Une poésie de l’agriculture et du paysage à l’aube du XVIe siècle : le De hortis Hesperidum de Giovanni Pontano

G. Pontano “Opera” | Collection privée

Le De hortis Hesperidum fut l’un des premiers poèmes de l’époque moderne à s’inspirer des Géorgiques de Virgile. Il fut écrit au tournant du XVe siècle, c’est du moins ce que le faisceau des indices chronologiques qui émaillent le texte nous laisse entendre, mais on ne peut exclure un début de composition anticipé, probablement dès la fin des années 1480. Le terminus ad quem nous est donné par la mort de son auteur, en 1503. Ce dernier n’est autre que l’humaniste napolitain Giovanni Pontano[1], un polygraphe qui exerça des charges administratives et politiques à Naples auprès de la dynastie régnante. Son œuvre compte des traités d’éthique, des dialogues d’inspiration lucianesque et cicéronienne, des poèmes de mètres variés sur la vie aristocratique à Naples et un volet de poèmes scientifiques d’argument astrologique.

L’œuvre de Pontano eut une certaine influence en Europe. L’humaniste est cité par Du Bellay, Rabelais, Henri Estienne dans l’Apologie pour Hérodote. John Leland en Angleterre le cite comme un poète latin de premier choix. On commente ses poèmes astrologiques en Allemagne. Mais son œuvre a surtout été influente en Italie, sur Jacopo Sannazaro, l’auteur de l’Arcadia, qui était l’un de ses disciples, mais encore sur Baldassare Castiglione et, plus lointainement, sur le Tasse, sur le Cavalier Marin ou sur Giambattista Basile.

*

Le De hortis Hesperidum est un poème géorgique en deux chants de 607 et 581 hexamètres chacun. Les jardins d’agrément en sont le sujet principal, en particulier les jardins d’agrumes qui ont connu une certaine vogue à Naples à la fin du Quattrocento sous l’impulsion de la dynastie régnante des souverains aragonais. C’est donc un poème agronomique, qui enseigne des techniques de culture, de bonification des terrains, d’irrigation, de marcottage et de greffe. Mais il présente aussi les usages des agrumes liés à la vie de cour comme les usages cosmétiques, décoratifs, culinaires ou médicaux. C’est le premier texte monographique sur la culture des agrumes et c’est d’ailleurs de lui que provient l’étymon du mot « agrume », acrumen, que Pontano emploie pour la première fois au sens générique moderne. Il s’agit donc d’une somme d’érudition technique, qui a valeur de document pour l’histoire des coutumes, mais aussi pour l’histoire du paysage et des jardins en ce qu’elle illustre une étape de la transmission d’un savoir technique, la culture des agrumes à vocation ornementale, qui était pratiquée dans l’Émirat de Sicile par les Aghlabides, mais surtout dans l’Espagne Musulmane.

D’un autre côté, le De hortis Hesperidum est un ambitieux poème allégorique sur la vie aristocratique à Naples et sur les valeurs de l’humanisme aragonais, dont Pontano est le principal porte-voix. Ce texte laisse transparaître les positions esthétiques et éthiques d’une génération d’hommes qui fut frappée par les premières guerres d’Italie.

Ce poème développe une allégorie du combat de l’homme contre la nature et contre les effets destructifs de l’histoire, mettant en avant l’ingéniosité et la pugnacité humaine face au monde sauvage qu’il tente de civiliser. C’est aussi l’un des points de naissance d’une esthétique baroque, une esthétique nouvellement orientée vers l’ars naturans qui sera féconde au XVe siècle dans les arts graphiques et dans l’art des jardins. Mais ce poème montre aussi, en littérature, un infléchissement vers un maniérisme d’ascendance ovidienne qui, par-delà le classicisme de l’Arioste ou d’un Luigi Alamanni, marquera Torquato Tasso.

