La chanson populaire à travers le monde dans la Première Guerre mondiale

En France, nous avons peu l’habitude de produire des « posters » (sorte de grandes affiches) dans les sciences humaines : on laisse cela en général aux chercheurs en « sciences dures ». Ce n’est pas le cas partout dans le monde. Ma proposition de poster, intitulée « Au-delà de la question du moral : la chanson populaire à travers le monde dans La Première Guerre mondiale » a été acceptée par l’American Historical Association. Je me suis donc rendu à Washington en janvier 2018. Il faisait moins douze, mais j’ai pu rencontrer et découvrir les travaux de quelques-uns parmi les 4 000 historiens présents ! En effet l’American Historical Association regroupe les historiens des États-Unis, qu’ils travaillent sur l’histoire américaine ou sur d’autres régions du monde.

Il y avait beaucoup de discussions sur le rôle de l’historien dans la cité à l’époque Trump. Des débats rajoutés au programme à la dernière minute ont traité des questions d’actualité – le harcèlement sexuel, la Catalogne, la Corée du Nord – du point de vue de l’historien.  D’autres débats portaient sur le traitement de la mémoire de l’esclavage. Certaines universités aux États-Unis furent littéralement construites par des esclaves, et portent le nom d’esclavagistes. Les descendants de ces deux groupes débattent aujourd’hui sur la manière de reconnaître cette histoire (certains bâtiments nommés d’après des esclaves, et d’autres initiatives similaires).

Et j’ai pu présenter fièrement mon poster.

Popular song is not an illustration of real history which takes place elsewhere, in muddy trenches or oak-panelled offices, it is a series of mass activities which are themselves part of the history of society.

Le poster, en anglais, commence par une citation qui souligne que la chanson populaire n’illustre pas l’histoire, mais en fait partie. Les chansons des années de guerre, chantées par des millions de personnes, intègrent une partie de leur expérience et de leurs rêves. Le poster poursuit avec une série de questions : qu’est-ce qui influe sur le répertoire ? Qu’est-ce qui influe sur la musique ? Quelle utilité avait la chanson pour les gens ? Pour chaque question, on donne des éléments de réponse et des exemples venus de différents pays (Angleterre, France, Allemagne, Canada, Nouvelle-Zélande, USA, Australie …). Ainsi nous espérons avoir montré que la chanson était créée par des besoins sociaux, par des structures économiques diverses, par des traditions musicales et politiques variées, et par des technologies plus ou moins développées.

Pour ne donner qu’un exemple, regardons la différence entre le répertoire des chansons de guerre en France et en Grande-Bretagne. On remarque d’emblée que :

  • Le créateur de la chanson en Grande-Bretagne vend sa chanson pour une petite somme d’argent et ne reçoit pas de droits d’auteur par la suite. En France, un système de droits d’auteur a été mis en place, et attire des professionnels, plus éduqués et plus portés sur des chansons complexes.
  • En Angleterre, un chanteur typique apparaît sur scène (devant 2 000 ou 3 000 spectateurs, sans microphone) pendant 15 minutes, dans le contexte d’une soirée de variété : après les acrobates et avant les éléphants peut-être. Il doit intéresser le public très vite ; humour et théâtralité sont obligatoires. À Paris, dans les cafés-concerts, bien plus petits, avec un chanteur résidant qui a la fidélité de son public, une approche plus approfondie est possible. En effet, le répertoire français traite de beaucoup de questions sociales sérieuses que le répertoire anglais évite : l’infidélité, les problèmes économiques sociaux ou sexuels des soldats mutilés, etc.
  • En France, depuis la défaite face à l’Allemagne en 1871, tout un répertoire de chansons anti-allemandes a vu le jour, largement connu par les hommes qui les apprenaient lors du service militaire. En Angleterre, sans service militaire et très appréciatif du peuple allemand avant la guerre, cette tradition n’existe pas. Pendant toute la guerre, il n’y aura pas de chansons de haine contre les Allemands sur la scène du music-hall anglais.

Je ne vous ai donné là qu’un petit aperçu, mais les deux posters vous en apprendront davantage…

Pour citer ce texte : John Mullen, “La chanson populaire à travers le monde dans la Première Guerre mondiale”, dans L'Atelier des Savoirs, 29 janvier 2018, https://eriac.hypotheses.org/135.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.