Léon Meyer (1868-1948), député-maire du Havre déporté parce que juif avec sa famille

Léon Meyer 1932

M. Léon Meyer, ministre de la Marine Marchande, maire du Havre (1932) | gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France

Maire du Havre pendant plus de vingt ans, député de la Seine-Inférieure et ministre sous la Troisième République, Léon Meyer est une personnalité politique encore mal connue. Écarté puis déchu de ses fonctions en 1940/1941, il ne suscite que depuis peu l’intérêt de la communauté scientifique. Les travaux de recherche de ces dernières années sur les bombardements du Havre[1] ont montré que le traumatisme qu’ils ont engendré a durablement relégué à l’arrière-plan d’autres aspects de l’Occupation dans la cité portuaire. Les réflexions consacrées à cette « mémoire-écran » ont conduit l’historien havrais John Barzman à s’interroger sur l’occultation du parcours de Léon Meyer, en lien avec l’analyse des facteurs qui ont favorisé le retour, après la guerre, du maire nommé par Vichy Pierre Courant[2]. Parallèlement, l’installation de Stolpersteine (pavés de mémoire) pour des victimes de la Shoah en Seine-Maritime[3], ainsi que l’ambitieux projet de Dictionnaire des victimes du nazisme de Normandie[4], ont stimulé la recherche sur les déportés de la région. Impliquée dans ces projets, je tenterai, en croisant des sources très diverses, de remédier aux lacunes ou contradictions sur la persécution de Léon Meyer. Les travaux existants[5] ne mentionnent souvent que de manière marginale les circonstances de son arrestation, en tant que Juif réfugié dans le département de l’Isère, et de sa déportation à Bergen-Belsen puis à Theresienstadt dont il fut rescapé. Ils évoquent encore plus rarement le sort de son épouse Suzanne née Weill (1875-1949) et de sa fille Denise Meyer (1896-1975), pourtant arrêtées et déportées avec lui. Les reconstituer contribue à l’étude globale du parcours de cet homme politique normand, qui reste encore à écrire.

Après avoir donné quelques indications biographiques, je ne rappellerai ici que les grandes lignes de la carrière politique de Léon Meyer. Il est né le 11 septembre 1868 au Havre d’un père marchand de confections alsacien, Marc Meyer, et d’une mère modiste originaire de Saône-et-Loire, Elisabeth Deitz. Très jeune, il devient courtier assermenté en café avec un de ses frères et s’établit durablement dans le milieu du négoce. En 1894, il épouse Suzanne Weill à Elbeuf, où celle-ci est née le 20 avril 1875. La famille de Léon était arrivée en Normandie avant la guerre de 1870, mais celle de Suzanne, venue elle aussi d’Alsace, s’y était installée au moment de son annexion par le Reich allemand ; son père Isaac, cofondateur de la société Weill-Kinsbourg & Bernheim, puis son frère Marcel ont été d’importants négociants de drap d’Elbeuf. Après un enfant mort-né en 1895, Léon et Suzanne Meyer ont eu trois filles dont l’aînée, Denise, est née le 2 avril 1896 au Havre[6]. Cette dernière, restée célibataire après la rupture de ses fiançailles avec le député de l’Eure Georges Chauvin[7], a vécu avec ses parents dans le centre-ville du Havre, 5 place Sadi-Carnot, leur adresse depuis au moins les années 1920[8].

Actif dans le milieu associatif et engagé au sein du Parti radical, Léon Meyer s’implante rapidement dans la vie politique havraise. D’abord élu conseiller général en 1907, il devient en 1919 maire de la cité portuaire et y est réélu trois fois, en 1925, 1929 et 1935. Laïque convaincu, franc-maçon et longtemps proche de certains milieux syndicaux, il imprime durant de longues années sa marque à la ville. Connu entre autres pour sa politique d’embellissement du Havre et pour sa lutte contre la vie chère, il a à cœur d’améliorer la vie des ouvriers, mais il cherche aussi à réduire l’influence croissante du Parti communiste. Député à partir de 1923 et toujours réélu, il défend à la Chambre les activités maritimes et plaide notamment pour le vote des femmes. Il obtient rapidement des postes gouvernementaux : d’abord sous-secrétaire d’État à la Marine marchande en 1924-1925 puis à l’Économie et au Commerce en 1930-1931, il est ministre de la Marine marchande en 1932-1933, dans les gouvernements Herriot et Paul-Boncour. Marginalisé au moment du Front populaire parce qu’il rejette toute idée d’alliance avec les communistes, il est certes réélu député en 1936 mais perd de plus en plus ses soutiens dans le monde ouvrier et syndical. Ses positions ont évolué vers le centre-droit et en 1937, après trente ans de mandat, il n’est pas réélu conseiller général. Son anticommunisme lui a souvent été reproché, mais il a aussi énergiquement alerté l’opinion sur le danger de « l’aventure du fascisme »[9].

