Philosophie et cas clinique 2

Conflit | Jannoon028 – Freepik.com

Journée Etudiants Citoyens | CHU de Rouen

Le 7 février 2019, s’est tenue à l’Espace Régional de Formation des Professions de Santé (ERFPS) de Rouen la 2e Journée Étudiants Citoyens organisée par l’Espace de Réflexion Éthique de Normandie (EREN) autour du thème « Vaccinations : contraindre, convaincre, laisser enfreindre »

Dans ce cadre, des étudiants de six horizons disciplinaires différents (étudiants infirmiers, sages-femmes, en médecine, en droit, en psychologie et en philosophie) ont eu à réfléchir et à débattre à partir d’une situation clinique. Chaque composante disciplinaire a ensuite exposé le fruit de son travail, avant une discussion collective animée par les enseignants référents et des membres de l’espace éthique.

Le texte qui suit est le résultat de notre groupe, composé de quatre étudiants (masters et  doctorant) en philosophie de l’Université de Rouen Normandie (référent : Annie Hourcade).

LE CAS

La maman de Louis, 2 ans et demi (né le 10/09/2016), se présente aux urgences pédiatriques du CHU le 07/02/2019 avec son fils car il présente un gonflement du visage et “ressemble à un hamster…»”. Il ne mange plus depuis 2 jours car il a du mal à ouvrir la bouche et une douleur de la gorge quand il avale. Il semble abattu et sa température est à 38,4 °C. Vous avez vite fait le diagnostic des oreillons.

L’enfant et sa maman sont installés seuls dans un box de consultation, porte fermée.

Lors de l’entretien avec le pédiatre, on apprend que Louis fréquente la crèche municipale depuis l’âge de 1 an, ainsi que sa sœur Angèle âgée de 10 mois (née le 06/04/2018). La mère vient de reprendre une activité salariée après une période de chômage. En consultant le carnet de santé, le pédiatre remarque que Louis n’a pas été vacciné par le ROR et demande s’il y a une raison médicale à cela.

La maman explique alors qu’elle n’a pas souhaité faire vacciner ses enfants, et ce malgré les sollicitations de la crèche. Elle dit qu’elle croyait que “maintenant la rougeole, les oreillons étaient des maladies que l’on savait bien soigner”, et puis que concernant la rubéole “mon mari est convaincu que cette maladie n’existe plus”.

Le pédiatre donne quelques explications sur ces maladies et indique qu’une épidémie de rougeole a lieu actuellement en France.

Il précise à la maman de Louis et d’Angèle que le vaccin ROR est obligatoire pour les enfants nés en 2018 et doit être fait avant l’âge de 2 ans ou pour l’entrée en crèche.

La maman ajoute alors qu’elle pense quand même que “l’organisme des enfants est trop fragile pour recevoir autant de vaccins qui peuvent finalement rendre plus malade ! Et que rendre les vaccins obligatoires c’est juste pour enrichir les labos !”

Questions :

  • Pour la mère, les parents, le médecin, le pédiatre de ville, la crèche, la société, etc., y a-t-il un dilemme et si oui, lequel/lesquels ?
  • À propos de ces vaccinations, pensez vous qu’il faille convaincre, contraindre ou laisser enfreindre ?

LE COMMENTAIRE

Introduction

Dans les Lois[1], Platon explique que le médecin « en entrant en communication avec le malade lui‑même et ses amis […] ne lui prescrit rien avant de l’avoir persuadé, d’une manière ou d’une autre. Alors il ne cesse de s’occuper du malade en adoucissant ses peines par le moyen de la persuasion et il tente d’achever son œuvre en tâchant de le ramener à la santé ».

La version moderne du Serment d’Hippocrate, admise par l’ordre des médecins, fait dire aux médecins : « Je respecterai toutes les personnes, leur autonomie et leur volonté », de même « j’informerai les patients des décisions envisagées, de leurs raisons et de leurs conséquences » et « Je préserverai l’indépendance nécessaire à l’accomplissement de ma mission ».