*

Le De hortis Hesperidum eut une discrète influence sur la littérature européenne malgré la rareté de ses éditions. Ce texte fut édité de manière posthume par Alde Manuce à Venise en 1505[2]. Il subit 6 rééditions entre 1505 et 1556, mais cette fortune toute relative semble se tarir dans la deuxième moitié du XVe siècle. Ce n’est qu’en 1731 que le satiriste Gianantonio Deluca en fait paraître une traduction en versi sciolti. Dans sa préface, il se plaint de la rareté de ce texte et de la difficulté de se procurer les éditions du XVe siècle. C’est pourtant dans ces éditions, avec celle de Deluca, que le XVIIIe, puis le XIXe siècle, connaîtront l’œuvre. Il faut en effet attendre 1902 et le travail d’un érudit italien, Benedetto Soldati pour que la première édition critique du De hortis Hesperidum voie le jour. Mais malgré cette relative indigence éditoriale, ce poème a été lu et a suscité des imitations. Pour s’en convaincre, il suffit de considérer sa réception immédiate et de voir combien ce poème du ressassement a marqué la génération suivante par ses images éclatantes, par la clarté et par l’éloquence de ses mythes. On retrouve en effet des signes certains de son influence chez les poètes italiens les plus brillants du début du XVe siècle comme Francesco Maria Molza, Jérôme Fracastor, Jules César Scaliger ou Pietro Bembo. En France, lorsque Robert Garnier ou Pierre de Ronsard parlent des orangeries, on retrouve les mêmes figures de comparaison que celles que Pontano avait utilisées. L’oranger devient un métonyme de l’Italie, comme ce sera encore le cas dans le Mignon de Goethe. Les Emblèmes d’Alciat contiennent, à partir de l’édition vénitienne de 1546, l’oranger à la fois doux et acide, apanage de Vénus et symbole de la duplicité de l’amour, un topos inventé dans le De hortis Hesperidum. Quant aux agronomes, ils n’ont de cesse de s’y reporter et d’en admirer l’élégance, C’est le cas du philosophe Giambattista della Porta mais aussi du Jésuite Giambattista Ferrari qui, dans ses propres Hesperides, cite près de 200 vers du De hortis Hesperidum.

*

Quoiqu’il soit en lui-même un texte novateur et l’occasion d’une petite renaissance, le De hortis Hesperidum ne pourrait se concevoir indépendamment d’un éveil de l’intérêt pour l’agriculture et pour le texte agraire en cette fin de XVe siècle en Italie – et à Naples en particulier. La renaissance de la littérature technique agricole était amorcée depuis une quarantaine d’année en 1500. Elle avait bénéficié de deux facteurs. D’abord, un intérêt accru des mécènes pour l’art du jardin puisque la villa de campagne bénéficie d’une mode renouvelée. Or, la villa, telle que l’envisage Alberti, est encore dans son essence une propriété rustique et il n’y a pas de séparation de principe entre le jardin maraîcher ou le verger d’un côté, et le jardin ornemental de l’autre. La plupart des villas médicéennes se changent imperceptiblement de villa rustique en villa de plaisance. C’est ainsi que leurs propriétaires sont rendus plus sensibles aux aspects techniques des problèmes posés par l’horticulture, voire par l’agriculture et par la bonification des terres. C’est du moins l’argument dont usent les auteurs de traités vis-à-vis de leurs dédicataires.

La littérature agraire bénéficia également de l’intérêt que tout encyclopédisme porte au savoir technique. Cet encyclopédisme se traduisit d’abord par une recrudescence des copies de luxe des auteurs agraires latins – Caton, Varron, Columelle et Palladius –, qui se solda par l’editio princeps de ces mêmes auteurs en 1472, chez Nicolas Jenson, assortie d’une série d’annotations érudites par l’humaniste Giorgio Merula. En 1472, Pomponio Leto fit paraître son commentaire sur le De hortorum liber de Columelle. Tous ces travaux préparèrent le terrain pour les grands commentaires des Géorgiques de Virgile qui virent le jour à partir des années 1480. Au même moment, c’est la poésie géorgique qui s’apprête à renaître, avec des œuvres poétiques comme le De arboribus de Bartolomeo Scala, dédié à Laurent de Médicis mais jamais achevé, ou son pendant en langue toscane, le De agricultura de Michelangelo Tanaglia, dédié quant à lui à Alphonse II de Naples – ou enfin les œuvres latines de Ludovico Lazzarelli ou Pierfrancesco Giustolo, qui écrivirent de courts poèmes didactico-allégoriques sur la culture de la soie ou du safran[3].

Le De hortis Hesperidum a bénéficié de ce climat et surtout des nouveaux efforts d’interprétation de la littérature géorgique. Mais il est aussi l’expression d’une situation locale et de l’histoire politique à laquelle l’humanisme napolitain se trouve confronté au tournant du XVIe siècle.