Avant la Seconde Guerre mondiale, le septuagénaire est déjà en perte d’influence, mais c’est la persécution antisémite qui met un terme à sa carrière politique. Le 9 juin 1940, à l’approche des troupes allemandes, il se réfugie avec de nombreux autres parlementaires à Bordeaux. Ce repli lui a été ordonné, mais lui est reproché par les vichystes havrais pendant l’Occupation et même au-delà. À son retour le 29 juin, donc avant même l’instauration du régime de Vichy, le maire est mis à l’écart et ne retrouve pas ses fonctions[10]. Ce supposé « lâche » avait pourtant été soucieux d’« empêcher l’asservissement »[11] de son pays et avait, en février 1940, remis au président du Conseil Édouard Daladier trois millions de francs pour la défense nationale au nom de la ville du Havre[12]. Pas plus clairvoyant que ne l’a été la grande majorité des parlementaires de sa famille politique, Léon Meyer vote les pleins pouvoirs à Pétain le 10 juillet 1940 à Vichy[13]. En novembre 1941, quelques mois après le second statut des Juifs, il est nommément déchu, avec d’autres parlementaires juifs, de son mandat de député par décret de l’État français[14].

En raison de ses origines, Léon Meyer est aussi physiquement en danger dans la zone occupée, qu’il quitte probablement dans le courant de l’année 1941. On sait qu’en juin 1941, il est domicilié dans un hôtel de la côte varoise, le Prieuré de Lamargue à Toulon, où la présence de son épouse est attestée aussi en mai 1942[15]. Mais sans doute n’y séjournent-ils qu’épisodiquement, car c’est à Grenoble que Léon Meyer est établi plus durablement avec sa famille à partir d’octobre 1941[16]. Il y réside à l’Hôtel Napoléon, rue Montorge, avec son épouse Suzanne et sa fille Denise, mais aussi sa petite-fille Christiane Grunebaum (1924-2010), dont la mère Paulette (troisième fille des Meyer) est décédée et dont le père Jean a rejoint Londres. Les informations sur leur séjour à Grenoble émanant des Renseignements généraux (RG) sont corroborées par le témoignage de la camarade d’études de Christiane, Nicole Jacquier, qui a contribué au sauvetage de la jeune fille en 1944 et s’est vu décerner le titre de Juste parmi les Nations. Elle évoque notamment les retrouvailles de Léon Meyer avec son père, le sénateur radical de la Haute-Savoie Paul Jacquier, lui aussi franc-maçon, et précise que les Meyer se sont installés à Grenoble sous un nom d’emprunt[17]. L’ancien maire du Havre y mène une vie retirée, restant le plus souvent à l’hôtel et recevant peu de visites.

Il quitte Grenoble en juin 1943 avec son épouse et sa fille pour la station thermale d’Uriage, à une quinzaine de kilomètres de là dans le massif de Belledonne. Il est d’abord en villégiature à l’Hôtel du Parc, apparemment pour raisons de santé. Mais en septembre, les Allemands envahissent la zone occupée jusqu’alors par les Italiens, et c’est probablement à ce moment-là que Léon Meyer décide de ne pas retourner à Grenoble car il se sent menacé : les RG soulignent son inquiétude d’être recherché par la police allemande. Il n’est toutefois guère plus en sécurité à Uriage, où se sont réfugiés de nombreux Juifs, car il peut « difficilement dissimuler sa personnalité », même s’il se fait appeler Monsieur Denis. À la même période, les Meyer font mettre leur petite-fille Christiane à l’abri dans un sanatorium d’Hauteville, où elle reste jusqu’à leur arrestation[18].

Grand Chalet d'Uriage

Le Grand chalet d’Uriage, où Léon, Suzanne et Denise Meyer ont été arrêtés le 6 février 1944 | cartorum.fr

Dans le département de l’Isère, Léon Meyer est à la fois traqué comme Juif par les autorités nazies et surveillé comme potentiel adversaire de Vichy par les RG français. Ces derniers sont chargés d’établir le lien éventuel qu’il entretient avec les milieux de la Résistance. Les sources sur son engagement sont partiellement divergentes. Un rapport d’août 1943 indique qu’« à aucun moment M. Meyer ne s’est fait remarquer par une activité quelconque », mais précise qu’il a reçu la visite à Grenoble, en septembre 1942, de son ami Édouard Herriot, ancien président de la Chambre des députés qui est alors sous étroite surveillance. En juin 1945, les RG rapportent que durant son séjour dans les Alpes, Léon Meyer « est resté constamment en contact avec des membres actifs de la Résistance qui le représentent comme ayant toujours manifesté, parmi eux, des sentiments gaullistes et anti-collaborationnistes »[19].

L’enjeu d’une activité résistante de Léon Meyer apparaît surtout lorsqu’en 1945, un jury d’honneur instauré par le Conseil d’État doit statuer sur la réhabilitation des personnes déclarées inéligibles, dont celles qui ont voté les pleins pouvoirs à Pétain en 1940. Dans un courrier adressé au jury, Léon Meyer affirme avoir « participé à un groupe de résistance » auquel appartenaient notamment le chanoine Jean-Marie Desgranges, ancien député lui aussi, et le doyen de la faculté des sciences de Grenoble René Gosse, exécuté plus tard avec son fils par des miliciens[20]. Le jury d’honneur prend aussi en compte sa déportation et s’appuie sur les sources des RG évoquées plus haut. L’avis du préfet de l’Isère est déterminant dans la décision finale : selon lui, l’ancien député ne semble pas, « en raison de son âge avancé », avoir « participé activement à la lutte contre l’ennemi ou l’usurpateur », mais il a nourri « des sentiments hostiles […] à l’égard de l’occupant et des sentiments favorables […] vis-à-vis des organisations clandestines de la Résistance ». Édouard Herriot intervient aussi en faveur de Léon Meyer, lui témoignant sa solidarité en ces termes : « Tous ceux qui vous connaissent savent comme moi que vous n’avez jamais cessé de mener le bon combat et de lutter de toutes vos forces pour la République et pour la France. » Le dossier du jury d’honneur contient également un courrier de Jules Jeanneney, ministre d’État dans le gouvernement provisoire, qui évoque les entretiens qu’il a eus avec Meyer à Grenoble en 1942-1943 : ceux-ci, écrit-il, « attestaient de [la] foi patriotique et de [la] fidélité aux principes républicains » de l’ancien député-maire du Havre. Léon Meyer est officiellement relevé de son inéligibilité le 18 juillet 1945.

