Vulnérabilité et rétablissement de la confiance entre les forces de l’ordre et les citoyens

Policiers face aux gilets jaunes | LP/Frédéric Dugit

Introduction

Dans une société qui multiplie aujourd’hui les positions éthiques sur de nombreux domaines d’activités, que cela soit dans le cadre de notre vie professionnelle ou dans celui de notre vie privée, la défiance qui persiste à l’encontre des agents des forces de l’ordre malgré le fait qu’ils se soient engagés à épouser une certaine déontologie, à respecter certains principes éthiques, peut susciter l’étonnement et, se pose alors la question de l’explication de cette mésentente, de la manière de la résorber, mais aussi des conséquences qu’elle peut entraîner sur le vécu des agents des forces de l’ordre.

Le point de départ de ce que je vais vous présenter aujourd’hui a été une claque mise à notre naïveté lorsqu’elle a été confrontée aux opinions et comportements négatifs, voire hostiles aux forces de l’ordre qui peuvent encore persister auprès de la population. Pourquoi cette hostilité ? Quelles en sont les conséquences pour les policiers et gendarmes quant à l’appréciation qu’ils font de leur travail, de l’éthique qu’ils ont à suivre, mais aussi, sur l’appréciation qu’ils ont d’eux-mêmes et des autres, notamment lorsqu’il est question de l’exposition de leur vulnérabilité ? Enfin, comment recréer un climat serein dans la relation des forces de l’ordre et de la population ?

L’éthique au centre des missions des forces de l’ordre

Agir sur soi pour autrui

L’éthique désigne l’ensemble des principes qui déterminent les devoirs que nous appliquons sur nous-mêmes. C’est l’action bonne qui est visée, l’action adéquate entendue comme celle que nous jugeons la meilleure à faire selon la situation à laquelle nous sommes confrontés. Le but immédiat de ces principes est de nous rendre meilleurs, ce qui, in fine, participera à améliorer l’ensemble d’une communauté, d’une société, d’un État. Autrement dit, les devoirs que nous nous donnons provoquent un travail sur nous-mêmes qui a des conséquences sur autrui et sur notre environnement sociétal.

La notion de devoir est particulièrement présente dans la déontologie à laquelle prêtent serment les agents des forces de l’ordre. Devoirs envers l’État, la société, envers autrui. Ils sont au service du public et en effet, lorsque nous regardons de plus près la Charte du gendarme ou le Code de déontologie de la police nationale et de la gendarmerie nationale, nous pouvons constater que bon nombre des principes qui y figurent, sont éminemment tournés vers l’autre, vers autrui.

De fait, l’activité des policiers et gendarmes répond à six missions principales construites autour d’objectifs emprunts de valeurs : aider, secourir, informer, éduquer, prévenir, réprimer. Ces différentes missions qu’ils s’engagent à remplir font d’eux des garants de la liberté et de la tranquillité de tous. Ainsi s’ancrent-ils dans une éthique des vertus, c’est-à-dire dans une posture bienveillante envers autrui qui s’exprime à travers un raisonnement pratique. Ils appréhendent dès lors les personnes et les situations auxquelles ils sont confrontés en ce qu’elles ont de singulier afin d’y apporter la solution la plus adéquate possible. L’accomplissement de ce rôle nécessite un travail sur eux-mêmes au préalable : ils épousent, s’engagent à embrasser certaines valeurs et le comportement adéquat qui en découle. Même si ce comportement suppose parfois, de les mettre dans une posture vulnérante. Autrement dit, ils choisissent, en épousant ces valeurs, de se rendre vulnérables aux autres et pour les autres.