La brève saison de l’humanisme napolitain trouve son origine dans la relance économique imposée au royaume de Naples par le roi d’Aragon Alphonse V, dit le Magnanime. Naples tomba dans le giron de la couronne d’Aragon en 1442. Alphonse le Magnanime décida d’en faire la capitale de son royaume maritime qui, à l’époque, enserrait toute la partie occidentale du bassin méditerranéen. Le souverain amorça alors une politique de grands travaux qui firent de la cité un grand centre de commerce. Alphonse le Magnanime était un roi mécène et il fit venir à sa cour des hommes de lettres de renom ; c’est ainsi que le mouvement humaniste prit racine à Naples. À la mort du roi, en 1458, lui succéda son fils illégitime, Ferdinand Ier, mais seulement à la tête du Royaume de Naples qui, à partir de cette époque et pour une quarantaine d’années, constitua un royaume indépendant à la fois de la couronne espagnole et du reste de la péninsule italienne. Ce Royaume eut alors une influence prépondérante dans le jeu de la politique italienne. Mais, en 1501, après plusieurs incursions françaises, comme celle de Charles VIII en 1495, à la suite de la deuxième guerre d’Italie, le Royaume de Naples retomba dans le giron de la couronne espagnole et fut dégradé en vice-royaume. Naples n’exerça plus dès lors d’influence politique comparable à celle qui avait été la sienne au Quattrocento. Avec la perte de ce pouvoir implanté et de cette autodétermination napolitaine, l’humanisme perdit son alliance avec le pouvoir et une grande partie de sa justification, ce qui se traduisit au moins par la perte des pensions copieuses que les souverains aragonais n’avaient jamais cessé de verser aux humanistes de leur cour.

Mais cette crise de l’humanisme fut à plus forte raison une crise de l’aristocratie citadine. On devine en effet un changement d’esprit vers 1490 au sein de la noblesse citadine, la noblesse des Seggi. Cette partie dynamique de l’aristocratie, à l’origine une petite noblesse foncière, s’était préoccupée sous les souverains aragonais, en s’appuyant sur une bonne éducation humaniste, de s’acquérir des charges pour gagner en importance au détriment des barons de la vieille noblesse féodale qui se considéraient peu ou prou comme les égaux du souverain. Avec la chute programmée de la dynastie aragonaise, la noblesse des Seggi, ne pouvant plus compter sur la générosité des souverains pour croître en importance et supplanter la vieille noblesse baronniale, manifesta un désir accentué de retour vers la terre. Reprenant les propos de Caton et de Columelle, des auteurs comme Diomede Carrafa ou Tristano Caracciolo vantèrent les mérites de celui qui dirige directement ses fermiers et qui sait, en somme, constituer un revenu à partir d’un fonds et non plus en appuyant son avancement aux bienfaits d’une dynastie moribonde. Ainsi, l’activité agricole se trouva nettement valorisée au sein de l’académie napolitaine.

C’est manifestement dans cet esprit que Pontano, qui fut lui-même un grand penseur de l’éthique aristocratique à Naples, décida de composer un poème agronomique, un poème géorgique, qui mettait en valeur le travail de la terre selon un mode qui ne froissât pas l’estime que la noblesse des Seggi concevait pour elle-même. C’est dans le début du De agri cultura que Caton tenait les propos que nous venons d’évoquer selon lesquels le bon propriétaire terrien doit mieux connaître l’agronomie que son intendant ou que ses fermiers. Caton affirmait en outre que l’agriculture était une activité plus morale que l’usure et moins risquée que le commerce. Dans le contexte de la rivalité culturelle qui existait à cette époque entre Naples et Florence, chacune des deux villes tentant de s’accaparer l’héritage spirituel de la Rome antique, les aristocrates napolitains proches de l’académie ne pouvaient que souscrire à cette vision qui écartait le banquier et le marchand, dont ils faisaient souvent des Florentins la caricature, de la figure du patricien romain, authentique dépositaire du mos maiorum et de la vertu innée de la Rome antique. Ainsi, la pratique de l’agriculture s’enrichissait d’un faisceau de valeurs symboliques, qui furent un refuge de choix pour cette aristocratie éclairée qui semblait perdre, avec la dynastie aragonaise, ses charges et une partie de ses privilèges.

