Swift 350

crédits photographiques : Trinity College Dublin

En 2017, Dublin célébrait le 350e anniversaire de la naissance de Jonathan Swift. À cette occasion le Trinity College lui a consacré trois jours de colloque international et interdisciplinaire (7, 8 et 9 juin 2017).

Plenary lecture 1: Swift’s birthdays

Moyra Haslett (Queen’s University Belfast)
Moyra Haslett a présenté la façon dont les anniversaires étaient souhaités à l’époque de Swift. Quel était le rapport de Swift avec cette célébration ? Heureux événement, manifestation inutile ? Swift avait semble-t-il un rapport assez négatif avec son anniversaire. Cependant, c’était l’occasion pour lui et ses connaissances de rédiger des poèmes souvent publiés. Sous diverses formes, imitation ou parodie des Royal Birthday Oaths, ces poèmes étaient l’occasion de montrer son attachement au destinataire ainsi que sa maitrise de la langue et de la poésie. Les sept poèmes écrits à Stella entrent dans cette catégorie. Ils ancrent paradoxalement leur amitié dans le domaine privé, mais aussi public puisque ces poèmes étaient publiés dans certains journaux. Cela pose alors la question de la frontière entre célébration privée et publique, entre poème amical ou poème pour la postérité.

Panel 1 – Swift and religion
(Chaire : Ivar McGrath, University College Dublin)

Nigel Aston (University of Leicester), “‘Ev’ry Genius that attempts to rise’: Swift, the Oxford ministry, and the search for ecclesiastical preferment, 1710-1714)”
À travers cette présentation et en s’appuyant sur la biographie de Jonathan Swift par Leo Damrosch, Nigel Aston s’est intéressé à la période durant laquelle Jonathan Swift a espéré obtenir un décanat en Angleterre. En effet, Aston s’est appuyé sur les écrits de Swift lui-même dans le Journal à Stella, pour souligner à quel point l’auteur espérait rester en Angleterre et notamment à Londres, ville qu’il affectionnait tout particulièrement. Sa nomination en tant que Doyen de la Cathédrale Saint Patrick à Dublin (1713-1745) restera pour lui un échec notoire, qui a fortement marqué ses écrits. Nigel Aston s’est également intéressé aux causes qui ont entrainé cet échec, notamment en étudiant les obstacles qui ont empêché Swift d’atteindre son but, à savoir la concurrence entre les différents candidats à l’obtention d’un décanat, la rareté des emplois sans ce domaine, le manque de soutien à Jonathan Swift en Angleterre, et enfin le rôle qu’a joué le Conte du Tonneau, écrit satirique sur la religion qui a fortement déplu à la Reine Anne, qui lui aurait valu de ne jamais obtenir le poste tant convoité en Angleterre.

Christopher Fauske (Salem State University), “Secular Dean, or Religious Secularist? A re-examination)”
Christopher Fauske a exploré la relation parfois qualifiée d’“ambigüe” que Jonathan Swift, doyen de la Cathédrale Saint Patrick à Dublin entretenait avec la religion. En effet, Jonathan Swift est connu pour avoir été un homme d’Église influent, mais également l’auteur de satires acerbes sur l’humanité, la religion ainsi que de poèmes dits « scatologiques ». Mais alors, comment concilier ces écrits, censurés pour certains, et le rôle d’homme d’Église ? Christopher Fauske s’intéresse de plus près à la position de Jonathan Swift sur l’église et les conflits religieux de l’époque, notamment en prenant comme point de départ son aversion profonde pour le roi Henry VIII, pourtant fondateur de l’Église anglicane, mais qu’il accuse d’avoir rendu l’Irlande catholique :

I wish he had been flayed, his skin stuffed and hanged upon a gibbet. His bulky guts and flesh left to be devoured by birds and beasts for a warning to his successors forever. Amen.

Enfin, Fauske s’est également penché sur la position de Swift sur les débats religieux de son époque, notamment les oppositions entre les courants réalistes et nominalistes.

