Tragédies grecques à Kea et cinétragédies (2016-2019)

Créon, Antigone, Chœur

Créon, Antigone, Chœur | Demodocos

2016-2018 : trois années de théâtre à Kéa…

Pendant trois ans de missions successives à Kéa, j’ai pu, missionné par mon labo (ERIAC, directeur Miguel Olmos, université de Rouen Normandie), pour lequel je mène une recherche théorique et expérimentale sur la langue grecque ancienne, la traduction et la recréation vivante du théâtre ancien, au gré des finances de la compagnie Démodocos, avec l’aide financière régulière du labo (transport de la troupe et tournage) et grâce à l’accueil de la Municipalité de Kéa (logement au Kastro), de son maire Ioannis Evangelou et de ses habitants (notamment l’association des femmes de Kea et nos sponsors locaux), dont la philoxénie se double d’un amour du théâtre antique, représenter chaque année un spectacle différent produit en France avec l’aide du Service Culturel de Sorbonne université et créé au festival des Dionysies que je dirige à Paris : Œdipe roi en 2016 dans la cour de la Mairie de Kéa, Prométhée enchaîné en 2017 au même endroit en utilisant le décor somptueux de la roche qui surplombe les bâtiments de l’actuelle mairie et ancien lycée, et Perses en 2018 à Kokka en bord de mer, l’année où nous avons produit et joué l’intégrale d’Eschyle en France à Vaison-la-Romaine. J’ai mis en scène ces spectacles en m’appuyant sur l’atelier Théâtre et chœur antique de Sorbonne Université que je dirige avec François Cam, compositeur de la musique des chœurs[1]. Dans cet atelier, les anciens membres de la troupe forment les jeunes étudiants intéressés par la poésie, la musique, la danse et le théâtre antiques et au départ tout à fait ignorants des pratiques de cet art. Lors des trois spectacles donnés à Kéa, une place a été faite au grec moderne pour situer l’action dans le drame, à chaque fois interprété par un jeune Franco-Américano-Grec de Kéa, Geoffrey Hazard, Apollon dans Œdipe roi, chœur dans Prométhée enchaîné, satyre dans les Perses.

Dès la première année, un projet de jouer à Karthaia, sur le site de la ville antique sise en bord de mer, était né à l’initiative de Geoffrey Hazard, qui avait participé avec Mme Tania Panagou comme bénévole aux fouilles et aux travaux de restauration du théâtre. Lorsque j’ai vu le théâtre de Karthaia sur le littoral, j’ai tout de suite songé à la possibilité d’une représentation des Suppliantes.

…et trois années de cinéma

Dès 2016, et pendant les deux années suivantes, j’ai conduit le tournage des extérieurs d’Œdipe roi avec un cadreur professionnel[2] et la participation de la troupe Démodocos, dans des conditions extrêmement favorables offertes par les gens de Kéa, pendant les quelques jours de répit qui ont suivi la représentation unique donnée devant les spectateurs de l’île. Ce film, construit autour d’une captation faite dans un théâtre en France (le plateau noir du Grand Auditorium de la Bibliothèque Nationale de France), faite en 2016 et ayant permis une maquette du film, captation refaite avec plusieurs caméras en 2018, pour toutes les scènes de dialogue et de chœur, s’ouvre à chaque instant sur le hors-scène (décor extérieur thébain à l’arrivée des personnages, siège de la Pythie à Delphes, Corinthe adoptive du jeune Œdipe, route de Daulis où Laïos meurt sous les coups de son fils, chambre conjugale du roi thébain, etc.), tourné dans des décors naturels somptueux de l’île ou dans des bâtiments traditionnels (bergerie troglodyte, murs de pierres plates, aire à blé circulaire, carrefour de la fontaine de Benjamin, autour du chêne), avec la participation du musicien de sambouna Ioannis Servos, l’aide des familles de l’île (casting du bébé Œdipe, ânes du chariot de Laïos construit par Geoffrey Hazard avec d’autres accessoires) et la bénédiction de M. Vranas Grecas, historien érudit et sage de l’île. Ce film, que la monteuse Sophie Brunet a pris en main en 2018, avec l’aide du studio de What’s up production et qui vient d’être mixé par les soins de Matthieu Deniau au studio Orlando, est en passe d’aboutir (étalonnage prévu avant la fin 2019).