Il est assez significatif, dans le contexte de l’immédiat après-guerre, que ni Léon Meyer ni le jury d’honneur ne mentionnent qu’il a été persécuté, arrêté puis déporté parce que juif. Mais son dossier de déporté conservé au Service historique de la Défense (SHD) à Caen est clair à cet égard : suite à une demande de reconnaissance de titre effectuée par sa fille après sa mort, il est considéré par le ministère des Anciens Combattants et Victimes de Guerre comme déporté politique pour motif racial[21], donc comme déporté de persécution et non de répression. Un dernier élément peut être évoqué à propos de ce silence sur les persécutions antisémites : dans sa demande de réhabilitation de 1945, Léon Meyer n’évoque pas un autre résistant, le père Lucien Henri Vandevoorde, qu’il a pourtant fréquenté en Isère et qui l’a peut-être orienté vers la station thermale en 1943. Ce prêtre dominicain faisait partie à Grenoble d’un réseau qui cachait des Juifs, et sa sœur Marie-Thérèse Formant, reconnue comme lui Juste parmi les Nations, résidait à Uriage où elle a aidé plusieurs familles. Après l’arrestation des Meyer, c’est Vandevoorde qui a fait cacher leur petite-fille Christiane Grunebaum dans un foyer chrétien à Lille, lui sauvant ainsi la vie[22].

La dernière adresse iséroise de Léon, Suzanne et Denise Meyer est le Grand chalet d’Uriage[23], un établissement situé sur la commune de Saint-Martin-d’Uriage qui accueillait des curistes en temps de paix. C’est là qu’au cours d’une rafle de Juifs, ils sont arrêtés le 6 février 1944 à sept heures du matin. Après la guerre, le maire de Saint-Martin en témoigne et précise que « Léon Meyer se sentant pourchassé avait, peu avant son arrestation, effectué des démarches pour changer d’état civil, démarches qui n’ont pu être réalisées à temps »[24]. On connaît les circonstances assez précises de la rafle d’Uriage par une étude régionale de l’historien Tal Bruttmann[25]. Elle est opérée dans les deux communes de la station thermale par le Kommando Drancy du SS-Hauptsturmführer Alois Brunner, commandant du camp éponyme. La traque des Juifs a commencé dès l’arrivée des Allemands dans la zone précédemment occupée par les Italiens, qui avaient refusé de les livrer par rejet d’une ingérence nazie. Mais elle n’a pas produit assez vite les résultats escomptés et le lieutenant d’Adolf Eichmann conduit lui-même les opérations de « liquidation » dans la région de Grenoble au début de l’année 1944. La rafle d’Uriage du 6 février ouvre cette action d’envergure et touche plusieurs dizaines de personnes, emmenées à l’hôtel Suisse et Bordeaux de Grenoble, où les SS ont établi leurs quartiers, puis  transférées à Drancy en vue de leur déportation.

Léon, Suzanne et Denise Meyer sont internés à Drancy le 8 février sous les matricules 14668, 14669 et 14670, et l’ancien maire du Havre doit remettre l’argent et les biens qu’il a sur lui, soit 27 300 francs et deux montres en or[26]. Tous trois échappent de peu à la déportation à Auschwitz-Birkenau : leurs noms figurent déjà sur la liste du convoi no 69 du 7 mars 1944, comme ceux d’autres victimes de la rafle d’Uriage, mais ils en sont retirés dans des circonstances inconnues. Sur cette liste, la profession indiquée pour Léon Meyer est « négociant » (Kaufmann), sans mention de ses responsabilités politiques[27]. Sans doute des personnalités de premier plan ont-elles, au dernier moment, intercédé en sa faveur en rappelant quelles avaient été ses fonctions. Toujours est-il que c’est comme « personnalité-otage » qu’il est déporté avec sa femme et sa fille par le convoi 80B du 3 mai 1944 vers le camp de concentration de Bergen-Belsen[28], en même temps que des épouses et enfants de prisonniers de guerre juifs. Ces familles, qui sont censées être « protégées » par le maréchal Pétain et partent en quatre convois, sont susceptibles de servir de monnaie d’échange, de même que les quelques notables juifs déportés avec leurs proches dans ce camp du nord de l’Allemagne[29]. Une liste conservée aux archives de Bad Arolsen[30] atteste de la présence de Léon, Suzanne et Denise Meyer au « camp de l’étoile » (Sternlager), la partie du camp désignée ainsi car les détenus y portent l’étoile jaune sur leurs vêtements civils[31]. Les archives ne nous apprennent rien de plus sur les dix semaines que les Meyer passent dans ce secteur de Bergen-Belsen. Les conditions de vie y sont certes un peu moins dures que dans d’autres camps de concentration, mais leur avenir est incertain, et ils sont finalement transférés à Theresienstadt, camp-ghetto établi sur le territoire du protectorat allemand de Bohême-Moravie.