David Manning (University of Leicester), “Religious Enlightenment in Ireland? The Divine Discontents of Thomas Emlyn and Jonathan Swift”
David Manning, historien des idées de la culture religieuse, a choisi d’examiner les différences entre Jonathan Swift et Thomas Emlyn (1663-1741), deux figures majeures de la religion protestante en Irlande au dix-huitième siècle. David Manning stipule que si les deux hommes s’étaient rencontrés, ils se seraient probablement mutuellement méprisés : Thomas Emlyn, chapelain presbytérien, a été condamné pour avoir confessé être Unitariste. En remettant en cause la Sainte Trinité et en affirmant donc que Dieu est un seul et même esprit, Emlyn a été condamné à deux ans de prison et à une amende pour blasphème. Swift, quant à lui, était le Doyen de la Cathédrale Saint Patrick de Dublin. Si cette fonction a fait de lui l’une des figures majeures de la religion « officielle », cela ne l’a pas empêché par le passé d’écrire une célèbre satire sur la religion, Le Conte du Tonneau, pour lequel il sera puni par la reine Anne, l’empêchant ainsi d’espérer toute forme de promotion professionnelle au sein de l’Église en Angleterre. La position de Swift sur la religion pose problème et est souvent question de débat parmi les critiques : fervent conservateur, Swift croyait aux principes de l’Église Anglicane, tout en cherchant à limiter ses dérives et sa corruption. Si Thomas Emlyn et Jonathan Swift, tous les deux contemporains, s’étaient rencontrés, ils se seraient surement méprisés : l’un était non conformiste et l’autre conservateur. Néanmoins, ne peut-on pas dire qu’ils ont tous les deux été incompris par leurs contemporains ?

Panel 3 – Swift: Scriblerians, Satire and Secret History
(Chaire : Norma Clarke, Kingston University)

Margaret Koehler (Otterbein University, Ohio), “Swift the Scriblerian”
Margaret Koehler a insisté sur la différence entre analogie et ressemblance à travers l’exemple des Yahoos dans le quatrième voyage de Gulliver’s Travels. En utilisant les diverses définitions de l’OED, M. Koehler insiste sur les différents types d’analogies entre humains et Yahoos et leurs significations.

Amanda Springs (SUNY), “A few friends in a Corner: Satire as Community”
Amanda Springs insiste sur le fait que la satire est avant tout une marque d’identité et d’appartenance sociale : elle sert à inclure ou à exclure certains individus d’un groupe par le rire (inclusion) ou la moquerie (exclusion). La satire serait donc plus faite pour moquer que pour corriger contrairement à l’idée de portée morale à laquelle elle est habituellement associée : c’est donc bien une déclaration d’appartenance à un groupe plutôt qu’un outil réformateur.

Melinda Rabb (Brown University), “Swift, Secret History, and ‘Fair Liberty’”
Melinda Rabb se concentre sur la difficulté de transmettre une histoire véritable et objective. À travers l’exemple de “the Angel of History” de Walter Benjamin” et l’image du “king Candaules showing his wife to Gyges”, M. Rabb montre comment les faits peuvent être manipulés, réinterprétés et modifiés.

Panel 4 – Swift and politics
(Chaire : Regina Janes, Skidmore College)

Emrys D. Jones (King’s College London), “‘Not a Place for Friends to Come to’: Swift, Levees and Political Hospitality”
Emrys D. Jones s’est proposé d’examiner la coutume des « levers » au dix-huitième siècle ainsi que la manière dont cette coutume était perçue par Swift. Les levers (levees en Anglais) étaient une coutume héritée de la monarchie française, qui existait depuis Charlemagne, mais qui a été renforcée et codifiée durant le règne de Louis XIV. Le lever consistait à partager un moment d’intimité avec le monarque, c’était un moment privilégié réservé aux membres des hautes classes de la société. La coutume des levers a été popularisée au Royaume-Uni durant le règne de Charles II et s’est vite transformée en réceptions ou diner plutôt que de demeurer une coutume matinale comme son nom semble pourtant l’indiquer. Elle n’a rapidement plus été réservée qu’aux monarques et s’est étendue aux personnes des hautes sphères de la société britannique. Swift a assisté à des levers, coutume qu’il considérait comme dégradante, aussi bien pour les personnes qui en faisaient l’objet que pour les personnes qui y assistaient. En effet, dans le Journal à Stella, Swift compare les personnes qui assistent aux levers à des “idiots” (“a parcel of fools”) et il explique qu’il assiste aux levers pour se moquer de la personne en l’honneur de qui la réception est donnée : “I’m going now to Mr Harley’s levee to vex him”. Pourtant, cette coutume qui floutait la frontière entre sphère publique et sphère privée était un véritable événement politique auquel Swift se devait d’assister pour garantir sa place dans la hiérarchie sociale. Il s’est moqué de cette coutume dans les Voyages de Gulliver, notamment dans le voyage à Brobdingnag, où Gulliver explique qu’il assiste régulièrement au lever du roi :