Enfin, l’article R.4127-36 du Code de la santé publique fait du consentement aux soins une norme fondamentale : « Le consentement de la personne examinée ou soignée doit être recherché dans tous les cas. Lorsque le malade, en état d’exprimer sa volonté, refuse les investigations ou le traitement proposé, le médecin doit respecter ce refus après avoir informé le malade de ses conséquences. »

Le consentement du patient semble être un aspect de la morale déontologique, héritée de la morale kantienne du devoir. Ce recueil du consentement constitue une règle de conduite bonne, que le médecin se doit de respecter en toute circonstance. Mais alors, la vaccination apparaît dans ce cas comme une véritable contradiction morale. En effet, ici, point de consentement puisque la vaccination, pour un certain nombre de maladie est obligatoire ! Et, pour que cette obligation se mue en contrainte, si on la refuse, alors, l’accès à un certain nombre de services publics, tels que l’école, est interdit.

La vaccination conduit à opérer alors un changement de paradigme moral. Elle se justifie par un conséquentialisme qui parait compréhensible. Au nom de la santé publique, de l’éradication d’une maladie et donc de la protection de l’ensemble de la population, on sacrifie des libertés individuelles. C’est bien les conséquences évidemment positives qui permettent de justifier moralement cette contrainte. Les utilitaristes pourraient même, sans aucun doute, dans ce cas précis, calculer le surplus de bien-être collectif gagné grâce à ce type de dispositif.

Mais ce changement de paradigme apparaît alors comme « une épine dans le pied » du médecin qui, de par un métier déjà exigeant en termes de responsabilité morale, n’avait sans doute pas besoin de se trouver régulièrement confronté à cette difficulté supplémentaire.

Dans la situation présentée, une mère refuse de faire vacciner ses enfants. Le médecin se trouve alors face à un véritable dilemme. Doit-il, comme le Serment d’Hippocrate ainsi que sa pratique quotidienne de travail l’y obligent, obtenir le consentement du patient, ou bien, doit-il se faire le dépositaire de l’autorité publique et faire respecter la loi en usant de la contrainte, ou bien, troisième possibilité, la laisser enfreindre par le patient ?

Le dilemme est réel car on le sait, et comme le théorisait Weber[2], seul l’état, avec la police et l’armée, est dépositaire de cette violence légitime que constitue, en dernier recours, l’usage de la contrainte publique. Tout au plus, le médecin peut-il s’appuyer sur les problèmes d’accès aux services tels que l’école ou la crèche que le refus de vaccination entraîne pour le patient. Doit-il alors laisser enfreindre ? Mais dans ce cas, devient-il complice ? Ou bien son obligation morale et son devoir civique doivent-ils le conduire à dénoncer cette atteinte à la loi ?

Les nombreux débats autour de la vaccination, les nombreuses polémiques suscitées par les médicaments et par les pratiques commerciales des laboratoires pharmaceutiques, ne peuvent qu’entamer la confiance de la population. D’autant plus, encore une fois, que la vaccination est la pratique du médecin qui ne soit pas soumise au consentement du patient.

La vaccination, question de santé publique, échappe donc à ce consentement. Aujourd’hui, légalement, il est impossible de refuser le vaccin. Le médecin n’a donc pas besoin de convaincre.

Le débat s’établit alors autour de la liberté individuelle face à l’intérêt général. Mais alors, si c’est une question de santé publique, si la vaccination n’est pas un choix individuel, mais concerne l’intérêt général du peuple, pourquoi est-ce un laboratoire privé, dont l’objectif est la maximisation de ses profits sous contrainte des coûts, qui s’occupe de la gestion d’une telle situation ? Pourquoi n’y a-t-il pas de laboratoire public pour s’occuper de la santé publique ?

Cette question en entraîne une autre. Y a-t-il une limite à la vaccination ? En effet, les maladies mortelles ou gravement handicapantes ne prêtent pas à débat, mais d’autres maladies, que l’on sait aussi bien diagnostiquer que soigner et qui sont nettement moins dramatiques méritent-elles de figurer parmi les vaccins obligatoires ? Avec environ 800 000 naissances par an, il s’agit de revenus réguliers et assurés pour les laboratoires. Est-on sûr que la vaccination systématique coûte moins cher que le soin ? Y a-t-il une étude sérieuse qui le prouve ?