2019 : l’année d’Antigone à Karthaia

La quatrième année, notre projet était d’aller jouer Antigone de Sophocle à Kéa. Nous avions constitué, depuis 2016, une équipe entièrement masculine de trois acteurs pour jouer tous les rôles sous les différents masques. Ce spectacle, joué depuis depuis 2006 par notre troupe dans une mise en scène que je n’ai cessé de renouveler, avait été créé dans sa distribution exacte en 2017 à l’auditorium du Musée du Louvre, à l’initiative de M. Jean-Luc Martinez, directeur du Musée.

En fonction des trois acteurs (Philippe Brunet, Henrri de Sabates, Nicolas Lakshmanan, docteur de l’université de Rouen Normandie[3]) et des rôles que les deux derniers nommés jouaient déjà lorsque nos deux comédiennes (Fantine Cavé-Radet et Susie Vusbaumer[4], respectivement Antigone et Ismène) assuraient leurs rôles, j’ai eu envie (à l’occasion d’une indisponibilité de Fantine Cavé-Radet), de prendre le rôle d’Antigone que j’avais déjà assuré au pied levé en 2006 au festival d’Avignon off, au théâtre de la Condition des Soies. Les masques et les costumes étaient alors ceux d’Yves Leblanc. La comédienne Estelle Meyer, en descendant du train, s’était rompu malencontreusement les ligaments du genou la veille des représentations, et j’avais dû prendre le rôle à l’improviste. En faisant cette expérience, qui, paradoxalement, nous avait valu de jouer plusieurs fois à guichets fermés à Avignon, je me suis retrouvé dans l’obligation d’assurer la danse que j’avais fait travailler mais non pas pratiquée moi-même. Or, en posant mes pieds sur le rythme du chant d’Antigone, je me suis rendu compte que la structure métrique des vers imposait des oppositions pied gauche-pied droit, levé-frappé que je n’avais pas prévues et qui fonctionnaient de manière très précise. C’est pourquoi deux ans plus tard, aux Dionysies, j’ai pris le rôle de Créon pour expérimenter le rythme si particulier des dochmies à la fin de la tragédie. Les principes de chorégraphie métrique sur lesquels se fonde le travail de la compagnie furent ainsi établis.

Ce fut donc au Louvre que s’est définie la distribution suivante que j’expose ici pour la première fois. La voici, par ordre de prise de parole :

  • L’acteur A (Philippe Brunet) joue Antigone (prologue), Antigone captive, Hémon, commos et scène finale d’Antigone, commos final de Créon
  • L’acteur B (Henrri de Sabates) joue Ismène (prologue), Garde (deux scènes), Ismène, Tirésias, Eurydice, Garde
  • L’acteur C (Nicolas Lakshmanan) joue la quasi-totalité du rôle de Créon (jusqu’à sa sortie en direction du tombeau d’Antigone), Serviteur (celui qui raconte le trajet de Créon jusqu’au tombeau d’Antigone et la mort de Hémon).

L’acteur B passe du rôle fragile et pathétique d’Ismène au rôle caustique et insolent de Garde ; et du rôle cinglant de Tirésias au rôle timide et effacé d’Eurydice. L’acteur A enchaîne les rôles d’Antigone et de Hémon, qui ne se croisent jamais sur scène. Il y a une vraie difficulté et un réel intérêt à jouer contradictoirement et de manière complice, pour un même acteur, la jeune fille ouvertement rebelle à l’édit de Créon et le jeune homme plus pondéré, subtil dans ses reparties, puis excédé et en passe de devenir violent contre lui-même, dans l’échange avec son père.