Le cas de Pontano est exemplaire. Premier ministre au début des années 1490 sous Ferrante, la monarchie lui conféra un blanc-seing. Il pouvait traiter directement avec les ambassadeurs des puissances extérieures sans avoir à en référer au souverain. C’est à lui qu’on adressait les requêtes, c’est lui qui traita directement avec Innocent VIII pour établir la paix entre Naples et Rome en 1486. Mais en 1495, après que Charles VIII eut pris Naples et après le retour des souverains aragonais, Pontano fut vraisemblablement écarté du pouvoir pour avoir remis les clés de la ville au souverain français. L’humaniste conserva des charges mineures de conseiller mais il choisit de prendre sa retraite politique pour se consacrer à sa carrière d’homme de lettres. Dès lors, il inclina à se présenter comme un véritable Cincinnatus, un homme vertueux et continent, qui vivait sobrement, cultivant sa parcelle, dispensant des préceptes d’agriculture à ses propres fermiers, et était prêt néanmoins à voler au secours du peuple de Naples lorsque celui-ci était menacé. L’aristocratie napolitaine, resserrant ses liens avec le peuple après le départ des Aragonais, soulignait ainsi justement son rapport au terroir, aux coutumes de Naples ce qui revenait à affirmer une véritable autochtonie face aux prétentions de la noblesse baronniale.

Mais il existe un deuxième ordre de raisons aux conséquences plus considérables pour l’histoire de l’art européen. Le De hortis Hesperidum est nettement inspiré des pratiques contemporaines de l’horticulture et notamment des réalisations qui virent le jour dans les jardins royaux de la dynastie aragonaise pendant toute la seconde moitié du XVe siècle. L’horticulture napolitaine de la Renaissance fut, à ses origines, liée à l’horticulture de tradition musulmane des jardins de Valence. Nous avons en effet la chance de posséder encore certaines lettres d’Alphonse le Magnanime qui, dès 1450, commandent l’envoi de jardiniers depuis son fief de Valence pour qu’ils plantent à Naples des agrumes à la manière des lligador d’horts, les jardiniers dépositaires de la tradition musulmane. Or, dès 1476, un ambassadeur florentin, Francesco Bandini, affirmait que l’ensemble de la ville de Naples était parfumée par l’odeur des agrumes, et qu’il y avait là un nombre invraisemblable de jardins plantés de ces arbres. Pourtant ce n’est qu’à la fin du Quattrocento que cette tradition trouve un écho abondant dans les sources préservées, et cela grâce au mécénat du futur Alphonse II de Naples. C’est sous son impulsion que les techniques probablement héritées des lligador d’horts de Valence, une cinquantaine d’années plus tôt, et améliorés par des jardiniers locaux comme Pacellio da Mercogliano, atteignirent une perfection dont les fruits marquèrent fortement les contemporains et, en particulier, les soldats et compagnons d’armes de Charles VIII lorsqu’ils entrèrent à Naples en 1495. Il s’agissait d’espaliers d’agrumes et de bosquets en topiaires qui rappelaient certaines typologies du jardin musulman. On faisait dans ces jardins un usage abondant de l’irrigation au moyen d’un contrôle de l’eau qui n’avait alors pas son pareil en Italie. Ces jeux d’eau, dont on peut aujourd’hui admirer le parangon à la villa d’Este à Tivoli, faisaient la célébrité de la villa de Poggioreale, qu’Alphonse II avait fait construire sur des plans florentins. Aujourd’hui, cette villa est malheureusement disparue, avec ses jardins. Mais son influence fut immense, d’abord parce qu’elle est à l’origine des espaliers architectoniques d’agrumes qui ont fait le succès des jardins de la famille Médicis à Florence, par quoi débute l’histoire du jardin maniériste en Italie, mais encore parce que ces jardins marquèrent Charles VIII lors de sa brève occupation du Royaume en 1495. Ils le marquèrent si bien que celui-ci emporta dans ses malles le jardinier en chef de Poggioreale, un napolitain de la région d’Avellino, Pacellio da Mercogliano, qui initia, quant à lui, l’histoire du jardin à la française, en travaillant aux jardins des châteaux de Gaillon, d’Amboise et de Blois.

Alphonse II était connu dans toute l’Italie comme un planteur d’orangers. C’est sous ce visage qu’il apparaissait par exemple dans les chansons de guerre lors de la descente des Français en 1495. Le souverain s’en glorifiait et souhaitait que l’on garde mémoire de son œuvre de planteur, car il avait fait poser une plaque en mémoire de l’allée monumentale d’orangers qui allait de la porte Capouane à sa villa de Poggioreale. Connu pour son intérêt pour les jardins, Alphonse II s’était même fait dédier en 1490 le premier poème géorgique en italien, celui de Michelangelo Tanaglia que nous avons brièvement évoqué.