Cette introduction, volontairement provocatrice, permet d’ouvrir un débat sur les inquiétudes d’une maman qui paraissent légitimes. D’autant plus que son mari « est convaincu que cette maladie n’existe plus ». Il apparaît dans la description de ce cas que beaucoup de personnes sont convaincues de beaucoup de choses : Le médecin est convaincu que les vaccins sont bons et indispensables, la maman est convaincue que « l’organisme des enfants est trop fragile pour recevoir autant de vaccins qui peuvent finalement rendre plus malade ! Et que rendre les vaccins obligatoires c’est juste pour enrichir les labos ! » et le mari est convaincu que cette maladie n’existe plus. Avec une jolie prétérition, nous ne parlerons pas du vocabulaire utilisé dans la présentation du cas lui-même qui montre que la maman est pétrie de croyance et écoute bien son mari, face au médecin, qui lui sait, et explique, en bon père de famille, la vérité. Nous avons décidé de répondre à la question posée directement :

Convaincre, contraindre ou laisser enfreindre ?

Nous parlerons tout d’abord du fait de convaincre, mais, bien sûr, en nous demandant qui est convaincu ? Qui doit convaincre qui ? Et comment convaincre ? Avec, notamment, l’importance du rôle de l’éducation. Nous aborderons ensuite le fait de contraindre puis enfin de laisser enfreindre en posant les questions suivantes : le contraindre correspond-il à un aveu d’échec du convaincre ? Le laisser enfreindre est-il le signe d’une victoire de la liberté personnelle face à l’intérêt général ?

I – Convaincre

Je suis allée, souvent déjà, avec mon frère, avec d’autres médecins, visiter des malades qui ne consentaient ni à boire leur remède ni à se laisser saigner ou cautériser par le médecin. Et là où ce médecin était impuissant à les convaincre, moi, je parvenais, sans art que la rhétorique, à les convaincre[3].

Convaincre du latin convincere d’après vaincre : amener quelqu’un, par des raisons ou des preuves, à reconnaître quelque chose comme vrai ou nécessaire, Dictionnaire Larousse.

La partie qui se joue intéresse quatre « personnes », deux sont sur scène et dialoguent ensemble, deux sont virtuelles : je parle de la mère de l’enfant et du médecin qui sont sur scène, et de l’État et des laboratoires pharmaceutiques sans représentation physique.

Le sujet du dilemme éthique porte sur la vaccination des enfants. Faut-il obliger tous les parents à vacciner leurs enfants ? Les vaccinations sur lesquelles porte le cas éthique sont obligatoires depuis un an.

Les parents

Ils racontent l’histoire de leur enfant et défendent leur point de vue : ils pensent que tous les parents ont le devoir de protéger leurs enfants donc ils sont convaincus d’être dans leur droit au sens de leur morale et de leur éthique personnelle. Veulent-ils convaincre le médecin ? Sans doute non mais ils souhaitent être écoutés, entendus et respectés dans leur choix. Ils ont été convaincus par les médias et ce qu’ils ont lu sur internet (opinions), ils sont également convaincus de la très grande vulnérabilité de leurs enfants.

Sont-ils libres de décider ? Si tel était le cas, « Il(s) jouirai(en)t des droits du citoyen sans vouloir remplir les devoirs du sujet »[4].

Le médecin

Peut-il se laisser convaincre par des laboratoires ?

D’abord et avant tout le médecin doit être convaincu du bien-fondé de la vaccination. Il s’agit de sa responsabilité éthique de soignant : convaincu il décide de défendre les vertus de la vaccination.

Convaincu par quoi et par qui ?

Sa connaissance scientifique : il doit régulièrement s’informer des papiers publiés à ce propos. S’il est convaincu du bien-fondé de la vaccination et qu’il rencontre des parents campant sur leur position de refus de vacciner leurs enfants, il ne lui reste plus qu’à les informer des risques encourus et des conséquences au niveau de la loi (pas d’accès aux crèches et à l’école). Sans doute ne pourra-t-il pas suivre ces enfants comme médecin-traitant plus longtemps.