Le passage du masque de Créon à celui de Serviteur se fait avec un intérêt particulier : celui de passer, pour l’acteur C, d’un rôle dramatique à un rôle narratif, épique, dont l’acteur, interprète de la Chanson de Roland, est aussi très friand. Lorsque l’acteur A apparaît en Créon au moment même où l’acteur C quitte la scène en Serviteur, il y a une grande surprise pour le public, ou le pressentiment que quelque chose de mystérieusement déroutant a lieu. Le spectateur, accoutumé à voir un acteur dans un seul rôle, peut concevoir qu’un même acteur joue deux rôles, mais a du mal à imaginer que ce puisse être deux acteurs différents qui se partagent un même rôle, c’est-à-dire un même masque et un même costume.

Il est à noter que ce partage des rôles n’est pas le seul possible. L’acteur A pourrait jouer Tirésias ; l’acteur B pourrait jouer Hémon.

Voilà pour les principales considérations dramaturgiques concernant les acteurs.

Pour le Chœur, composé de trois comédiens (Mael Bailly, François Cam le compositeur, docteur de l’université de Rouen Normandie, et Yanis Cleret), il est héritier d’un travail de rythme et de chant en grec, de rythme prosodique en français. À cette scansion assortie d’un travail de création mélique selon les règles harmoniques établies par les musicographes de l’Antiquité s’ajoute un travail de chorégraphie où, comme il a été dit, la battue des pieds oppose les quantités longues et brèves du mètre.

Le site de Karthaia

Le site de Karthaia : arrivée du public au théâtre | Démodocos

La mise en scène à Karthaia

Les Éphores des Antiquités Cycladiques, qui avaient obtenu de nous la garantie, qui fut scrupuleusement respectée, que nous ne toucherions à aucun des éléments de pierre préservés ou restaurés et que nous ne ferions aucune installation de décor, ont accordé au Théâtre Démodocos l’autorisation et le grand honneur de donner une représentation exceptionnelle, gratuite, d’Antigone le 10 août 2019 dans le théâtre antique de Karthaia, et de faire quelques images du spectacle. Nous remercions chaleureusement Mme M. Koutsoumbou, avec qui nous avons été en contact permanent au Ministère, Mme T. Panagou, qui a conduit une partie de la restauration et a dirigé le jeune Geoffrey Hazard, initiateur du projet, et Mme E. Morfoniou, avec qui nous avons, au musée archéologique de Kéa, arrangé les détails de l’organisation sur place et qui a supervisé avec bienveillance le bon déroulement de la représentation.

Avec l’accord de la Municipalité et des archéologues, nous avions décidé de jouer à 18h, malgré la présence du soleil au-dessus de la crête jusqu’à 19h, sans quoi la pièce se serait terminée dans la pénombre et les spectateurs auraient gravi le sentier du retour dans le noir.

Le 8 août, à l’arrivée du bateau de Lavrio à 18h, une partie de l’équipe est allée vérifier les conditions de jeu. Ce fut notre première descente dans la vallée. Nos jambes firent leur premier entraînement. L’axe du theatron est tourné vers l’Ouest-Sud-Ouest, ce qui garantit un ensoleillement puissant dans l’après-midi et un soleil déclinant qui vient encore aveugler le public de 18h à 18h45.

Le 9, nous avons descendu les costumes, les masques et les pieds de caméra à dos d’âne et fait les repérages pour nos entrées et sorties. Pour la représentation, nous avons défini deux accès pour le Chœur et les personnages, lointain centre et lointain cour. Un troisième accès, côté jardin, celui du puits, servirait de sortie finale pour Antigone. Dans l’état du théâtre tel qu’il s’offre à nous, il n’est pas possible, en l’absence de mur de fond de scène, de passer un côté à l’autre sans être aperçu des spectateurs. Après quelques essais, nous avons gravi le sentier du retour dans la nuit, à la lampe de poche, car le croissant de lune était mince, en laissant le matériel sur place.

Un accès latéral lointain cour pour les personnages venant du palais ou y retournant s’est imposé pour Ismène, Créon, Serviteur, Eurydice. Pour l’acteur C, toutes les entrées et sorties de Créon (à l’exclusion de la sortie en direction du tombeau d’Antigone) devaient se faire du palais par cet accès au lointain cour.

