(Trans)mission : l’écriture entre acte et impact

E. Hemingway, « For Whom the Bell Tolls » (1939) | Lloyd Arnold

L’objectif de l’acte d’écriture constitue pour le critique une problématique incontournable. En effet, le désir d’écrire, comme l’appelait Gustave Flaubert, qui sous-entend que l’écrivain est en proie à une idée fixe, ne constitue qu’une explication imparfaite de ce passage à l’acte, et de ses ambitions. Le geste créateur est aussi problématique que la réception de l’œuvre elle-même, voire davantage. Car si l’objectif premier d’une œuvre littéraire semble bien a priori d’être lu, la transmission implique nécessairement transformation et déviation. Toute lecture est nécessairement partielle ou fragmentaire : manquant à saisir tous les aspects de l’œuvre, a fortiori, elle ne perçoit pas forcément les influences subies par l’auteur. La liberté interprétative engendrée par le décalage entre l’acte d’écriture et la réception de l’œuvre par le lecteur, témoignage des possibilités multiples d’interprétation du langage écrit, pose la question des objectifs fixés par l’auteur.

En amont, l’auteur, lui aussi lecteur, a intériorisé des idées, des formes et des concepts transmis par la lecture ou le rapport à d’autres médias, et là aussi, ce phénomène d’assimilation implique une déviation. L’étude de la (trans)mission permet donc d’envisager la création en devenir, l’écrivain se trouvant toujours à la jonction de deux grands moments : entre les influences subies par son œuvre et les lectures interprétatives que cette dernière engendre.  Ainsi se propose-t-on d’examiner l’impact de la lecture-écriture, à travers l’analyse d’auteurs de langues et d’époques différentes, et selon deux axes de réflexion : les circonstances du passage à l’acte d’écriture, d’une part, et, de l’autre, les effets du texte sur le lecteur, y compris le lecteur qu’est l’écrivain. Ce regroupement d’analyses des modalités de la transmission dans des œuvres de langues et d’époques diverses permet d’esquisser une typologie commentée des formes de (trans)mission littéraire. Plusieurs pistes de réflexion ont été envisagées, correspondant à ces deux aspects.

Acte d’écriture

Comment appréhender les influences, les mécanismes, transmis à la fois consciemment et inconsciemment, qui permettent l’écriture, qu’ils soient de nature littéraire, religieuse ou encore anthropologique ? Le terme d’acte sous-entend une volonté, le passage du projet à son accomplissement, autrement dit du Vouloir-Ecrire au Pouvoir-Ecrire ou du Désir d’Ecrire au Fait d’Ecrire comme le dit Barthes. Il s’agira d’analyser les diverses influences qui engendrent un certain type d’écriture, voire simplement l’écriture, ou l’entrée en écriture, pour montrer que l’écrivain ne les maîtrise pas toutes. Quels éléments entrent ainsi en jeu dans la production littéraire ? Qu’est-ce qui conditionne l’acte d’écriture ? Une des questions qui tourmente bon nombre d’écrivains est bien celle de la clé de toute productivité. Les œuvres littéraires peuvent mettre en scène cette recherche ou la figure de l’écrivain en quête. Nombre de textes théoriques se penchent également sur cette question. Ces interrogations ont servi de fil directeur à l’approfondissement des notions d’acte d’écriture, et de transmission entre reprise, emprunt et intériorisation. Il fut intéressant de pouvoir confronter différentes périodes et pays, du moyen-âge à l’époque contemporaine sous l’angle de la transmission. Des spécialistes de diverses langues (allemand, anglais, italien, espagnol) ont permis d’enrichir nos réflexions grâce aux spécificités et avancées de chacun, mais aussi des recherches inhérentes à chaque discipline.