Il doit tenter de convaincre la patiente en appliquant un discours judiciaire (tel que le décrit Aristote dans la Rhétorique) : tel un avocat, il doit savoir se mettre en scène, assurer sa position, le ton du discours, sa forme aussi, l’adaptant au milieu social des parents : il ne dira pas la même chose selon que le milieu est aisé ou très modeste. Il doit utiliser ses qualités rhétoriques pour poser ses arguments, produire les preuves et exposer les faits qui emporteront ainsi l’adhésion. Il doit, au-delà de la préoccupation individuelle de la mère, faire valoir la dimension collective que revêt la vaccination. Si une petite fille de dix mois peut ne pas être vaccinée, qu’advient-il si elle croise son cousin de 12 ans alors qu’elle couve peut-être les oreillons ?

Outre le fait que le médecin peut avoir recours à une rhétorique jouant sur les émotions et la peur, il peut en appeler à la raison des parents en produisant des arguments (1) de type économique, il doit montrer que cela coûte moins cher de prévenir une maladie que de la soigner ; (2) de type scientifique, en s’appuyant sur ses connaissances et les résultats issus des articles scientifiques publiés par les chercheurs ; (3) de type sociétal, si personne ne se vaccine la maladie se propage, si 95% de la population est vaccinée, la maladie peut presque être éradiquée. Les parents, par leur refus de vaccination, se comportent alors comme ce que l’on nomme « le passager clandestin (free rider) », c’est-à-dire qu’ils peuvent embarquer sur un navire sans être titulaires du « billet de la vaccination » parce que tout le monde est vacciné sauf eux. Ils ne peuvent pas contracter la maladie ni la transmettre par conséquent. Est-ce juste pour ceux qui prennent le risque de se faire vacciner ? Cela contrevient au principe d’égalité.

L’État

Il n’a personne à convaincre, il applique les lois. Son devoir est de protéger la population.

Mais est-ce que ce sont les laboratoires qui ont convaincu l’État de faire voter cette loi ? Si ça coûte plus cher, par exemple, de soigner que de vacciner, il n’y a pas à convaincre, une loi suffit : l’école maternelle va être obligatoire à partir de trois ans.

Mais si l’État ne légifère pas pour tout, comment décide-t-il ? Si ce n’est pas obligatoire comment convaincre la population ? Nous sommes habitués aux campagnes de prévention routière, l’État utilise à ce moment-là le canal des émotions et en particulier celui de la peur.

Les laboratoires

Ils participent par leurs recherches à la mission de santé publique en France et en Occident, on peut alors se poser la question : s’ils trouvent des vaccins pour toutes les maladies, faudra-t-il vacciner contre toutes les maladies ? Qui peut s’autoriser et prendre le risque de classer les maladies par gravité des symptômes, des complications ou des effets à long terme ? Quelque chose d’anodin chez Monsieur A. peut se révéler catastrophique chez Madame B. Également nous savons que la nature a horreur du vide et que si nous éradiquons ces maladies que nous connaissons et que nous savons soigner, quelle pathologie inconnue pourrait s’installer à leur place ? Je pense évidemment à l’arrivée du SIDA au début des années 80 qui a fortement ébranlé l’assurance que les soignants pouvaient avoir dans les traitements des maladies.

Pourquoi voudraient-ils nous convaincre ? Où se situent-ils dans la relation médecin-patient ?

Platon dans le Gorgias demandait s’il valait mieux savoir parler ou savoir soigner pour être un bon médecin ? Savoir soigner est nécessaire pour être un bon médecin, pour convaincre il va devoir tisser un lien de confiance avec sa patientèle. Alors, si les patients ont confiance en lui, ils seront faciles à convaincre. La mère du petit garçon n’a pas confiance, le rôle du médecin est de renouer ce lien en tentant, tout en respectant ses opinions et ses croyances, de lui montrer qu’il peut exister d’autres opinions et d’autres croyances et surtout des arguments et des faits avérés pour essayer de la convaincre.

Toute la question repose sur un dilemme éthique où principes et valeurs individuels et collectifs s’affrontent, en particulier ceux de liberté individuelle et d’égalité collective.

II – Contraindre ou laisser enfreindre

Si nous échouons à convaincre du bien-fondé d’une mesure édictée par la loi, quelles solutions nous reste-t-il ? L’échec du convaincre, entraîne nécessairement la contrainte ou le laisser enfreindre.