La vulnérabilité désigne en effet la disposition, la possibilité de se voir touché, blessé, exposé à quelque atteinte. Les forces de l’ordre existent aussi pour pallier notre propre vulnérabilité : c’est parce que nous sommes vulnérables qu’ils ont vocation à nous protéger et, cette protection, ils l’assurent en ciblant le caractère vulnérable de ce qui nous menace et nécessite que nous fassions appel à eux. En résulte une image parfois faussée que nous pouvons nous faire d’eux, une image d’invulnérabilité. Pourtant, ils n’en sont pas exempts. La nature même de leurs missions, de la déontologie qu’ils défendent, les place dans une position de vulnérabilité en tant qu’ils se rendent vulnérables à notre place à quelque menace. Nous pouvons considérer que leur position éthique les met, par principe, en position de vulnérabilité.

L’agent des forces de l’ordre comme « exemplum »

Suivant les mots d’Aristote, l’éthique est l’excellence du comportement qui ne peut être mise en exergue que par une certaine disposition intérieure vertueuse. La question se pose dès lors quant à la possibilité de faire émerger des principes éthiques strictement cantonnés au champ professionnel qui ne seraient pas liés de quelque façon à une disposition intérieure que nous développerions sur un plan plus privé. Bien que nous pouvons poser une distinction entre l’excellence de notre comportement dans le cadre de notre vie privée et, dans le cadre de l’exercice de notre fonction, cette distinction est particulièrement difficile à tenir au quotidien pour les agents des forces de l’ordre. Il est demandé à ces derniers de ne pas être exemplaires uniquement lorsqu’ils revêtent leur uniforme, mais également lorsqu’ils ne le portent pas. L’exemple est le maître mot. Quelle que soit la situation, qu’elle se rapporte à leur travail ou à leur vie privée. Plus qu’exemples, ils doivent se montrer comme l’objet d’un exemplum, c’est-à-dire comme modèles sur lesquels individus et société peuvent se référer, dont ils peuvent faire l’éloge, mais aussi autour duquel ils vont pouvoir se fédérer. L’émoi et la salutation publique du sacrifice volontaire du lieutenant-colonel de gendarmerie Arnaud Beltrame pour sauver un otage durant l’attentat du 23 mars 2018 sont particulièrement évocateurs à ce sujet. Disposition vertueuse et fonction s’entremêlent alors. Mais pas seulement la disposition vertueuse, aussi la vulnérabilité. Tout comme les principes éthiques, la vulnérabilité inhérente aux agents des forces de l’ordre peut difficilement être dissociée en un secteur professionnel et en un secteur privé de façon absolue. Nous ne pouvons différencier une vulnérabilité ressentie sur le plan professionnel qui n’aurait pas un impact direct sur la personne privée des agents des forces de l’ordre et vice versa. Ce n’est pas que le fonctionnaire lieutenant-colonel Beltrame qui est mort ce jour-là dans ce supermarché, mais aussi l’homme Arnaud Beltrame. Ce qui peut paraître évident dans une telle situation ne l’est pas forcément au quotidien et il nous faut bien nous garder d’oublier que les agents des forces de l’ordre ne sont pas seulement l’incarnation d’une fonction ou d’un pouvoir, mais qu’ils sont aussi des êtres privés comme tout à chacun. Le fait qu’un agent puisse être blessé ou, pis, se faire tuer, nous rappelle l’exposition régulière de leur vulnérabilité, nécessaire et inhérente à leur profession, et casse cette fausse image de l’agent qui, parce qu’il est armé et reçoit une formation en rapport, serait moins vulnérable que les autres citoyens.

C’est pourquoi il serait contre-productif de demander à ces agents d’être capables d’être incarnation de la perfection. En d’autres termes, il nous faut nous garder d’amalgamer excellence et perfection : comme chacun, ils sont faillibles, sujets à l’erreur, la peur, le stress ou encore à la fatigue et c’est en ça que des principes déontologiques sont nécessaires et prévus pour les guider et les encadrer en toute circonstance.