Le Chœur devait venir du côté jardin, c’est-à-dire de la mer, et entrer par le lointain centre.

Il a fallu choisir, pour l’acteur A (Antigone, Hémon, finale de Créon), une coulisse sise côté jardin. C’est du côté de la mer qu’Antigone va rejoindre le corps de Polynice, à Karthaia.

Le tombeau d’Antigone, placé du même côté, et par lequel on accède par le gradin en passant sous l’arche du puits, permet, non sans un léger saut pour monter sur la margelle de terre qui est au niveau du sol, une sortie discrète pour l’acteur qui peut ainsi revenir jouer Hémon par le lointain centre.

Le tombeau est ainsi devenu une coulisse pour l’acteur C, qui devait déposer son costume de Créon, se changer en Serviteur et paraître à partir du puits en Serviteur, et pour l’acteur A, qui l’avait emprunté une fois en Antigone faisant ses adieux au monde, puis une deuxième fois en Hémon courant désespérément rejoindre Antigone ; et c’est par le puits également que l’acteur A revient, sous le costume de Créon jusqu’ici porté par l’acteur C, en tenant dans ses bras le corps de Hémon, symbolisé par le masque et la coiffe.

L’acteur B avait une tâche plus compliquée et qu’il était difficile de restreindre à un côté.

Attaché au palais (côté cour) par les rôles d’Ismène et d’Eurydice, il devait aussi venir de l’autre côté en tant que Garde chargé de veiller le cadavre de Polynice et d’ailleurs aussi en tant que Tirésias, qu’on souhaitait faire apparaître du haut du gradin, puis par le lointain centre, après que l’acteur eut fait le tour de l’enceinte.

Pour repasser de Garde en Ismène, on voit qu’il y a là une petite incohérence, et le Garde a dû passer discrètement hors scène, au plus lointain, du jardin à la cour, à vue quand même, mais à un moment où l’on suppose que l’attention des spectateurs était concentrée dans le théâtre sur l’affrontement de Créon et d’Antigone.

Certains détails de la mise en scène, des placements et des déplacements seront, on l’espère, clarifiés par le témoignage des caméras. Les images ont été confiées à un assistant-monteur chargé de synchroniser les images et les sons. Puis le dérushage a commencé, et un montage des images en l’état, a été demandé à la monteuse Sophie Brunet. Il sera présenté aux Éphores des Antiquités Cycladiques préalablement à toute diffusion. Mais un gros travail de mixage et d’étalonnage va être nécessaire.

Ont assisté à la représentation environ 200 personnes qui avaient fait le déplacement à pied par le raidillon. Cette difficulté d’accès au site antique de Karthaia rend plus précieux l’échange esthétique et le partage émotionnel devant la beauté saisissante des contrastes telluriques et des vestiges archéologiques. Certains spectateurs avaient placé le recueillement théâtral juste après une baignade dans les eaux limpides de la baie.

L’acteur principal était le vent rafraîchissant qui dévalait vers la mer. Assez fort en début de représentation, il a un peu faibli et favorisé ainsi l’écoute des voix soumises à rude épreuve. M. Ioannis Evangelou, maire de Kea nouvellement élu préfet, avait tenu à être présent à cette représentation qui n’aurait pas eu lieu sans lui. On a noté une qualité d’écoute qui est allée en grandissant au fur et à mesure que la pièce avançait.

Un théâtre ouvert sur la mer…

Ce quatrième spectacle de la compagnie Démodocos a démontré la puissance de la dramaturgie de Sophocle lorsque le drame est vécu dans cette coïncidence du ciel, de la mer, de l’air et de la terre.

Notre mise en scène, toute de simplicité, n’a rien imposé à la tragédie de Sophocle. Elle a laissé jouer les principes actifs de cette dramaturgie : le rythme, le dialogue, le chant du chœur, les pas de la danse, les changements de masque, les gestes symboliques, les conflits, les issues irréversibles. L’évolution des mouvements et des danses dans l’espace quasi circulaire de l’orchestra nous a débarrassés de toute tentation triviale, convulsive, où trop souvent se complaît le théâtre aujourd’hui sous le prétexte qu’il faut faire vrai, actuel, « contemporain ».