Le médecin

En quoi consiste la contrainte ? Du latin « constringere », i.e. enchaîner, la contrainte correspond à l’obligation appliquée à quelqu’un d’agir selon la modalité dont nous avons décidé mais que, lui, n’approuve pas : nous l’amenons à un certain état, nous le faisons agir d’une certaine façon, cela contre ses sentiments ou ses convictions, en un mot, sa volonté[5].

L’édiction de lois est un des moyens dont dispose la société pour contraindre les citoyens à faire ce qu’ils refuseraient de faire sans elle. Ces derniers peuvent désobéir à la loi, mais non sans prendre le risque d’en être sanctionné de quelque façon. Dans le cas étudié, c’est la contrainte à la vaccination qui est en jeu. Pourquoi des lois ? Pour notre bien, pour le bien commun : elles organisent notre rapport à notre environnement et notamment à autrui. Dans un système dit « ouvert »[6] comme le nôtre, qui considère que la loi est l’expression de la volonté de la collectivité, contraindre les parents réfractaires à vacciner leurs enfants constitue ce que souhaite la société pour elle-même, ce que les citoyens souhaitent pour eux-mêmes et les autres. C’est ce que Rousseau nomme la « volonté générale » dans son Contrat Social[7] : à l’inverse de la volonté du particulier qui ne voit que son intérêt privé, ou de la volonté de tous qui correspond à l’ensemble des volontés des particuliers, la volonté générale désigne la souveraineté du peuple, c’est-à-dire la façon dont le peuple est capable de s’organiser (par les institutions notamment) pour créer et répondre à ses propres lois en visant le bien collectif. C’est le citoyen (et non le particulier) qui agit pour le citoyen. Toutefois, il importe de remarquer que Rousseau n’envisage pas la volonté de tous et la volonté générale dans un rapport conflictuel : la volonté générale est celle qui représente et agit pour la volonté de tous. Pour autant, une décision collégiale n’est pas forcément unanime, que faire de ces volontés particulières qui sont en désaccord avec la volonté générale ?

Si nous revenons au cas, le médecin ne parvenant pas à convaincre les parents de Louis et Angèle de l’importance de vacciner leurs enfants contre les oreillons et la rougeole, se retrouve devant deux options alternatives : les contraindre ou les laisser enfreindre. Doit-il forcer les parents à vacciner leurs enfants ou doit-il se contenter de leurs opinions même s’il juge ces dernières allant contre le bien des enfants ou le bien de la collectivité ?

La possibilité de laisser enfreindre les parents semble peu tenable pour le médecin : il engage sa responsabilité en agissant à l’encontre de la loi et possiblement de sa conscience. L’énoncé précise, de plus, qu’une épidémie des oreillons est en cours en France. Dans ces conditions, peut-il prendre le risque que Louis contamine sa sœur et d’autres enfants plus âgés ou des adultes (ne tombant pas sous la loi de 2008) sachant que les conséquences peuvent en être néfastes (risque de stérilité pour les adolescents et adultes masculins) ? La responsabilité du médecin, alors, est mise en cause conjointement à celle des parents réfractaires. D’une certaine façon, outre sa conscience et appréciation personnelle, le médecin est contraint d’administrer le vaccin, ou tout du moins de ne pas cautionner le laisser enfreindre que recherchent les parents. Comme le souligne Rousseau, si nous ne pouvons forcer la volonté particulière à être en accord avec la volonté générale, la volonté générale peut contraindre le citoyen à agir selon elle[8].

Les parents

Il importe de réfléchir aux raisons qui président à l’impossibilité de convaincre certaines personnes quant à l’importance de la vaccination. Une méfiance, un soupçon persiste quant aux intentions des laboratoires, de la société. Cette méfiance résulte-t-elle d’une réelle position éthique ou plutôt d’une méconnaissance ? Dans tous les cas, contraindre les parents réfractaires à vacciner leurs enfants entretient la méfiance qu’ils peuvent avoir envers les institutions médicales tels que les hôpitaux et les laboratoires, perçus moins comme participants au service public que comme seulement des entreprises. La confiance est ébranlée. Mais à travers ces institutions, c’est aussi envers l’État que va cette méfiance, suspecté de ne plus être le garant de notre sécurité et du bien collectif, mais de servir des intérêts privés, notamment économiques.