[…] I used to attend the king’s levee once or twice a week, and had often seen him under the barber’s hand, which indeed was at first very terrible to behold; for the razor was almost twice as long as an ordinary scythe. His majesty, according to the custom of the country, was only shaved twice a-week. I once prevailed on the barber to give me some of the suds or lather, out of which I picked forty or fifty of the strongest stumps of hair.

Ce moment d’intimité forcée permet à Gulliver de subtiliser des poils de barbe du roi géant, qu’il compte bien exploiter à des fins commerciales.

Abigail Williams (St Peter’s College, Oxford), “Vile dogs and cursed Scots: interpreting Swift’s marginalia for the twenty-first century”
Abigail Williams s’est intéressée au statut des marginalia de Swift, ces notes que Swift rajoutait dans ces livres. Bien souvent, ces notes étaient ironiques, et l’auteur s’amusait parfois à offrir des ouvrages, notamment à son amie Stella, dans lesquels il avait rajouté des commentaires à l’encre ou au crayon. Ces livres étaient souvent considérés comme « mauvais » par l’auteur. Il semblerait que Swift aimait particulièrement manifester son mépris pour les Écossais dans ses notes. Les marginalia de Swift posent un problème pour les éditeurs : doivent-elles être intégrées avec les œuvres en prose ? Si oui, comment les éditer et représenter les différences chronologiques de ces commentaires ?

Conrad Brunström (NUI, Maynooth), “Spirits of Molyneux, Swift, Sheridan and Grattan: the strategic significance of Thomas Sheridan’s Life of Dr Swift (1784)”
Conrad Brunström a présenté la biographie de Swift écrite par son filleul Thomas Sheridan (1719-1788), tout en présentant l’auteur, acteur et auteur irlandais, père de l’écrivain Richard Sheridan. Cet ouvrage s’est avéré précieux pour les critiques, car il a permis d’en apprendre plus sur l’écrivain, dont certains aspects de la vie demeurent mystérieux. Swift est notamment présenté comme étant un homme vertueux dans la biographie de Sheridan, mais l’on peut questionner l’objectivité de l’œuvre, sachant que Sheridan était son filleul. Dans quelle mesure peut-on donc se référer à cette biographie lorsque l’on mène des recherches sur Swift ?

Panel 5 – Swift’s Travels
(Chaire : James Wood, University of East Anglia)

Daniel Carey (NUI, Galway), “Swift, Gulliver and the Art of Travel”
Daniel Carey se concentre sur deux notions au cœur des Voyages de Gulliver : la véracité et l’identité. Il rappelle que les récits de voyage de l’époque étaient généralement basés sur l’essai de Francis Bacon Essay of Travel. Se pose alors la question suivante : comment transmettre ses expériences de voyages ? Les écrivains sont censés dire la vérité, souvent en s’appuyant sur le paratexte ou en demandant l’appui de témoins… mais la tension entre véracité et subjectivité est souvent floue : en partie à cause des questions d’identité, et du regard subjectif de l’auteur lui-même.

Ruth Menzies (Aix-Marseille Université), “Gulliver’s Travels in the World of Advertising”
Ruth Menzies s’intéresse à la réappropriation des images des Voyages de Gulliver dans le monde de la publicité. Elle se concentre en particulier sur l’image la plus connue : Gulliver prisonnier des Lilliputiens, enchainé à même le sol par des cordages emmêlés. Elle remarque que selon les modes, les époques ou les publicités en elles-mêmes, les commerciaux ne respectent pas toujours le texte dans la représentation picturale. Elle montre également la diversité de la réutilisation de cette image que l’on retrouve aussi bien dans des publicités pour audio books, téléphones portables, ou encore de la lessive en Russie, des voitures, et même la marque de préservatifs Durex.