Installé en 1941 dans une ville fortifiée construite à la fin du XVIIIe siècle en l’honneur de Marie-Thérèse d’Autriche puis devenue tchécoslovaque sous le nom de Terezín jusqu’à l’invasion allemande, le ghetto est certes distinct des camps de concentration sur le plan administratif et dans sa configuration géographique, mais il a une réelle fonction dans ce que les nazis appellent la « Solution finale ». Il sert de camp de transit pour les Juifs du protectorat de Bohême-Moravie avant leur déportation à l’Est, mais on y envoie aussi des Juifs venant d’Allemagne, d’Autriche, des Pays-Bas et du Danemark (au départ surtout des personnes âgées), dont une majorité est déportée plus tard à Auschwitz. Une de ses particularités est d’être également un lieu de détention pour une centaine de notables (Prominente) juifs de différentes nationalités et leur famille[32].

Il était assez difficile de déterminer la date du transfert des Meyer à Theresienstadt. Dans l’après-guerre, les services de recherche du ministère français des Anciens Combattants n’avaient pu l’établir[33], mais en croisant diverses sources allemandes et tchèques, on sait désormais que Léon, Suzanne et Denise y ont tous trois été transférés, hors convoi, le 12 juillet 1944. Trois semaines plus tôt, une note administrative annonce l’arrivée prochaine du ministre à Theresienstadt et précise qu’il doit y être considéré comme prominent[34]. Les détenus ont en principe pour matricule leur numéro dans le convoi qui les a acheminés vers le camp-ghetto : ceux des Meyer, 285-XXIV/3 pour Léon, 284-XXIV/3 pour Suzanne et 286-XXIV/3 pour Denise, correspondent à un convoi arrivé de Bergen-Belsen en janvier 1944, mais une liste établie en 1945 mentionne bien trois personnes supplémentaires arrivées séparément le 12 juillet[35]. La mention « Nederland » inscrite sur leurs fiches de transport pouvait engendrer une confusion supplémentaire, mais en réalité, les arrivées depuis Bergen-Belsen étaient enregistrées sous le même chiffre romain (XXIV) que les convois en provenance des Pays-Bas[36].

Cette date est aussi indiquée dans la notice biographique de Léon Meyer figurant dans l’« album des personnalités » de Theresienstadt (Prominentenalbum). Ce précieux document a été récupéré après la libération du ghetto par une survivante allemande, Käthe Starke, qui l’a rapporté à Hambourg en 1945[37]. Les curriculums vitae qu’il contient, avec des photos, ont été rédigés par l’administration juive « autonome » (Selbstverwaltung), et des brouillons sont conservés aux archives Beit Theresienstadt en Israël[38]. Affectée au ménage dans les logements des personnalités, puis à l’administration de la bibliothèque du ghetto, Käthe Starke a par ailleurs directement fréquenté Léon Meyer, auquel elle consacre quelques lignes dans un témoignage publié en 1975[39].

Léon Meyer en 1944 à Theresienstadt | Axel Feuß, Das Theresienstadt-Konvolut, Hambourg, 2002

Un statut particulier est réservé aux personnes reconnues comme personnalités et à leur famille. Parmi celles-ci, on distingue deux catégories : les Prominente A (notables de rang A), dont fait partie Léon Meyer dès son arrivée, sont considérés comme tels par l’administration SS : il peut s’agir d’anciens responsables politiques ou encore de proches de dignitaires nazis ; les Prominente B, issus par exemple du milieu des arts et des sciences, obtiennent ou non ce statut sur proposition de l’administration juive. Tous portent l’étoile jaune comme leurs codétenus, mais ils sont en principe dispensés du travail forcé. Seuls les premiers sont protégés, du moins en théorie, de la déportation vers les centres de mise à mort. Mais encore faut-il, pour conserver leur statut, qu’ils soient en mesure de faire reconnaître leurs titres ou positions. Ruth Bondy, une autre rescapée, témoigne ainsi des difficultés qu’a rencontrées Léon Meyer pour prouver la durée de ses activités gouvernementales, même s’il avait sur lui des documents ministériels attestant de ses nominations[40]. Son curriculum vitae élaboré par l’administration juive à la demande du commandant SS comporte d’ailleurs des approximations, peut-être volontaires pour le protéger : il ne distingue pas, notamment, ses fonctions de ministre de celles de sous-secrétaire d’État et laisse ainsi à penser que Léon Meyer aurait été à la tête de plusieurs ministères quasiment sans interruption de 1924 à 1933. La mention de ses nombreuses décorations, dont la Légion d’honneur, semble être aussi un élément déterminant dans la reconnaissance de son statut[41].