Impact de l’écriture

A également été posée la question de l’impact de l’écriture, autre aspect de la trans(mission). L’impact de l’œuvre ne se confond pas avec l’intention de son auteur, et l’on a pu étudier leurs divergences, ainsi que les visées de l’écriture, d’ordre personnel ou public. Le désir de faire entendre un point de vue novateur, une critique, peut conduire un auteur à écrire dans un but didactique ou satirique. En d’autres cas, le souhait d’exprimer une douleur ou une frustration peut se cacher au cœur du projet réaliste. La tentative de recréer la beauté dans l’écriture place quant à elle un idéal esthétique au-dessus de toute préoccupation politique ou critique. Il va sans dire que différents objectifs ou idéaux peuvent se trouver associés au sein d’une même œuvre, parfois sur un mode conflictuel. Leur analyse a permis d’esquisser une vision plurielle et complexe de la transmission dans et par l’écriture. Les deux aspects distingués, acte et impact, ont été traités ensemble ou séparément par les différents intervenants.

Présentation du dossier

Myron Serra, doctorant en deuxième année, travaillant sur « L’Oikeiosis dans le stoïsme impérial : les enjeux philosophiques d’une transposition de concept de la Grèce à Rome », s’est penché sur la transmission dans l’écriture des Lettres à Lucilius. L’œuvre épistolaire de Sénèque est en effet écrite non seulement pour Sénèque lui-même mais pour un destinataire particulier, à qui Sénèque tente de transmettre la philosophie stoïcienne à Lucilius à travers une écriture qui tente d’amener le disciple vers l’otium, le loisir studieux. L’écriture est ainsi à la fois didactique, transmettant une morale et une philosophie, mais aussi collaborative, puisqu’il s’agit d’un échange, et émancipatrice, encourageant Lucilius à développer sa propre sagesse.

Jean-Baptiste Petit, docteur en littérature médiévale, se penche sur le phénomène de transmission du savoir à l’œuvre dans le Roman de Merlin. En effet, le texte a un fort aspect métalittéraire, puisque l’auteur du Merlin met en scène une œuvre en cours d’écriture à partir d’une parole originelle, de telle sorte que le phénomène de réception du texte constitue un enjeu majeur du roman. De plus, l’alliance entre oralité et texte dans une « écriture parlée » met à jour des questions de déviations et de transmission imparfaite, puisque l’écriture elle-même transmet par imitation « une voix dont l’origine reste éternellement secrète ».

Alexandra Tessier est étudiante en littérature italienne. Elle prépare un Master à l’Université Paris-Sorbonne et à la Sapienza de Rome sous la direction d’Alessandra Stazzone et Paolo Canettieri. Ses recherches concernent essentiellement le thème de l’amour par renommée et la poétique de l’absence dans la littérature médiévale au temps de la lyrique des troubadours et la resémantisation de la fin’amor dans la littérature italienne des Origines, notamment l’étude de sociologie et de psychologie sentimentale au Moyen Âge. Elle s’est intéressée en particulier aux textes de la lyrique troubadouresque et italienne du Moyen Âge. Elle a montré que les œuvres s’inspirent généralement d’une figure féminine inaccessible, mais aussi – et surtout – ineffable et a cherché à approfondir la tension qui existe entre désir et possibilité du dire et du langage.

Hélène Tessier Amorim est en quatrième année de thèse à l’Université de Rouen-Normandie et à la Rheinische Friedrich-Wilhelms-Universität Bonn, sous la direction de Françoise Rétif et Paul Geyer. Elle a cherché à montrer comment les écrivains du Premier Romantisme allemand, à l’aube de la modernité littéraire, thématisent dans leurs poèmes et romans le passage du Vouloir-Écrire au Pouvoir-Écrire. Le sacrifice s’inscrit au cœur de leur pensée comme nécessité absolue et condition sine qua non de toute création, si bien qu’il serait intéressant d’en soulever l’origine et de découvrir les sources d’une telle conception et intériorisation de l’acte de création littéraire. Le déploiement d’une littérature qui se met en scène comme sacrifice révèle la transmission de pratiques anthropologiques et religieuses jusqu’à l’écrivain.