Panel 7 – Swift: Disgust? Sympathy? Madness?
(Chaire : Daniel Carey, NUI Galway)

Barrett Kalter (University of Wisconsin-Milwaukee), “Swift ad nauseam
Barrett Kalter a examiné la question du dégoût dans l’œuvre de Swift, et notamment dans les Voyages de Gulliver ou dans ses poèmes dits “scatologiques” (“the disgusting poems”). En effet, la question du dégoût est primordiale dans l’œuvre de l’auteur, car elle fait partie intégrante du fonctionnement de la satire. Dans Les Voyages de Gulliver, éthique et esthétique sont liées et l’on peut se demander dans quelle mesure l’idéologie et les idées véhiculées par la satire peuvent aller jusqu’à investir le corps du lecteur. Barrett Kalter a d’abord analysé le fonctionnement du dégoût à l’aide des théories de Sigmund Freud et de Julia Kristeva et les liens existant entre satire et dégoût : en effet, le dégoût est une manière de mettre à distance ce que l’on perçoit comme étant mauvais, il est donc un instrument privilégié de la satire. Il a ensuite expliqué comment le dégoût intervient dans Les Voyages de Gulliver, notamment à travers les images de nourriture ou à travers les représentations grotesques du corps humain : le dégoût est surtout provoqué par des images du domaine du corps humain, mais il devient ensuite moral à la fin de l’œuvre.

James Ward, (Ulster University), “Testing sanity: Swift’s ‘madness’, its diagnostics and legacies”
James Ward a exploré les dernières années de la vie de Jonathan Swift a travers une démarche biographique. En effet, il s’est intéressé à la santé de Swift, qui, dès 1742, était incapable de s’occuper de lui-même. Le biographe Irvin Ehrenpreis avait écrit de lui : “Swift, from birth to death, was insane by no medical definition”. En effet, Swift décrit lui-même des symptômes inquiétants, notamment des vertiges et une surdité, qu’il prend pour les signes avant-coureurs de la démence qui le guette. La colère qui le ronge est également, pour Swift, un autre symptôme de sa folie, qui serait peut-être liée, selon lui, à sa consommation de fruits. James Ward a mentionné les différents diagnostics concernant la santé de Swift, le plus probable étant un cas de la maladie de Ménière, maladie alors inconnue à l’époque. Démence ou pas, Swift avait pressenti que son esprit faiblissait, et c’est pour cela qu’il a légué l’argent qui lui restait (soit entre 12 000 et 16 000 livres sterling selon les estimations) pour que soit établi le premier hôpital psychiatrique d’Irlande, le Saint Patrick’s Hospital, en 1747. Dans son poème Verses on the Death of Dr Swift, l’auteur anticipe sa mort, et donc son geste en faveur des personnes atteintes de maladies mentales :

He gave the little Wealth he had,
To build a House for Fools and Mad
And shew’d by one satyric Touch,
No Nation wanted it so much:
That Kingdom he hath left his Debtor,
I wish it soon may have a Better.

Panel 8 – Swift: Family, friends, beneficiaries and benefactions
(Chaire : Aileen Douglas, Trinity College Dublin)

Eleanor Fitzsimons (Independent Scholar), “Dr. Thomas Kingsbury, Physician and Friend”
Eleanor Fitzsimons s’intéresse au rapport entre Jonathan Swift et Thomas Kingsbury qui fut le médecin attitré de Swift lors de ses derniers jours et qui conserva certains ouvrages de Swift (probablement sans l’accord de ce dernier) après sa mort.

Jim Lucey (St Patrick’s Mental Health Services and Trinity College Dublin) “St Patrick’s Hospital and the living legacy of Jonathan Swift”
Jim Lucey a présenté l’hôpital fondé en 1745 par Jonathan Swift. (https://www.stpatricks.ie/swift-350)

Panel 9 – Swift and Gulliver’s Travels
(Chaire : Maire Kennedy, Independent Scholar)