Selon leur catégorie, les détenus vivent dans différents types d’hébergements (Ubikationen). Les Prominente ne subissent pas l’effroyable promiscuité que connaissent beaucoup d’autres Juifs entassés dans les grandes casernes de l’ancienne ville de garnison, mais logent dans les maisons d’habitation où ils occupent généralement des chambres séparées avec leur famille. On sait par les archives de Bad Arolsen que les Meyer vivent au numéro 26 de la Seestraße, dans le bâtiment L126 du bloc FII, chambre 31[42]. Ils sont arrivés peu après la phase dite d’« embellissement » de Theresienstadt. Lors de celle-ci, les nazis ont mis en œuvre, après avoir éradiqué la surpopulation en déportant une partie des détenus à Auschwitz, une opération de camouflage de la réalité destinée à leurrer une délégation de la Croix-Rouge Internationale reçue en juin 1944. L’habitation L126 fait partie des lieux « exemplaires » inscrits dans le programme de visite du ghetto « modèle »[43]. Dans son témoignage intitulé ironiquement « Le Führer offre une ville aux Juifs », Käthe Starke évoque l’arrivée de Léon Meyer : à une période où Theresienstadt pouvait « apparaître comme un peu moins repoussant », l’ancien ministre se serait, selon elle, « adapté avec aisance à la situation »[44].

On connaît en réalité peu de choses sur la vie quotidienne des Meyer à Theresienstadt, mais les témoignages permettent de retenir quelques éléments. On sait par exemple que Léon fréquente la grande bibliothèque du ghetto, qui s’est enrichie au fil du temps des ouvrages confisqués aux nombreux intellectuels à leur arrivée. Il n’y vient pas pour lire mais pour demander au baron Rudolf von Hirsch, un propriétaire terrien bavarois qu’il a connu dans les Pyrénées, de l’aider « à s’orienter »[45]. Sa fille Denise apporte quant à elle sa contribution à l’éducation des enfants. L’administration juive déploie en effet de gros efforts pour préserver ceux-ci au maximum, en tentant entre autres de leur donner une instruction. L’enseignement officiel est certes interdit par le commandant SS, mais des activités pédagogiques clandestines ont pu être mises sur pied dans les hébergements réservés aux enfants et aux adolescents. Le journal d’un jeune garçon tchèque, Pavel Weiner, qui a miraculeusement survécu pendant trois ans à Theresienstadt sans être envoyé à Auschwitz, nous apprend que « Mademoiselle Meyer » donne des cours de français dans le bâtiment L216[46], à savoir la bibliothèque des enfants (bloc FIII). Mais on ne sait rien des circonstances qui l’ont amenée à exercer cette activité, peut-être temporaire. Et surtout, il est difficile d’imaginer ce qu’elle a pu ressentir lorsque ses élèves disparaissaient, à jamais, dans les « transports vers l’Est » (Osttransporte).

Plan du ghetto de Theresienstadt | Stadtgeschichtliches Museum Leipzig (Wikimedia commons)

Le dernier élément qui mérite un développement et une brève mise en contexte concerne la participation forcée de Léon Meyer, aux côtés de nombreux autres détenus, au film de propagande nazie tourné à partir d’août 1944 dans le camp-ghetto. Intitulé à des fins de mystification Theresienstadt. Ein Dokumentarfilm aus dem jüdischen Siedlungsgebiet (« un film documentaire sur la cité de peuplement juif »), le film est destiné à faire croire à la prétendue normalité de la vie des « habitants », de leur travail et de leurs « loisirs ». Il met notamment en scène l’activité culturelle de Theresienstadt, comme ses concerts ou ses représentations théâtrales. Cette activité a certes été riche, sans équivalent dans les camps de concentration, mais elle a été organisée dans des circonstances très difficiles et pouvait être interdite à tout moment, même si l’administration SS la tolérait comme une soupape permettant d’éviter les révoltes. Les artistes détenus dans l’ancienne ville fortifiée y ont surtout vu un moyen de survie, mais on n’oubliera pas que nombre d’entre eux ont ensuite été déportés et assassinés à Auschwitz. Toujours à des fins de propagande, il s’agit aussi de faire croire à l’opinion internationale que les personnalités enfermées à Theresienstadt sont bien traitées. Il est donc important pour les nazis de les faire apparaître à l’écran.

Dans les extraits et sur les photogrammes du film, conservé de manière fragmentaire[47], il n’a pas été possible d’identifier Léon Meyer. Mais par les comptes rendus de tournage du réalisateur juif Kurt Gerron[48], on sait que l’ancien maire du Havre apparaît dans une séquence où des détenus, bien habillés et à l’apparence soignée, se font servir des rafraîchissements sur une terrasse de café protégée par des parasols. Il y fait de la figuration en compagnie de l’ancien ministre allemand de l’Intérieur Georg Gradnauer, de l’ancien ministre tchécoslovaque de la Justice Alfred Meissner et de l’ancien conseiller ministériel allemand Fritz Rathenau[49]. Käthe Starke décrit ce lieu improbable, aménagé au cours de la phase d’« embellissement » du ghetto à l’extérieur d’une ancienne salle des fêtes, la Sokolovna : d’abord utilisée comme hôpital, celle-ci est transformée pour l’occasion en un espace de « convivialité » feinte[50]. Il est difficile de se représenter comment les détenus, devenus acteurs malgré eux, ont pu vivre cette cynique mascarade.