Amalgamer exemplarité et infaillibilité ne peut apporter que déception et reproches dans l’opinion que nous allons former d’eux et ainsi favoriser la méfiance, mais aussi, renforcer leur vécu vulnérable : sans le soutien de ceux pour qui ils se rendent vulnérables, ce n’est plus seulement une vulnérabilité physique qui est en cause, mais aussi une vulnérabilité morale. Toute la déontologie qu’ils épousent, le bien-fondé de leurs actions, peut dès lors ne plus leur apparaître comme pertinent, ou comme suffisant pour poursuivre leur effort de les suivre au quotidien. Le risque de dérive est alors plus présent. C’est pourquoi il nous faut garder à l’esprit que les moyens dont ils disposent et les situations mêmes auxquelles ils peuvent être confrontés n’offrent pas nécessairement la possibilité d’une action considérée comme parfaite : favorisant la négociation au recours à la violence, certaines prises de contact par exemple, échouent à la négociation et ne laissent que le recours à la violence comme solution. Si cette issue peut ne pas être considérée comme parfaite, elle peut être considérée comme adéquate en tant que la réponse par l’utilisation de la violence devra être ultime recours, légitime, strictement nécessaire, proportionnée et adaptée à la situation donnée. L’adaptation, l’adéquation, sont donc à préférer à la perfection, trop absolue pour appréhender correctement des situations particulières et difficultés pratiques auxquelles sont confrontés policiers et gendarmes au quotidien, même si cette option est susceptible de les fragiliser moralement.

Défier la méfiance, gagner la confiance

Amitié et Inimitié

De par le caractère vertueux des missions que les forces de l’ordre ont à remplir, nous pourrions supposer que la confiance que les concitoyens peuvent placer en eux est spontanée. Le constat sur le terrain est pourtant celui d’un climat souvent empreint d’une défiance réciproque entre les citoyens et les agents des forces de l’ordre : défiance motivée par un sentiment de méfiance. Cette réalité peut être source de blessures morales, touchant les agents dans ce qu’ils font, mais aussi dans ce qu’ils sont. L’appréciation qu’ils ont d’eux-mêmes, des autres, et de leurs actions peut s’en trouver alors modifiée de telle sorte que leur vulnérabilité leur sera plus palpable et vécue de façon plus angoissante pouvant entraîner, in fine, le postulat d’une hostilité installée d’office entre eux et les citoyens qu’ils sont appelés à côtoyer. Plusieurs déclinaisons d’appréciations peuvent être observables quant à l’opinion que peut se faire la population des services des policiers et gendarmes, les deux pôles les plus éloignés étant : une sympathie voire une amitié ; ou un mépris voire une inimitié. Comment en effet, est-il possible de passer d’une reconnaissance bienveillante de la valeur des agents des forces de l’ordre et de leurs missions au moment des attentats qui ont touché la France depuis 2015, à une appréciation méprisante, voire haineuse, de ces mêmes agents quelques années ensuite ? Les médias ne sont pas totalement étrangers à cela. Ils participent malgré eux à ce processus de défiance. Antoine Garapon le souligne : le système médiatique d’aujourd’hui a tendance à gérer les informations comme des spectacles, se concentrant sur les mauvaises nouvelles et les ingérences de telle sorte qu’ils contribuent au sentiment d’insécurité et à la perte de confiance des individus envers autrui et leur environnement sociétal : nous nous sentons comme davantage vulnérables. Cette perte de confiance va in fine, aussi contre les forces de l’ordre : leur rôle est crucial quant à la confiance que nous avons en notre environnement. Les affaires de « bavures » dans l’accomplissement de leurs missions, ou celles d’attaques faites à l’encontre des policiers et gendarmes, exacerbent les croyances et opinions négatives de part et d’autre, terreau de la méfiance. Si la construction de la défiance est réciproque, la construction à la confiance doit l’être aussi. Passer d’un paradigme à l’autre est tout l’enjeu. Comme l’observe Sébastien Roché, sans la reconnaissance de cette légitimité d’action et de statut, pas de confiance et, sans cette confiance, pas d’entente possible. En résulte une certaine défiance réciproque. C’est à cette dynamique qu’il nous faut mettre fin.