Robert Phiddian (Flinders University, Adelaide, South Australia), “Gulliver and satirical catharsis”
Robert Phiddian a choisi d’étudier le fonctionnement de la satire d’une manière générale, mais plus particulièrement dans Les Voyages de Gulliver. Selon lui, la comédie et la satire sont souvent liées, et pourtant, elles sont à l’origine d’un rire bien différent chez le lecteur. L’innocence comique et la défamiliarisation (la description de la montre dans Les Voyages de Gulliver), l’abondance de détails superflus (comme les idées de recettes pour cuisiner les enfants dans la Modeste Proposition) ainsi que le système de listes cher à Swift sont au centre de la rhétorique satirique de l’auteur. Robert Phiddian défend l’idée que la satire est le vecteur d’une sorte de plaisir conflictuel chez le lecteur. Les différentes émotions négatives que la satire provoque sont le dégoût, la colère et le mépris. Le dégoût se manifeste par une sorte de mouvement de recul face à l’objet de la satire, présenté comme indésirable : c’est néanmoins un rejet empreint de fascination. Cette analyse n’est pas sans rappeler la théorie de l’abjection de Julia Kristeva, qui met en évidence l’ambivalence inhérente au dégoût : le rejet et la fascination. Vient ensuite la colère face à l’objet de la satire, une répudiation agressive, voire une attaque de l’objet de la satire. Enfin, Robert Phiddian parle de mépris, car selon lui, le lecteur de la satire ressent une forme de supériorité : il se sent supérieur à l’objet critiqué. Ce sentiment de détachement par rapport au satirisé est, selon Phiddian, également lié au plaisir que prend le lecteur à comprendre graduellement comment fonctionne la satire : dans le cas des Voyages de Gulliver, un exemple pertinent est celui de la montre de Gulliver, décrite du point de vue des Lilliputiens : le lecteur comprend peu à peu qu’il s’agit d’une montre et se sent supérieur aux Lilliputiens. La satire déclenche donc un véritable conflit d’émotions négatives chez le lecteur qui devient libérateur et peut donc être assimilé à une forme de catharsis.

Élodie Galiana-Camarena (Aix-Marseille Université), “Women in Gulliver’s Travels: Satiric Paradoxes”
Élodie Galiana-Camarena s’est intéressée au rôle et à la place des femmes dans une des œuvres majeures de Jonathan Swift, Les Voyages de Gulliver. Elle s’est tout d’abord penchée sur le personnage de la femme de Lemuel Gulliver, Mary Gulliver, personnage extrêmement secondaire, mais qui est néanmoins mentionné à plusieurs reprises dans l’œuvre, notamment au début et à la fin de la satire. Selon Élodie Galiana-Camarena, Mary Gulliver n’a, tout comme Lemuel Gulliver lui-même, aucune profondeur psychologique, mais sert pourtant d’instrument de mesure pour mieux cerner le degré d’aliénation du protagoniste à la fin du récit : Mary Gulliver est un symbole de constance, car elle demeure en Angleterre, seule avec ses enfants (ce qui en fait dans une certaine mesure un personnage moderne de mère célibataire), et ne change pas. C’est à travers le regard que Gulliver porte sur elle à la fin du récit que le lecteur comprend que le protagoniste a sombré dans la folie. Le paradoxe de Mary Gulliver est que c’est un personnage qui n’existe qu’aux limites du récit (début et fin), tout en étant le vecteur du message central de la satire, elle n’est qu’une ombre, une femme qui n’existe qu’à travers son rôle d’épouse et de mère et pourtant, tout comme Pénélope qui attend le retour d’Ulysse, elle tisse le récit satirique.

Élodie Galiana-Camarena s’est ensuite penchée sur les autres figures féminines que l’on retrouve dans Les Voyages de Gulliver, notamment Glumdalclitch, la jeune géante qui s’occupe de Gulliver à Brobdingnag : celle-ci pourrait être vue comme une image renversée de Betty Gulliver, car on peut imaginer qu’elles ont environ le même âge. Glumdalclitch pourrait également être une allusion à une autre jeune fille présente dans la vie de Swift cette fois, Stella, la jeune fille dont il était le tuteur. Ici, la relation est inversée et c’est la jeune fille, figure maternelle, qui est en charge de l’homme. L’autre figure de jeune fille qui apparait dans l’œuvre est celle de la jeune femelle Yahoo qui tente d’agresser sexuellement Gulliver : elle est décrite comme ayant approximativement onze ans, et pourtant Gulliver est la victime presque impuissante de son assaut. Cette scène de quasi-viol où l’enfant devient l’agresseur peut faire penser à la relation ambigüe que Swift entretenait avec sa jeune élève : peut-être s’agirait-il d’une reconstruction métaphorique de ses propres désirs qu’il tentait de réprimer ?