Les Meyer passent dix mois à Theresienstadt et leurs conditions de vie se dégradent au fil du temps. Les derniers mois dans le camp-ghetto sont terribles pour tous les détenus, et les convois vers Auschwitz se succèdent à l’automne 1944. Même si les personnalités ont droit à des rations alimentaires un peu plus importantes, elles souffrent elles aussi de la faim, elles en meurent même parfois. La fiche médicale de Léon Meyer établie au moment de son rapatriement signale laconiquement un amaigrissement de 25 kilos[51]. Les conditions sanitaires déplorables affectent aussi l’ensemble des détenus. Après l’arrivée, en avril 1945, de milliers de personnes évacuées d’autres camps, une épidémie de typhus se propage à Theresienstadt. Denise Meyer contracte la maladie en travaillant comme infirmière[52]. Les sources disponibles ne permettent pas de savoir si ses parents ont eux aussi été frappés par l’épidémie, mais un transfert des trois membres de la famille Meyer du bâtiment L126 au bloc EVII (Kavalierkaserne), qui s’apparente à un mouroir, est attesté pour fin avril / début mai[53]. Il est possible qu’il ait été imposé, pour Léon et Suzanne Meyer, par une mesure de quarantaine ou par un affaiblissement général. À son retour en France, l’état de santé de Suzanne, qui souffre d’œdèmes aux jambes et de violentes douleurs lombaires, est considéré par une commission médicale comme « moyen »[54], mais cette appréciation est relative si l’on considère que les médecins examinaient aussi des rescapés d’Auschwitz ; un autre document atteste d’ailleurs qu’elle est rentrée de déportation « très malade »[55].

Les troupes soviétiques entrent le 8 mai 1945 dans Theresienstadt, dont la Croix-Rouge a pris le contrôle trois jours plus tôt. Léon, Suzanne et Denise Meyer font partie des 23 000 survivants, sur les 141 000 personnes qui ont été déportées dans le camp-ghetto depuis son ouverture[56]. En raison de l’épidémie de typhus, les détenus qui y vivent encore à l’arrivée des Soviétiques sont en principe soumis à une quarantaine stricte, et la commission de rapatriement n’entame son travail que le 23 mai. Mais sans doute en raison de leur statut, les Meyer, considérés comme officiellement libérés le 10, sont déjà en route pour la France le 12[57]. Rapatriés par la Croix-Rouge Internationale, ils arrivent dans les jours qui suivent à l’Hôtel Lutetia de Paris, où sont pris en charge les déportés[58].

Léon Meyer, d’abord installé à Paris chez sa deuxième fille puis dans son appartement du XVIIe arrondissement, revient au Havre fin juillet 1945[59]. Un témoignage le présente comme très affaibli lors d’une réception donnée en son honneur : « il ne semblait reconnaître personne au milieu de ces hommes nouveaux issus de la Résistance où ses anciens ennemis communistes avaient une place de choix » et il était « marqué par sa déportation »[60]. En octobre 1945, sa candidature à l’Assemblée constituante, toujours pour la Seine-Inférieure, se solde par un cuisant échec. Selon le même témoignage, c’est sa fille (probablement Denise) qui, en réalité, aurait mené sa campagne électorale. D’autres Havrais interviewés au début des années 1980 rapportent qu’il ne se faisait guère d’illusions sur ses chances[61]. Son retour en politique était sans doute condamné d’avance, face à l’hostilité dont ont fait preuve à la fois les communistes et les anciens vichystes à son égard, même si la population havraise lui a témoigné de la sympathie en apprenant le sort qu’il avait subi[62]. À 77 ans, Léon Meyer se retire alors définitivement de la vie politique et retourne à Paris. Assez largement oublié, il y décède le 22 janvier 1948 et est inhumé au cimetière du Montparnasse. Son épouse Suzanne meurt un peu plus d’un an après lui, le 26 mars 1949, et sa fille Denise ne revient pas elle non plus au Havre.

Pour compléter l’aperçu de la persécution antisémite qui a frappé Léon Meyer et sa famille, il faudrait aussi étudier en détail les spoliations dont il a été victime. Dans son ouvrage sur les entreprises havraises entre 1940 et 1950, Claude Malon évoque l’aryanisation de la Société caféière française, maison de négoce que codirigeait le maire du Havre, contraint de démissionner de ses fonctions d’administrateur et de vendre ses actions[63]. Des éléments pourraient sans doute être ajoutés sur la spoliation de ses autres biens. De même, l’étude de la mémoire – ou de l’« effacement de la mémoire »[64] – de Léon Meyer reste en grande partie à entreprendre. Léon, Suzanne et Denise Meyer n’ont pas été oubliés sur le Mur des Noms du Mémorial de la Shoah à Paris, qui honore la mémoire des déportés juifs de France. Au Havre, la place Sadi-Carnot où ils résidaient porte depuis l’après-guerre le nom de Léon Meyer, mais le buste de l’ancien maire, réalisé par le sculpteur Alphonse Saladin en 1932[65], a disparu il y a quelques années de cette place où il était installé, dans des circonstances non élucidées jusqu’ici.


NOTES

[1] Voir John Barzman, C. Bouillot, Andrew Knapp (dir.), Bombardements 1944. Le Havre, Normandie, France, Europe, Mont-Saint-Aignan, PURH, 2016 ; Le Cieux Laurence (dir.), Le Havre 44. Nouveaux regards, Paris, Octopus, 2022.

[2] J. Barzman, « Un problème de reconversion : La municipalité du Havre et les bombardements de septembre 1944 », in Bombardements 1944, op. cit., p. 257-281, ici p. 277-278 ; id., « Réflexions sur le parcours de Léon Meyer », in J. Barzman (dir.), Les enjeux de l’histoire des bombardements du Havre : résultats et nouvelles pistes, Le Havre, PRSH/Université du Havre, 2016, p. 13.