Nous pouvons peut-être considérer qu’il y a une perte de confiance mutuelle : les parents ne vaccinent pas leurs enfants parce qu’ils n’ont pas confiance en l’État et ses services, tandis que l’État ne fait pas confiance en ses citoyens pour prendre par eux-mêmes les justes et bonnes décisions de sorte qu’il va édicter des lois pour les contraindre non pas à les approuver, mais tout du moins à les suivre. Le risque, dès lors, est de tomber dans un rapport paternaliste entre les institutions et les citoyens, entre ceux qui savent et ceux qui ne savent pas. Le médecin, malgré lui, représente une sorte « d’agent de l’État » en enjoignant les parents à faire vacciner leurs enfants.

Un calcul des risques se doit alors d’être à l’œuvre car, si les parents ne souhaitent pas vacciner leurs enfants, c’est moins, sans doute, par un positionnement éthique et/ou politique envers les institutions, que par la peur des possibles effets secondaires des vaccins sur leurs enfants. La peur des effets secondaires prime sur la peur d’une épidémie possible. Or, d’un point de vue plus général, face au risque d’une épidémie, il peut nous sembler plus sensé de courir le risque d’effets secondaires ne touchant que quelques individus. Car, pourquoi vacciner ? Pour le bien collectif. Mais l’individu, au nom du bien collectif, n’est-il pas sacrifié ? « La fin justifie les moyens », dit l’adage utilitariste. John Stuart Mill le prône dans son ouvrage L’Utilitarisme, écrivant que « l’école qui accepte comme fondement de la morale le principe d’utilité ou du plus grand bonheur pose que les actions sont moralement bonnes dans la mesure où elles tendent à promouvoir le bonheur »[9]. À défaut d’avoir trouvé le moyen de convaincre, il nous faut user de la contrainte comme moyen. De telle sorte que si l’exercice de la liberté de certains porte atteinte de façon nuisible au bien collectif, aux autres, alors la liberté de ces individus doit être neutralisée. Si l’individu en tant que tel doit recevoir un bénéfice, il ne sera que secondaire, découlant de la mesure prise pour la collectivité. La question dès lors est celle de savoir si les parents de Louis et d’Angèle nuisent aux autres, au bien collectif, en ne vaccinant pas leurs enfants.

Le fait que Louis et Angèle ne soient pas vaccinés font d’eux ce que nous pouvons nommer des « passagers clandestins », i.e qu’ils seront les seuls à ne pas respecter le comportement collectif adopté, mais bénéficieront par défaut des bienfaits de ce comportement collectif : ils seront protégés des oreillons et de la rougeole parce que les autres autour d’eux seront vaccinés contre ces maladies et in fine, ne pourront pas les leur transmettre. Tout comme le fait que les autres soient vaccinés immunise ces derniers contre une potentielle contagion de Louis ou d’Angèle envers eux. Dans ces conditions, où est le problème ? Dans le souci de justice et d’égalité. Comme le souligne Rousseau : « […] s’il n’est pas impossible qu’une volonté particulière s’accorde sur quelque point avec la volonté générale, il est impossible au moins que cet accord soit durable et constant ; car la volonté particulière tend, par sa nature, aux préférences, et la volonté générale à l’égalité »[10]. La vaccination contre la rougeole et les oreillons ne se fait pas sur base de volontariat. Les implications collectives (et parfois individuelles) de ces maladie l’en empêche. Il n’y a pas de raison que Louis et Angèle, plus que d’autres (par la prise de position de leurs parents) dérogent à la règle. Si dérogation il doit y avoir, c’est envers ceux qui sont « passagers clandestins » malgré eux. Certains traitements ou vaccins ne peuvent être administrés à certaines personnes pour des raisons médicales. Ils ne sont protégés des maladies dont ils ne sont pas vaccinés que parce que les autres autour d’eux sont vaccinés pour ces maladies et donc ne peuvent plus les attraper et les propager. Ne pas vacciner Louis ou Angèle, pour respecter le choix de leurs parents, met en péril ceux qui ne peuvent pas être vaccinés non pour raison de conviction, mais par nécessité.

