il pas de l’ambigüité dans l’acte même d’écriture chez Swift, qui ne prend parti ni pour les oppresseurs ni pour les oppressés ?

L’acte d’écriture : jeu satirique ou véritable indignation ?

Bien sûr, la satire doit exagérer, pour faire rire et pour choquer. Avec l’écriture satirique, on reste dans le domaine du comique, mais il y a dans La Modeste Proposition, et dans l’œuvre de Swift en général, une sorte de plaisir d’aller encore plus loin dans l’immoralité que les immoralités dénoncées : il est question de commerce d’êtres humains (qui rappelle la problématique de la colonisation), mais Swift rajoute de l’horreur à l’horreur en impliquant le commerce d’enfants ainsi que le cannibalisme. Il rajoute également des détails sordides superflus, comme la manière d’agrémenter la viande des enfants, ou les multiples façons d’optimiser au maximum la marchandise) :

Ceux qui sont plus économes (et je dois convenir que les temps le demandent) peuvent écorcher le corps ; la peau, artistement préparée, fera d’admirables gants pour les dames, et des bottes d’été pour les beaux messieurs.

Dans cet exemple, la cruauté des détails rajoute petite touche de moquerie sur la coquetterie des bourgeois, et ces détails superflus sont autant d’images sanglantes qui viennent automatiquement à l’esprit du lecteur.

Mais alors, pourquoi se complaire dans l’horreur ? L’acte d’écriture chez Swift semble avoir pour origine sa « sauvage indignation », comme le mentionne son épitaphe qu’il a lui-même rédigée. Car Swift est un polémiste, un moraliste en colère. La satire, la critique des vices, est donc le moteur principal de l’écriture de Swift, mais on ne peut s’empêcher de constater que dans La Modeste Proposition, par moment, le plaisir de critiquer, de se moquer, de choquer et de jouer avec le lecteur prend presque le pas sur l’idée de la réformation des mœurs. Si le désir de dénoncer est toujours présent, il est aussi plaisant : Swift alterne sans cesse entre détails sordides et manque de détails en laissant le soin au lecteur d’imaginer le pire. Ainsi, le lecteur devient acteur ou du moins complice de la proposition immorale, car grâce au pouvoir créateur de l’acte d’écriture, la proposition vire au cauchemar en quelques lignes. Ce véritable programme économique est rendu possible le temps de la lecture, car c’est une proposition qui, immoralité mise à part, a “du sens”, puisque Swift nous présente un véritable raisonnement par l’absurde. Lire la proposition, c’est accepter sa logique et donc sa plausibilité le temps de la lecture, mais le plus immoral reste encore d’en rire.

*

Dans La Modeste Proposition, on peut dire que la satire est directe, car les cibles sont facilement identifiables, mais l’auteur se complait dans une certaine ambigüité qui lui permet d’attaquer de toutes parts et de n’épargner personne.

C’est l’ambigüité du message satirique, véhiculée notamment par l’ironie, qui est à l’origine de l’efficacité de cette satire, puisque dans l’œuvre de Swift, l’ambigüité est au cœur même de la transmission. Oui, le message satirique peut être ambigu, car ici but de l’acte d’écriture est certes de se moquer, mais également de choquer et d’agiter les choses. L’indignation est à la base de l’écriture de Swift et il choque à son tour pour provoquer une indignation chez le lecteur. Il s’agit donc d’un acte d’écriture dont l’efficacité repose sur une véritable tension entre acte politique et jeu.

Dans La Modeste Proposition, Swift réalise un tour de force rhétorique et l’acte d’écriture provoque une réaction organique : d’un côté le rire pour le lecteur averti ou le lecteur attentif, et de l’autre une réaction viscérale de rejet. Que l’on saisisse ou pas l’ironie, l’acte d’écriture est efficace et la satire fonctionne ; le lecteur qui a saisi l’ironie de la proposition rit de l’absurdité de la situation dénoncée, il en comprend les enjeux. Le lecteur qui ne saisit pas l’ironie est tout de même choqué de la façon dont les pauvres sont traités, le message et l’indignation sont donc tout de même transmis d’une autre manière et l’ambigüité de la satire n’entrave pas sa transmission.

On atteint donc finalement une sorte de paradoxe : la satire en tant qu’acte d’écriture est un acte politique, mais est-elle un acte moral ? Peut-on dénoncer l’immoralité en étant soi-même immoral ?

Bibliographie

  • Angenot Marc, « La parole pamphlétaire », Études littéraires, 1978, vol11.2, p. 255-264
  • Bullit John M., Jonathan Swift and the anatomy of satire: A study of satiric technique, Harvard, Harvard University Press, 1966.
  • Duval Sophie, Martinez, Marc, La satire, Paris, Armand Colin, 2000.
  • Swift Jonathan, A Modest Proposal and Other Writings, London, Penguin Books, 2009.
  • Phiddian Robert, « Have You Eaten Yet? The Reader in A Modest Proposal », Studies in English Literature, 1500-1900, 1996, vol. 36, no 3, p. 603-621.
  • Ward, James, « Bodies for Sale: Marketing A Modest Proposal » Irish Studies Review, 2007, vol. 15.3, p. 283-294.
Pour citer ce texte : constancefaure, “Ambigüité et message satirique dans La Modeste Proposition de Jonathan Swift”, dans L'Atelier des Savoirs, 18 juillet 2018, https://eriac.hypotheses.org/343.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.