[3] Jusqu’ici à Rouen, à Sotteville-lès-Rouen, au Havre et à Fécamp. Voir C. Bouillot, « Stolpersteine dans l’agglomération rouennaise : les enjeux européens et locaux d’un projet mémoriel, éducatif et citoyen », in L’Atelier des Savoirs, 2020.

[4] Voir diconorm.hypotheses.org.

[5] Voir ici Jean-Pierre Chaline et Anne-Marie Sohn (dir.), Dictionnaire des parlementaires de Haute-Normandie sous la Troisième République, 1871-1940, Mont-Saint-Aignan, Publications de l’Université de Rouen, 2000 ; Dictionnaire des parlementaires français 1940-1958 (collectif), tome V, Paris, La Documentation française, 2005 ; Christian Brassy, Léon Meyer, mémoire de maîtrise, Université de Rouen, 1981 ; Éric Saunier, J. Barzman (dir.), Histoire du Havre, Toulouse, Privat, 2017 ; Claude Malon, Occupation, épuration, reconstruction. Le monde de l’entreprise havraise (1940-1950), Mont-Saint-Aignan, PURH, 2012.

[6] Etat civil du Havre (archivesdepartementales76.net) ; état civil d’Elbeuf (Archives patrimoniales d’Elbeuf) ; gallica.bnf.fr.

[7] Ses fiançailles avaient été annoncées par voie de presse en 1926, source : gallica.bnf.fr.

[8] Tous trois y résident déjà en 1926, Archives départementales de Seine-Maritime (AD76), 6M645.

[9] Annonce et affiche du 2.5.1936, reproduite dans C. Brassy, op. cit., p. 90.

[10] Voir J. Barzman, note 2, et C. Malon, op. cit., p. 55.

[11] Archives municipales du Havre, 97Fi14, appel de L. Meyer à la jeunesse, 1940.

[12] Le Petit Parisien, 22 février 1940 (gallica.bnf.fr) et photo de L. Meyer au moment de cette remise, le 21, Mémorial de la Shoah, MXC-D2-63.

[13] Les motivations des parlementaires sont polysémiques et ne préjugent pas de leur engagement ultérieur : voir Olivier Wieviorka, Les Orphelins de la République. Destinées de députés et sénateurs français (1940-1945), Paris, Le Seuil, 2015. Il n’y évoque L. Meyer que brièvement, p. 321.

[14] Décret du 19 novembre 1941 portant déchéance de mandats parlementaires, publié au Journal officiel (JO) du 27.11.1941 (legifrance.gouv.fr).

[15] Courrier du 9.6.1941 reproduit dans C. Malon, op. cit., p. 382, et acte de naissance de S. Meyer, sur lequel est reportée la même adresse le 15 mai 1942 (lors d’un contrôle des cartes d’alimentation).

[16] Archives nationales (AN), F/7/15494/A, direction centrale des Renseignements généraux (RG), dossier de personnalité no 2880, rapport du 11.8.1943.

[17] Témoignage oral de N. Bringuier-Jacquier, yadvashem-france.org, dossier de Juste 6355.

[18] Pour ce paragraphe, voir sources précédentes (notes 16 et 17) et Mémorial de la Shoah, XXXIII-104, courrier du 5.5.1944 de la section d’enquête et de contrôle du Commissariat Général aux Questions Juives.

[19] AN, F/7/15494/A, notice de renseignements de juin 1945.

[20] AN, AL//5322, jury d’honneur, dossier L. Meyer (aussi pour ce qui suit).

[21] SHD-Caen, AC 21P 560122. La législation française attribue le titre de « déporté politique » aux personnes déportées parce que juives. Au SHD de Vincennes, il n’y a pas pour L. Meyer de dossier d’homologation pour faits de résistance.

[22] yadvashem-france.org, dossiers de Justes 5694 et 5452, et témoignage de N. Bringuier-Jacquier cité plus haut.

[23] AN, F/7/15494/A et SHD-Caen, AC 21P 560121, 560122, 560123.

[24] SHD-Caen, ibid.

[25] T. Bruttmann, « L’‘action Brunner’ à Grenoble (février-mars 1944) », Revue d’histoire de la Shoah, no 174, 2002/1, p. 18-43. Voir aussi id., Au bureau des affaires juives. L’administration française et l’application de la législation antisémite (1940-1944), Paris, La Découverte, 2006, p. 176, et Déportés de l’Isère 1942-1943-1944 (collectif), Grenoble, Presses Universitaires de Grenoble, 2013, p. 279 pour la notice consacrée à L. Meyer.

[26] Mémorial de la Shoah, carnet de fouilles de Drancy no 95.

[27] United States Holocaust Memorial Museum (ushmm.org), 69-AB1380. La liste comportait 1517 noms, les Meyer portaient les numéros 1510 à 1512, et 1501 personnes ont été déportées par ce convoi.

[28] Date attestée dans le fichier juif et les cahiers de mutation du camp de Drancy, Mémorial de la Shoah / AN, F/9/5716 et F/9/5785.

[29] Voir Janine Doerry, « Französische child survivors des Austauschlagers Bergen-Belsen », in J. Doerry, ‎Thomas Kubetzky, ‎Katja Seybold (dir.), Das soziale Gedächtnis und die Gemeinschaften der Überlebenden. Bergen-Belsen in vergleichender Perspektive, Göttingen, Wallstein, 2014, p. 234. Parmi les personnalités, l’auteure nomme entre autres, outre Léon Meyer, le grand-rabbin Jacques Kahn et le conseiller d’État Julien Reinach. Voir aussi le dossier de Mémoire vivante consacré à Bergen-Belsen, no 66, septembre 2010, ici p. 5.

