Sortir de la maison : les Indiennes, actrices du changement

crédits photographiques : Caroline Trenda

Afin de continuer la réflexion et l’écriture de ma thèse portant sur les lieux d’identités féminines en Inde dans la littérature, un séjour sur le « terrain » a été nécessaire en janvier 2018. L’objectif de départ était de finaliser la collecte de documents auprès de bibliothèques universitaires et de librairies, rencontrer des professeurs travaillant dans le domaine des mouvements des femmes et/ou sur la question du genre en Inde, ainsi que plusieurs personnes gravitant autour de/et agissant dans ces cercles.
Ayant orienté mon étude sur des romans publiés par une seule maison d’édition,
Zubaan Books, basée dans la capitale indienne, j’en ai également rencontré la dirigeante.

La dernière fois que je me suis rendue à Delhi, c’était en 2012-2013, dans le cadre d’études de FLE. Sans surprise, la ville a changé depuis, excepté sur un point : les femmes sont toujours aussi peu présentes dans les rues. En réalité, il serait plus exact de dire que leur présence est concentrée dans certains endroits très spécifiques de la ville : les marchés, les arrêts de bus, les centres commerciaux (appelés malls) et bars branchés pour les plus riches, mais également dans les bureaux d’ONG ou d’associations de défenses des droits des femmes et des Droits de l’Homme et les universités.

En effet, depuis le viol d’une jeune étudiante dans un bus de Delhi en décembre 2012 – événement qui avait secoué l’Inde entière et entraîné une vague de manifestations dans l’ensemble du pays, associé au climat de tensions créé par le gouvernement actuel d’extrême droite, les associations et groupements se sont multipliés pour venir en aide et défendre les intérêts des femmes, mais aussi des enfants et des diverses minorités sexuelles (homosexuels, transgenres, hijras, etc.). Les femmes occupent ainsi une place de plus en plus importante dans la lutte pour leurs droits et contre un système qu’elles jugent arriéré et dangereux.

Il existe une grande variété d’organisations prenant part aux mouvements des femmes, on peut en avoir un aperçu sur les réseaux sociaux, avec la multitude de pages et de blogs leur servant de vitrine. Chacune possède ses méthodes et son public (suivant la classe sociale, la caste, l’âge, la zone géographique). Parmi ces organisations, j’ai pu rencontrer les dirigeantes de Feminism in India, Nirantar et Payana. Le premier groupe s’appuie principalement sur les réseaux sociaux afin de dénoncer les abus des médias sur l’utilisation de l’image de la femme dans différents contextes sociaux (surtout urbains) : ils touchent en majorité à la sexualisation du corps féminin. Ce groupe s’adresse en premier lieu à une classe urbaine issue de couches sociales favorisées et maîtrisant l’anglais, puisque 90 % de leurs articles sont publiés dans la langue de Shakespeare. En dehors d’Internet, les membres de Feminism in India organisent également des ateliers auprès des lycéens et étudiants de l’enseignement supérieur privé afin de leur faire prendre conscience de la condition féminine en Inde du Nord.

Nirantar vise un public plus large, il vient en aide à des femmes et des enfants issus de milieux modestes, voire pauvres, et propose de nombreux chantiers de réinsertion pour les femmes célibataires. L’accent est également sur l’éducation des enfants, notamment des petites filles.

Payana est une ONG de Bangalore venant en aide aux transgenres. Elle leur offre un abri et est ouverte à toute personne ayant des questionnements sur sa sexualité. Elle est très active dans la Gay Pride de la ville. Si les deux premiers groupes se sont surtout concentrés sur l’histoire du mouvement des femmes en Inde, ainsi que sur ses luttes actuelles (aspects vus également avec les groupes d’étudiantes féministes), du point de vue de l’identité sexuelle de la femme, l’entretien avec la dirigeante de Payana a apporté des éléments nouveaux pour ma thèse.

Ayant eu quelques expériences universitaires à JNU, c’est principalement vers cette institution que je me suis tournée pour rencontrer des étudiantes membres de groupes féministes. JNU est une université très politisée, il existe plusieurs groupes féministes liés aux différents partis représentés dans cet établissement. La majeure partie des étudiantes rencontrées se considèrent comme étant de gauche. Elles participent aux diverses manifestations qui font la réputation de JNU (de l’opposition à certaines décisions de l’administration aux veillées à la mémoire de tel ou tel drame social international). Certaines essaient de faire de la prévention autour d’elles, contre le harcèlement notamment, ou contre leurs conditions de vie dans leurs résidences universitaires (soumises à plus de règles que dans celles pour garçons). La plupart du temps, elles se retrouvent lors de débats durant des soirées entières (c’est aussi cela, la magie de JNU). Elles dénoncent plus qu’elles n’agissent vraiment, et cela reste dans les limites de l’université. Beaucoup estiment qu’elles seront plus efficaces dans ce genre de mouvements une fois diplômées et employées. JNU leur donne un espace où s’exprimer devant une assemblée, affiner leurs opinions et les préparer pour l’extérieur. Les propos recueillis auprès d’elles ressemblent beaucoup à ceux des organisations citées plus haut. Mais il y a, pour nombre d’entre elles, un véritable acharnement pour accéder à l’éducation, une reconnaissance de son importance pour sortir la femme indienne de sa maison. J’ai pu apprendre quelques histoires personnelles de leurs mères et de leurs grands-mères, les luttes qu’elles ont menées, ou pas. En dehors de ces étudiantes, je me suis approchée également de femmes de tous âges rencontrées chez elles, dans les marchés. Je pouvais compter sur un ami traducteur quand l’anglais n’était pas possible.

Ce terrain m’a permis de tester la dernière partie de ma thèse, qui porte initialement sur la lecture et l’écriture en tant qu’espace où se créent les identités féminines. Je me suis rapidement rendue à la conclusion qu’un tel sujet demandait à lui seul toute une recherche. J’ai donc réorienté mes recherches vers d’autres éléments plus probants et plus pertinents pour mon étude, notamment touchant le corps et la mémoire. La lecture et l’écriture seront tout de même abordées, mais de façon mineure. Je suis revenue de Delhi avec suffisamment de matériel et d’enthousiasme pour mener à bien le reste de l’écriture de ma thèse !

Pour citer ce texte : Caroline Trenda, “Sortir de la maison : les Indiennes, actrices du changement”, dans L'Atelier des Savoirs, 27 juin 2018, https://eriac.hypotheses.org/271.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.