Léopold Reigner est actuellement en troisième année de thèse sous la direction d’Anne-Laure Tissut. Son travail se concentre sur les problématiques d’interprétation, influence et déviation entre les œuvres de Gustave Flaubert et de Vladimir Nabokov. Il s’est penché, à l’occasion de cette étude sur la transmission, sur le lien entre transmission et influence, et sur le rôle de l’imitation dans le passage à l’acte d’écriture, étape que le lecteur-écrivain doit dépasser pour rejoindre la communauté d’écrivains formée par ses précurseurs. Nabokov ayant lu l’œuvre complète de Flaubert avant l’âge de quatorze ans, âge de ses premières compositions, la question du rapport entre « livre antérieur » que Barthes définit comme le livre lu et désiré par l’auteur en puissance, et l’œuvre admirée du précurseur est nécessairement posée.

Margaux Morin est doctorante en littérature française à l’Université de Rouen-Normandie sous la direction de Stéphanie Genand. Elle explore dans son travail les vertus d’un malentendu spécifiquement staëlien, qui instaure une distance particulière avec le lecteur et interroge l’investissement personnel de l’auteur dans ses textes. L’écriture accueille le malentendu comme un lieu de l’entre-deux, entre implication subjective et distance critique. La voix staëlienne se maintient dans un ailleurs préservant l’altérité des autres et de soi-même comme source du dynamisme du malentendu.

Mélissa Richard est actuellement en troisième année de thèse sous la direction de Marc Martinez. Elle se concentre sur « Le manque et l’excès dans l’œuvre satirique en prose de Jonathan Swift ». Pour ce dossier de doctorama, elle présente un regard critique sur l’ambigüité du message satirique de Jonathan Swift dans Les Voyages de Gulliver et Le Conte du Tonneau. La prose swiftienne, bien que porteuse d’un message satirique, reste ambigüe et ce principalement à cause des blancs, des non-dits et d’une éventuelle censure. L’auteur, dont l’acte premier est l’écriture destinée à dresser un portrait satirique d’une époque, se confronte aux limites du langage. Ce fossé entre intention et réception soulève la question de l’impact du langage satirique.

Constance Faure est actuellement en troisième année de thèse sous la direction de Marc Martinez. Elle travaille sur « L’esthétique grotesque dans l’œuvre de Jonathan Swift ». Elle a choisi de s’intéresser ici à l’ambigüité du message satirique dans La Modeste Proposition de Jonathan Swift. En effet, le pamphlet satirique cherche à dénoncer, à dévoiler les vices humains mais l’instabilité du narrateur/économiste dans La Modeste Proposition rend le message satirique ambigu et son impact incertain. Pourquoi Swift joue-t-il de cette ambigüité ? Comment le message satirique est-il alors transmis ?  

Florian Beauvallet est inscrit en cinquième année de thèse sous la direction d’Anne-Laure Tissut. Il s’intéresse à « la forme du roman dans l’œuvre de A. Thirlwell ». L’œuvre d’A. Thirlwell soulève parfaitement la question de l’espace qui sépare, ou rassemble, la lecture et l’écriture. De même, dans l’œuvre de A. Thirlwell, les frontières entre auteurs et lecteurs semblent s’effacer ou se fondre l’une dans l’autre. L’auteur lui-même est un lecteur et l’on peut se demander si toute lecture n’est pas alors forcément une réécriture.

Sarah Boulet est inscrite en première année de thèse sous la direction d’Anne-Laure Tissut. Elle s’intéresse à l’œuvre de Shelley Jackson et plus précisément, pour ce dossier, à la transmission dans l’hypertexte. Shelley Jackson est connue pour son recours au médium électronique ce qui lui permet de jouer sur la perméabilité des frontières entre lecteur et créateur, par exemple. À travers ses écrits, elle offre au lecteur la possibilité de composer ou décomposer le corps du texte et fait de la transmission ou de l’acte d’écriture un moment de création pour le lecteur autant que pour l’auteur.

Pour citer ce texte : Hélène Tessier Amorim, Léopold Reigner et Mélissa Richard, “(Trans)mission : l’écriture entre acte et impact”, dans L'Atelier des Savoirs, 18 juillet 2018, https://eriac.hypotheses.org/318.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.