*

On peut ainsi deviner que c’est dans cette ambiance culturelle que le projet du poème De hortis Hesperidum avait été conçu : une ambiance d’effervescence à l’égard des techniques d’une horticulture savante qui ne se différenciaient pas radicalement à l’époque des techniques de l’horticulture familière mais en constituaient plutôt une forme de prolongement. Peut-être Pontano avait-il d’ailleurs commencé son poème dans la perspective d’une dédicace à Alphonse II qui devait malheureusement abdiquer en faveur de son fils en 1494 et mourir quelques temps plus tard. Le De hortis Hesperidum ne recevait que plus de sens de cette dédicace manquée : plutôt qu’un simple chant à la gloire de l’activité civilisatrice du monarque, il devenait une brillante allégorie de la prolongation possible, par des initiatives individuelles, des réussites artistiques qu’une monarchie désormais éteinte avait naguère rendues possibles.


NOTES

[1] Pour une biographie de Giovanni Pontano, voir Liliana Monti Sabia, Un profilo moderno e due Vitae antiche di Giovanni Pontano, Naples, Accademia pontaniana, 1998 ; Carol Kidwell, Pontano. Poet and Prime Minister, London, Duckworth, 1991; Erasmo Percopo, Vita di Giovanni Pontano, Napoli, ITEA Industrie Tipografiche, 1936 ; en français, on consultera à profit l’introduction du volume suivant, Hélène Casanova-Robin, Giovanni Pontano : Églogues, Paris, Belles Lettres, 2011, p. xv-xviii.

[2] L’editio aldina princeps des poésies de Pontano paraît en 1505, à Venise. Il s’agit d’un volume in-8° en deux parties. La première, aux 184 feuillets non chiffrés mais signés a-z8, contient l’Urania, siue de stellis (f. 2r-108v) ; le Meteorum liber (f. 109r-137v) ; le De hortis Hesperidum (f. 138r-159v) ; la Lepidina et trois autres églogues : Meliseus, Maeon, Acon (f. 160r-184r). Elle porte au f. 184r la souscription « Venetiis apud Ald. mense maio M. D. V. ». La seconde partie aux 58 feuillets signés aa-ff8 puis gg10 comporte les Hendécasyllabes (f. 186r-218v) ; 24 pièces tirées d’une version ancienne du De tumulis (f. 219r-227r) ; douze compositions issues des Naeniae (f. 227v-230v) ; douze épigrammes (f. 230v-237r). Elle porte au f. 242r la souscription « Venetiis in aedibus Aldi Ro mense augusto M. D. V. ». Le volume contient un index des œuvres (« Index eorum quae hoc Pontani libro habentur », f. 237r-241r), dans laquelle on renvoie à des feuillets chiffrés bien qu’ils ne le soient pas dans l’édition, et les errata corrige (« Quae inter impressionem errata acciderunt », f. 241r-v). La première partie est dédiée à Johann Kollauer (f. 1v) ; la seconde à Suardino Suardo (f. 185r-v). Références : Ahmanson-Murphy, 91 ; Kallendorf & Wells, 82 ; BMSTC p. 532 ; Renouard, 49, 4. Pour les autres éditions, voir la liste établie par Silvia Sbordone, Saggio di bibliografia delle opere e della vita de G. Pontano, Napoli, Accademia Pontaniana, 1982,  qui a omis de mentionner la contrefaçon – réplique des éditions aldines de 1513 et 1518 – parue à Venise peu après 1518 chez l’éditeur Gregorio di Gregoriis. L’édition de Filippo Giunta est aussi un piratage de l’édition aldine de 1513. Nous citons quant à nous les ouvrages suivants :  Giovanni Pontano, Gli orti delle Esperidi, G.A. Deluca (trad.), Venezia, Presso Gianbatista Grandi, 1761 ;  Giovanni Pontano, Carmina …, B. Soldati (éd.), Firenze, Barbera, 1902.

[3] Ludovico Lazzarelli, Ludovici Lazzarelli … bombyx: Accesserunt ipsius aliorumque poetarum carmina cum commentariis de vitis eorumdem Joanne Francisco Lancillottio … auctore …, s. l., Petrus Paulus Bonelli, 1765 ; M. Tanaglia, De agricultura, s. l., Palmaverde, 1953 ; Pierfrancesco Giustolo, La coltivazione dello zafferano: De croci cultu, s.l., Effe, 2000. Alison Brown, Bartolomeo Scala, Princeton, Princeton University Press, 1979.

Pour citer ce texte : georgestilly, “Une poésie de l’agriculture et du paysage à l’aube du XVIe siècle : le De hortis Hesperidum de Giovanni Pontano”, dans L'Atelier des Savoirs, 23 janvier 2018, https://eriac.hypotheses.org/109.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.