[30] Arolsen Archives, 1.1.3.1/3394138, liste établie par Josef Weiss, Judenältester (doyen de l’administration juive).

[31] Voir J. Doerry, « Historique du camp de Bergen-Belsen », sur amicale-bergen-belsen.com.

[32] Pour les informations générales, voir Wolfgang Benz, Theresienstadt. Eine Geschichte von Täuschung und Vernichtung, Munich, C. H. Beck, 2013, et ghetto-theresienstadt.de. Benz, historien allemand du nazisme, plaide pour la qualification de « ghetto » plutôt que « camp de concentration » (p. 9-12), mais les usages sont variables.

[33] Leurs dossiers de déportés conservés au SHD-Caen donnent des dates erronées.

[34] Anna Hyndráková, Helena Krejčová, Jana Svobodová, Prominenti v ghettu Terezín, 1942-1945, Prague, Ústav pro soudobé dějiny AV ČR, 1996, p. 296 (Aktenvermerk L 433 vom 21.6.1944). Autres informations sur le statut des Meyer p. 249-251.

[35] Arolsen Archives, publication tchécoslovaque datée d’octobre 1945.

[36] Ibid., 1.1.42.2/5063068, 5063208, 5012429.

[37] Publié avec d’autres documents dans Axel Feuß, Das Theresienstadt-Konvolut, Hambourg, Dölling & Galitz Verlag, 2002.

[38] Pour L. Meyer, documents 1031/59/432 et 1046/59/447.

[39] K. Starke, Der Führer schenkt den Juden eine Stadt. Bilder, Impressionen, Reportagen, Dokumente, Berlin, Haude & Spenersche Verlagsbuchhandlung, 1975.

[40] Beit Theresienstadt Archives, R. Bondy, « Prominent auf Widerruf », tapuscrit, p. 11.

[41] A. Feuß, op. cit., p. 50.

[42] Arolsen Archives, 1.1.42.1/4956403, Zimmerliste des Ghettos Theresienstadt.

[43] Musée juif de Prague (collections.jewishmuseum.cz), JPM.SHOAH/T/2/A/4/188/005.

[44] K. Starke, op. cit., p. 137.

[45] Ibid.

[46] P. Weiner, Karen Weiner, A Boy in Terezín : The Private Diary of Pavel Weiner, April 1944-April 1945, Evanston, Northwestern University Press, 2012, p. 129.

[47] Un extrait du film est visible sur le site du United States Holocaust Memorial Museum (collections.ushmm.org), et de nombreux photogrammes sont disponibles dans les collections photographiques du Mémorial Yad Vashem (photos.yadvashem.org).

[48] Cet acteur allemand très connu est déporté et assassiné à Auschwitz peu après avoir réalisé la majeure partie du film sur ordre et sous contrôle des autorités SS.

[49] The Wiener Holocaust Library, K. Gerron : personal papers Theresienstadt film, 1621/4/32, reports regarding days‘ shooting. Voir aussi la reconstitution du déroulé du film (ici, séquence 4) par Karel Margry, « Das Konzentrationslager als Idylle : ‘Theresienstadt’ – Ein Dokumentarfilm aus dem jüdischen Siedlungsgebiet », in Fritz Bauer Institut (dir.), Auschwitz : Geschichte, Rezeption und Wirkung, Francfort/Main-New York, Campus, 1996, p. 319-352, ici p. 337.

[50] K. Starke, op. cit., p. 132. Quelques photogrammes de la séquence sont consultables dans les collections de Yad Vashem (voir note 47), ici sous le titre (erroné) de « Sokoloma cafe ».

[51] SHD-Caen, AC 21P 560122.

[52] AN, AL//5322, note manuscrite.

[53] Arolsen Archives, 1.1.42.1/4956403.

[54] SHD-Caen, AC 21P 560123.

[55] AN, AL//5322, note manuscrite.

[56] Chiffres donnés par W. Benz, op. cit., p. 205.

[57] Selon une brève publiée dans les journaux français, source gallica.bnf.fr. Autres informations : SHD-Caen.

[58] Ibid., dossiers cités, dans lesquels leur date d’arrivée varie (entre le 14 et le 17 mai).

[59] AD76, PN1, Normandie du 30.7.1945 ; AN, F/7/15494/A, rapport des RG du 31.7.1945.

[60] C. Brassy, op. cit., p. 105, témoignage de Louis Nedelec, ancien secrétaire CGT des employés municipaux.

[61] Ibid., p. 93 et 96.

[62] AN, F/7/15494/A, notes d’août et octobre 1945.

[63] C. Malon, op. cit., p. 218, 279 et document p. 382.

[64] J. Barzman, « Entre confusion et dissimulation. Déconstruire les mythes liés aux bombardements et à la libération du Havre », in Le Havre 44, op. cit., p. 48-61, ici p. 61. À la même page est reproduite une photo du buste de Léon Meyer évoqué ci-dessous.

[65] L’Esprit français, mai 1932, p. 223.



Citer ce billet
Corinne Bouillot (2023, 7 février). Léon Meyer (1868-1948), député-maire du Havre déporté parce que juif avec sa famille. L'Atelier des Savoirs. Consulté le 25 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ohun

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search