La traduction s’est voulue fidèle à l’esprit de la récitation antique. Et parfois la traduction a laissé la place à la langue grecque ancienne, puissante, faite pour ces théâtres d’air libre qu’on aurait tort de vouloir domestiquer en les sonorisant à grand renfort d’électricité.

Le théâtre antique de Karthaia nous a accueillis. Nous a fait jouer. A placé nos voix. A ouvert nos gestes.

Nos corps ont tenté de se mesurer à l’espace grandiose du site ouvert sur la mer. C’est peut-être le seul élément ajouté à la pièce de Sophocle, ou qui ne lui était pas directement utile. Bien sûr, la mer est l’élément purificateur indispensable à une juste restitution des rites de catharsis, même si l’élément marin jouait peu de rôle dans la Thèbes des Cadméens. Il est du moins l’élément qui relie à la Phénicie lointaine dont est originaire Cadmos le fondateur de la mythique Thèbes. Si la mer devait jouer un rôle dramatique dans un spectacle, comment ne pas songer au rêve initial que nous avions esquissé, il y a quatre ans, celui de faire débarquer à Karthaia les Danaides dans les Suppliantes d’Eschyle[5]? Et d’organiser un spectacle où les Grecs de Kéa joueraient leur propre rôle, celui d’accueillir au son de la sambouna (cornemuse) les étrangers que nous sommes, réfugiés venus puiser à la source hellène de la culture ?

À Paris, le 31 août 2019

Bibliographie

La publication archéologique de référence :

  • E. Simantoni-Bournia, L. G. Mendoni, T. Panagou, Karthaia, elakhunôtaton sternon khthonos…, Ministère de la Culture, Athènes 2009.

Articles préparatoires de Ph. Brunet :

  • « Mètre et danse : pour une interprétation chorégraphique des mètres grecs », Poesia, musica e agoni nella Grecia antica, Atti del IV convegno di Moisa, Lecce 28-30 octobre 2010, Rudiae 22-23, t. II, 2012, p.557-71.
  • « Les Bacchantes d’Euripide, une expérience de dramaturgie dionysiaque », in Tragique et comique liés, dans le théâtre, de l’Antiquité à nos jours (du texte à la mise en scène), Actes du colloque organisé à l’Université de Rouen Normandie en avril 2012 : publication par Milagros Torres (ERIAC) et Ariane Ferry (CEREdI) avec la collaboration de S. M. Taracena et Daniel Lecler. Publications numériques du CEREdI, « Actes de colloques et journées d’Étude, no 7, 2013.
  • La philologie à l’épreuve de la scène : métrique et chorégraphie du grec ancien, p.36-46, VIS. Revista do Programa de Pós-graduação em Arte da UnB, vol. 13, no 2, julho-dezembro de 2014 [2015].

NOTES

[1]    Auteur d’une thèse ERIAC, Le melos dans la musique grecque antique : une approche expérimentale par la restitution de strophes tragiques(2017, codir. Ph. Brunet et Fr. Billiet de Sorbonne université).

[2]    Avec notamment un appareil photo Canon 5D et deux microphones Sennheizer (système MS), mis à ma disposition par l’université de Rouen lors d’une demande de BQR.

[3]    La danse des temps dans l’épopée, d’Homère au Roland (dir. Ph. Brunet, ERIAC 2017).

[4]    Doctorante à l’ERIAC (sujet : Les gestes du masque dans le théâtre grec, codir. Ph. Brunet et G. Freixe de l’université de Franche-Comté).

[5]    Traduction de Philippe Brunet et d’Aymeric Münch, docteur 2014 ERIAC de l’université de Rouen Normandie.

Pour citer ce texte : Philippe Brunet, “Tragédies grecques à Kea et cinétragédies (2016-2019)”, dans L'Atelier des Savoirs, 25 novembre 2019, https://eriac.hypotheses.org/1539.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search