L’importance du dialogue

Le débat permettant la confrontation de différentes positions, de différentes opinions, est le passage nécessaire à toute entente future possible. La diversité qui compose une société ne doit pas être faiblesse, mais, au contraire, force : c’est la mise en tension entre les différentes approches qui nous permettra de faire émerger les solutions les plus adéquates au vu des différentes situations. L’enjeu est que chacun puisse mieux se faire connaître aux autres de telle sorte que la position de confrontation que suppose le débat puisse se muer en un dialogue qui sera mené sous le joug de la raison et de l’entre-écoute. Si nous pouvons observer qu’une pleine entente n’est pas toujours possible, le débat n’en est pas inutile pour autant : il permet l’établissement d’une proximité qui va pallier notre méconnaissance de l’autre, qui va mettre à l’épreuve nos croyances et opinions. Tout est affaire de communication. Cette communication à travers le dialogue est outil permettant de régler des situations avant qu’intervienne la nécessité de la répression.

Cette approche est, par exemple, éminemment présente lors de l’encadrement de manifestations. Olivier Filleule observe en effet que la mise en place de manifestations nécessite un dialogue, une négociation entre les forces de l’ordre et les manifestants-organisateurs afin que puisse être évitée une intervention répressive liée à des débordements violents. Cet échange est essentiel pour qu’une réciprocité de confiance, ou tout du moins de non-méfiance, puisse s’établir : gendarmes et policiers prêtant confiance aux intentions poursuivies par les manifestants et ces derniers prêtant également confiance aux forces de l’ordre dans leurs modalités d’action. En d’autres termes, la confiance est ce qui va pouvoir nous permettre de nous assumer comme des êtres vulnérables sans craindre la blessure. Rester prudent, sans être méfiant. Le fait d’établir le cadre ensemble, d’expliquer, de rechercher la compréhension plutôt que l’injonction est ce qui va permettre le partage d’un « intérêt commun » entre agents des forces de l’ordre et manifestants : celui d’une bonne coopération qui ne jouera pas sur la vulnérabilité des uns et des autres.

Le problème survient surtout lorsque les conditions de possibilité du dialogue sont sabotées par le refus même du dialogue, ou du débat : les manifestations qui ont lieu les samedis depuis novembre 2018 nous le montre : si l’encadrement n’est pas discuté avec les manifestants, s’il n’y a pas d’interlocuteur auquel se référer pour ouvrir le dialogue, les intentions de part et d’autre sont méconnues et traitées comme hostiles, mettant en alerte notre vulnérabilité, s’ensuivant des comportements violents qui ne laissent plus place aux solutions alternatives aux actions répressives. Le conflit sans concession arrive alors, rendant toute entente impossible.

Partage éthique

Entente autour de valeurs communes

Partager avec autrui est ce qui va permettre de créer une proximité pouvant favoriser l’entente. Partage du quotidien, mais aussi de valeurs et de vécus. Le terme de « valeur » peut être défini comme une qualité à laquelle nous accordons suffisamment d’importance pour que nous cherchions à la préserver, la défendre, ou encore la réaliser. Les valeurs constituent ainsi la pierre angulaire des sociétés, des fins à poursuivre. La devise de la France en est un exemple, faisant l’énoncé même des valeurs sur lesquelles elle entend se construire « liberté, égalité, fraternité », mais aussi par extension, sur lesquelles elle entend que les individus se construisent. L’implication est donc double, se jouant sur le plan de la collectivité et de la subjectivité.

