Une maison d’écrivain en Haute-Autriche, un “cachot pour penser et pour écrire”

À l’occasion du 30e anniversaire de la mort de l’auteur autrichien, l’Université de Rouen Normandie présente une exposition photographique consacrée à la demeure de l’écrivain, en Haute-Autriche. Les photographies et les textes de Jean-Marie Winkler nous font pénétrer dans la vaste bâtisse qui devait isoler l’artiste du monde : « un cachot pour penser et pour écrire ». Restaurée minutieusement durant des décennies, cette ancienne ferme datant du XIVe siècle devient paradoxalement  la maison familiale de celui qui, né aux Pays-Bas comme enfant illégitime, n’eut d’autre famille que sa mère, sa grand-mère et son grand-père maternel. Celui-ci, écrivain du terroir, Johannes Freumbichler (1881-1949), ne connut jamais la reconnaissance, et devait sa modeste subsistance à son épouse et à sa fille, qui travaillaient comme employées de maison. Avec les honoraires de son premier roman, Thomas Bernhard acheta une ferme traditionnelle, dans laquelle il allait donner vie à l’univers littéraire de son grand-père, qui était aussi son initiateur à la philosophie et à l’écriture. En gravant son empreinte dans la pierre séculaire, Thomas Bernhard construisait ainsi une origine rêvée, faite des livres du terroir devenus réalités. Même si, dans l’agencement comme dans la décoration, Thomas Bernhard s’inspire davantage d’une aristocratie terrienne dont il créée ex nihilo un univers exclusif où il aurait pu lui-même vivre, et côtoyer ses personnages en quête de perfection formelle, comme leur auteur. Au fil des années, et face à l’inexorable combat contre la maladie, la « ferme fortifiée » d’Ohlsdorf apparait comme une maison d’écrivain, que l’auteur avait façonnée de son vivant, non pour y séjourner, mais afin que cet édifice lui survive. Parcourir les pièces de cette demeure, c’est lire les traces et les signes que Thomas Bernhard a voulu y inscrire, pour les pérenniser – au même titre que son œuvre.

EXPOSITION VIRTUELLE

Pour citer ce texte : jmwinkler, “Une maison d’écrivain en Haute-Autriche, un “cachot pour penser et pour écrire””, dans L'Atelier des Savoirs, 5 avril 2019, https://eriac.hypotheses.org/1392.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.