Les personnages féminins dans Les Voyages de Gulliver sont profondément négatifs : ils dégouttent, irritent Gulliver ou le mettent en danger. Seule Glumdalclitch, figure maternelle, se distingue, mais elle n’est là que pour rabaisser Gulliver puisqu’elle n’est qu’une enfant. Les personnages féminins dans l’œuvre sont le miroir du regard ambigu que Swift posait sur les femmes.

David Venturo (The College of New Jersey), “An Irish Trojan Horse: Swift’s Mock-Heroism and the Naked Houyhnhnms”
Selon le critique russe Mikhaïl Bakhtine, la forme épique a toujours été idéalisée en littérature. Cela est sans doute vrai, mais David Venturo souligne que la littérature héroï-comique existe également depuis l’Antiquité, en citant comme exemple la Batrachomachie d’Homère. La parodie des conventions littéraire est donc une tradition à part entière, et Swift lui-même présente sa vision burlesque de l’humanité à travers le style héroï-comique. Dans Les Voyages de Gulliver, le protagoniste, pourtant d’abord présenté comme un homme bourgeois classique, est finalement non seulement présenté comme une parodie d’être humain dans les deux premiers voyages, mais également comme une parodie de Yahoo dans le dernier voyage, car il est considéré comme un Yahoo inférieur, ayant recours à des artifices comme les vêtements par exemple. David Venturo voit également tout le livre 4 des Voyages comme une parodie du récit autour du mythe du cheval de Troie : les Houyhnhnms sont des chevaux raisonnables, qui vivent dans une société où la morale prévaut. Néanmoins, si la question du mensonge est au cœur du mythe du Cheval de Troie (Sinon réussit à faire pénétrer le cheval dans la ville en mentant), les Houyhnhnms ne connaissent prétendument pas ce concept : ils utilisent donc une circonlocution, “the thing which is not”, pour faire référence au concept de mensonge. Il s’agit néanmoins d’une manière de parler de mensonge, ce qui permet de souligner l’hypocrisie de cette société soi-disant parfaite. Pour Swift, c’est un moyen de mettre en valeur les limites du langage, notamment en insistant sur le fossé qui existe entre ce que l’on veut dire et ce que l’on dit véritablement, et ce au moyen de l’ironie.

Swift a donc créé la société des Houyhnhnms, société qui n’est qu’une parodie des idéaux antiques. Néanmoins, la société utopique des Houyhnhnms est une société prétendument parfaite qui réfléchit à la mise en place d’un génocide. En parodiant les images et la littérature de l’Antiquité, Swift déconstruit tous les aspects de la société dont nous sommes fiers, pour présenter l’humanité sous son jour le plus sombre.

Panel 12 – Swift reconsidered
(Chaire : Robert Mahony, Catholic University of America)

Jean Viviès (Aix-Marseille Université), “Swift our contemporary: Twentieth-Century Reflections on Gulliver’s Travels: Orwell, Borges and Winterson”
Jean Viviès a présenté le point de vue de certains auteurs du XXe siècle sur Jonathan Swift, notamment celui de l’auteur George Orwell, qui se disait très inspiré par Swift, et plus particulièrement par Les Voyages de Gulliver. En effet, Orwell avait réalisé une interview imaginaire de Swift, qu’il avait ensuite lue à la radio. Dans cette interview, Orwell traitait du totalitarisme, un thème cher à son œuvre (La ferme des animaux, 1984…), mais qui est également présent dans l’œuvre de Swift. Jean Viviès a également souligné les ressemblances entre le barbarisme des nazis et les projets génocidaires de Houyhnhnms. Dans son ouvrage Politics vs Literature, George Orwell citait déjà Swift comme exemple et inspiration :

Swift did not possess ordinary wisdom, but he did possess a terrible intensity of vision, capable of picking out a single hidden truth and then magnifying it and distorting it. The durability of Gulliver’s Travels goes to show that, if the force of belief is behind it, a world-view which only just passes the test of sanity is sufficient to produce a great work of art.