Enfin, libre aux parents de Louis et d’Angèle de ne pas faire vacciner leurs enfants, mais, outre le risque qu’ils font courir aux autres, ils ne pourront profiter des services tels que ceux de la crèche (et plus tard ceux de l’école) qui exigent cette vaccination. Si la contrainte n’est pas explicite, elle est implicite. Si les parents de Louis et d’Angèle veulent continuer à travailler (il est dit dans le cas que la mère vient de retrouver un travail), il semble difficile pour eux de se passer des services publics. Pour profiter des services mis en place par la société, il nous faut accepter les obligations qui y sont rattachées en contre-partie. Obtempérer semble ce qu’il leur reste de mieux à faire.

Conclusion

Un questionnement devient un dilemme moral face à la multiplication des points de vue qui créer, de fait, une hiérarchie des normes, des valeurs. Hiérarchie qui semble difficile à établir puisque chaque point de vue peut se défendre, en fonction du système moral adopté, et donc se retrouver en tête de liste de cette hiérarchie.

Dans le cas présent, comme nous l’avons vu, peut-on réellement trancher en faveur de la supériorité de la vaccination et de l’intérêt général sur la liberté individuelle ? D’autant plus quand la confiance est absente et que les parents peuvent s’interroger à la fois sur les effets secondaires, mais également sur la finalité du laboratoire en promouvant la vaccination obligatoire.

À l’inverse, il peut être facile de défendre l’utilité de la vaccination. Le bien collectif qui en est retiré apparaît bien supérieur à la liberté individuelle et aux risques sanitaires qui en découlent. Mais alors, quid de la limite de vaccination ?

De même, les questions de santé, et, à plus forte raison, de santé publique, doivent-elles être résolues par les principes du marché et de la concurrence ? Ou bien est-ce un bien public, un bien collectif, qui doit être plus directement géré par l’état ?

À l’issu de cet exposé, nous pensons que l’une des clefs de réponse se trouve dans la confiance. C’est bien la confiance de chacun envers les autres acteurs qui permet de convaincre. Il nous semble possible de mesurer cette confiance à partir de la vaccination « non-obligatoire ». Si celle-ci est importante, proche de la vaccination obligatoire, alors nous sommes dans une situation où les personnes ont globalement confiance et que le phénomène de rejet n’est qu’à la marge, et donc normal statistiquement tel que Durkheim[11] l’a évoqué déjà à la fin du XIXsiècle. Si ce n’est pas le cas, alors la priorité doit aller à restaurer la confiance. L’actualité nous le montre, légiférer à tout va, rendre toujours plus de vaccins obligatoires, sans pédagogie, sans explication, ne peut que renforcer la méfiance. Le dialogue seul permet de comprendre et donc de restaurer cette confiance qui paraît indispensable dans pareil cas.


NOTES

[1] Platon, Lois, IV, 720c, trad. Brisson-Pradeau, Paris, GF-Flammarion, 2006.

[2] Max Weber, Le savant et le politique, édition originale, 1919, nouvelle traduction par Catherine Colliot‑Thélène, La Découverte/poche 2003.

[3] Platon, Gorgias, 455d-456b, trad. M. Canto, Paris, GF-Flammarion, 1993.

[4] Jean-Jacques Rousseau, Du contrat social, Paris, GF-Flammarion, 2001, p. 60.

[5] Voir le Dictionnaire Larousse en ligne.

[6] Pour reprendre un terme utilisé par Y. Michaud dans Changements dans la violence, essai sur la bienveillance universelle et la peur, Paris, Odile Jacob, 2002.

[7] Jean-Jacques Rousseau, Du Contrat Social, Livre II, Chap. 3.

[8] Ibid.

[9] John Stuart Mill, L’Utilitarisme, essai sur Bentham, trad. Audard, PUF, 1998, p. 31.

[10] Jean Jacques Rousseau, Du Contrat Social, Livre II chap.1.

[11] Émile Durkheim, « Le crime, phénomène normal », in Déviance et criminalité. Textes réunis par Denis Szabo avec la collaboration d’André Normandeau, pp. 76-82, Paris, Librairie Armand Colin, 1970.

Pour citer ce texte : Fanny Farieux, Dominique Jean, Guillaume Perzo-Piel, “Philosophie et cas clinique 2”, dans L'Atelier des Savoirs, 27 février 2019, https://eriac.hypotheses.org/1368.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.