Les valeurs adoptées varient cependant entre certaines sociétés, cultures, individus. Si ces divergences peuvent être source de conflits, n’est-il pas possible malgré cela de ressaisir une certaine entente, un certain partage notamment entre agents des forces de l’ordre et leurs concitoyens ? S’accorder autour de valeurs, de fins à poursuivre pour nos actions, relève d’une grande importance. Les attentats qui ont sévi en France ces dernières années ont pu voir en réponse l’émergence d’une cohésion massive des individus qui s’étaient réunis dans l’émotion et le besoin de se retrouver ensemble pour défendre des valeurs telles que la bienveillance, la liberté ou encore la tolérance. Le travail des gendarmes et policiers était alors reconnu pour sa portée éthique en tant qu’ils contribuaient à l’effectivité d’une valeur nécessaire à la propagation de ces différentes valeurs : la sécurité. Mais aussi comme ceux qui étaient là pour pallier les vulnérabilités individuelles, mais aussi collectives lorsque sont attaquées et menacées des valeurs auxquelles nous tenons. Toutefois, comme le remarque Yves Michaud, les cohésions dans l’émotion ne sont qu’éphémères et les croyances et opinions d’antan resurgissent une fois l’émotion passée. Cependant, c’est moins une véritable divergence de valeurs qui est à l’œuvre qu’une divergence quant à la hiérarchie que nous effectuons de ces différentes valeurs. Shalom Schartz identifie en effet, dix « valeurs universelles », présentes chez des individus appartenant à des sociétés et/ou cultures différentes : la bienveillance, l’universalisme, l’autonomie, la sécurité, la conformité, l’hédonisme, la réussite, la tradition, la stimulation et le pouvoir. Ces valeurs motivent les comportements de tout individu ou de tout État, société, qui choisit d’en préférer certaines à d’autres. L’organisation hiérarchique choisie quant à ses valeurs diffère. De là viennent les désaccords et les tensions.

Le partage du quotidien ne peut que mettre en évidence des valeurs communes fédératrices entre citoyens et agents des forces de l’ordre, mais aussi des vécus communs, de telle sorte que nous allons pouvoir appréhender les autres aussi dans leur dimension vulnérante à force de les côtoyer. Cela permettra ainsi de revoir les opinons formulées les uns sur les autres pour remarquer qu’agents des forces de l’ordre et reste de la population sont effectivement « concitoyens », c’est-à-dire qu’ils ont des lieux communs sur lesquels ils peuvent s’entendre et se retrouver. Si la hiérarchie des valeurs n’est pas forcément la même d’un individu à l’autre, il n’empêche que ces valeurs restent quand même présentes chez chacun d’eux. À partir de là, si nous sommes capables de mettre de côtés nos passions pour adopter un point de vue raisonné, nous pourrons remarquer que citoyens et agents des forces de l’ordre sont susceptibles de partager des vécus communs, d’adopter des postures éthiques communes, de réaliser des objectifs éthiques communs, et que le travail des forces de l’ordre est aussi de rendre possible la poursuite de ces objectifs en s’exposant volontairement pour ce faire.

La fraternité par la proximité

Mise en place en 1998 par Lionel Jospin et supprimée en 2003 par Nicolas Sarkozy, la police de proximité avait pour vocation de resserrer les liens entre agents de forces de l’ordre et la population en favorisant la prévention à la répression. Le criminologue Alain Bauer évoquait cependant l’inefficacité de ce protocole et le caractère antinomique qu’il créait dans la pratique : la demande de résultats dans leurs interventions était selon lui incompatible avec le caractère polyvalent demandé aux agents des forces de l’ordre.

Cette demande de résultats, bien que légitime, biaise la façon dont les policiers et gendarmes peuvent percevoir leur métier, se basant davantage sur l’aspect répressif de leurs missions plutôt que sur l’aspect bienveillant, leurs actions perdant ainsi de leur finalité éthique. Il est nécessaire de changer cette appréciation dans les mentalités même des agents et a fortiori, de la population. Depuis le 8 février 2018, nous avons pu voir émerger l’expérimentation d’une « police de sécurité du quotidien », héritière plus ou moins reconnue de la police de proximité. Cette police de sécurité poursuit le même objectif : favoriser l’intégration de la police auprès de la population et favoriser la collaboration entre les différents acteurs des zones dont ils s’occupent. Cette proximité recherchée peut déjà être perçue au sein de la police municipale, dépendante des autorités locales, mais aussi dans les brigades territoriales de contact instaurées par la gendarmerie nationale depuis le 1er mars 2017, mesure précurseur à la police de sécurité du quotidien. Il s’agit de refonder la mise en pratique des principes éthiques au quotidien, favorisant en conséquence la fraternité. Cette proximité à ressusciter passe, nous l’avons dit, par le dialogue, mais aussi par la reconnaissance de la vulnérabilité de l’autre. C’est parce que nous apprenons à nous connaître que nous pourrons alors appréhender la vulnérabilité de l’autre comme ce par quoi nous devons le respecter et/ou le protéger, et non plus en un simple outil permettant d’atteindre l’autre en le blessant. Par un changement de point de vue, c’est un changement d’intentions qu’il nous faut rechercher.

Conclusion

Pour conclure, ressusciter un relationnel placé sous le joug de la confiance entre la population et ses agents des forces de l’ordre suppose la volonté d’une « réconciliation » qui ne peut être rendue possible que par une présence accrue du dialogue dans les interactions de ces différents protagonistes. Ce n’est que par la confiance que les agents des forces de l’ordre pourront appréhender l’exposition de leur propre vulnérabilité comme bien-fondé et utile de telle sorte qu’ils pourront exercer leur fonction en étant prudents, avant d’être méfiants. Cette attention portée au dialogue permettra de développer une zone de partage entre eux de telle façon qu’ils pourront, à force de temps et de pratique, se réunir autour de valeurs communes et ainsi mettre en exergue celle de fraternité à travers leur relation. Pour ce faire, il est nécessaire que des mesures concrètes soient mises en place pour favoriser la proximité entre population et agents : une proximité géographique autant que relationnelle. Ainsi le service à la population dépassera l’approche seulement répressive de la fonction qui n’est, finalement, que conséquence directe des missions inhérentes au souci de la protection d’autrui et des intérêts de la population. La déontologie adoptée par les forces de l’ordre pourra ressaisir alors pleinement son sens et saura, par la zone d’échange ouverte avec la population, se rendre compréhensible et possiblement partageable avec elle, donnant ainsi la possibilité de résorber le risque de blessure morale pour les agents.

Bibliographie

  • Aristote, Éthique à Nicomaque, Paris, Vrin, 1987.
  • Charte du gendarme, 2009.
  • Code de déontologie de la police nationale et de la gendarmerie nationale, 2014.
  • Pascal Ceaux, « On attend toujours la police de proximité… », L’Express, 22/02/2017.
  • Olivier Filleule et Danatella Della Porta (éd.), Police et manifestants. Maintien de l’ordre et gestion des conflits, Paris, Presses de la Fondation Nationale des sciences politiques, 2006.
  • Antoine Garapon, « Droit et morale dans une démocratie d’opinion », in Antoine Garapon et Denis Salas (éd.), La justice et le mal, Paris, Odile Jacob, 1997, p. 185-214.
  • GENDinfo, « Brigade de contact : au coeur des territoires et des populations », 15 mai 2017
  • Yves Michaud, Changement dans la violence, essai sur la bienveillance universelle et la peur, Paris, Odile Jacob, 2002.
  • Dominique Nora, « Arnaud Beltrame : qu’est-ce qu’un héros ? », L’Obs, 28/03/2018.
  • Julia Pascual, « La police de sécurité du quotidien : tournant ou rendez-vous manqué ? », Le Monde, 08/02/2018.
  • Sébastien Roché, De la police en démocratie, Paris, Grasset, 2016.
  • Shalom Schwartz, « Les valeurs de base de la personne : théorie, mesures et applications », Revue française de sociologie, 2006, p. 929-968.
Pour citer ce texte : Fanny Farieux, “Vulnérabilité et rétablissement de la confiance entre les forces de l’ordre et les citoyens”, dans L'Atelier des Savoirs, 7 octobre 2019, https://eriac.hypotheses.org/1464.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 7 octobre 2019

    […] Fanny Farieux (Philosophie, Université de Rouen Normandie-Université Paris 8) : “Vulnérabilité et rétablissement de la confiance entre les forces de l’ordre et les citoyens”, voir https://eriac.hypotheses.org/1464 […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.