Regina Janes (Skidmore College), “Swift’s Yahoos: Passing through, Getting beyond ‘How True’”
Regina Janes s’est penchée sur le quatrième livre des Voyages de Gulliver, et notamment sur le message que Swift véhicule sur l’humanité à travers les rapports entre Gulliver, le protagoniste, et les Yahoos, une espèce de singes se rapprochant pourtant des humains, considérés comme inférieurs par les Houyhnhnms. L’œuvre satirique de Swift ne se contente pas de dire que les Yahoos, qui nous ressemblent, sont inférieurs à des chevaux. En faisant interagir Gulliver avec des Yahoos, Swift implique que les êtres humains sont pires que des Yahoos. En effet, Gulliver est tout d’abord présenté comme étant un Yahoo imparfait, car il n’a pas de pelage qui lui permet de protéger son corps comme les Yahoos : il a besoin de porter des vêtements. Ensuite, on apprend que les Yahoos n’avaient pas de prédateurs avant l’arrivée de Gulliver au pays des Houyhnhnhms : Gulliver est donc le premier à tuer des Yahoos afin d’utiliser leur peau, et ce en dépit du fait qu’il est fait mention de l’existence de vaches à Houyhnhnmland. Gulliver aurait donc pu tuer des vaches pour se servir de leur peau, mais il a préféré tuer des Yahoos, dont le lien avec les humains ne fait aucun doute. S’il n’est pas dit que Gulliver a consommé la chair des Yahoos, cette idée terrible peut traverser l’esprit du lecteur, qui ressent une forme d’empathie pour les Yahoos.

Panel 16 – Swift and A Tale of a Tub
(Chaire : Marcus Walsh, University of Liverpool)

Sandra M. de Balzo (Goldsmiths, University of London), “Natural Law and Thomism in the Allegory of a Tale of a Tub
Le thomisme est un courant philosophique ouvert sur une théologie faisant référence à Thomas d’Aquin consistant principalement en un réalisme philosophique. Le thomisme a pris de nombreuses formes selon les périodes et les circonstances, s’éloignant plus ou moins des véritables thèses du docteur de l’Église selon les types de formes, certaines consistant en une interprétation extrêmement libre, d’autres se contentant d’une conservation rigide à la lettre de la Somme théologique. La plupart des philosophes de l’époque moderne, tels que Descartes, Locke, Leibniz et après comme Kant, dialoguent directement ou indirectement avec les formes de thomisme de leur temps. Sandra M. de Balzo se concentre justement sur le rapport à la loi divine et aux « scriptures », ainsi que sur la tension entre l’âme et le corps dans A Tale of a Tub.

Edward Langille (St. FrX University, Antigonish), “Swift, Voltaire and A Tale of a Tub
Edward Langille nous rappelle entre autres que Voltaire rencontra Swift à Londres, durant son exil, et lui écrivit quelques lettres ; et surtout que Voltaire s’inspira de Jonathan Swift dans Micromégas, Histoire philosophique. Ce conte fait bien des fois écho aux Voyages de Gulliver de 1721 (Gulliver’s Travels, traduit en français sous le titre Voyages du capitaine Lemuel Gulliver, par Pierre-François Guyot Desfontaines, qui en écrivit aussi une suite, Le nouveau Gulliver ou Voyage de Jean Gulliver, fils du capitaine Gulliver). Voltaire s’inspira également de A Tale of Tub, mais sa vision de la religion différait grandement de celle de Swift ?

Corrina Readioff (University of Liverpool), “A Digression Converning Images: Textual illustration in Eighteenth-Century Editions of Jonathan Swift’s Tale of a Tub”
Corrina Readioff a présenté l’étude des huit images qui illustrent l’édition de A Tale of a Tub. Elle montre qu’il y a souvent une interprétation simplifiée des passages religieux. Ce décalage entre texte et image, cette abondance d’informations extérieures pose la question du statut du paratexte : est-il une aide, un ajout utile ou une diversion, un détail superflu, voire trompeur ?

Pour citer ce texte : Constance Faure et Mélissa Richard, “Swift 350”, dans L'Atelier des Savoirs, 29 janvier 2018, http://eriac.hypotheses.org/153.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *